Gazprom enregistre plus de 13 milliards d'euros de profits au premier semestre

 |   |  110  mots
Le groupe gazier russe voit ses profits s'envoler sur le premier semestre 2008, avec un bond de 83% de son bénéfice net, à 13,8 milliards d'euros.

Pas de crise pour Gazprom. Le géant gazier russe a enregistré un bond de 83% de son résultat net au premier semestre 2008, à 574 milliards de roubles, soit environ 13,8 milliards d'euros, contre 313 milliards de roubles à la même période l'an passé.

Sur le seul deuxième trimestre, le résultat net s'élève à 300 milliards de roubles (7,2 milliards d'euros) selon le calcul de l'agence Bloomberg , soit trois fois plus qu'au deuxième trimestre 2007 et bien au dessus des attentes.

Le chiffre d'affaires au premier semestre est passé de 1.143 milliards à 1.743 milliards de roubles (42,06 milliards d'euros). Le résultat opérationnel progresse également fortement, passant de 351,6 milliards à 716,6 milliards de roubles (17,29 milliards d'euros).

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
On voit que l'augmentation du prix du gaz à profiter à des pauvres!!! Vivement les prochaines augmentations prévus bien que les prix soient indexés en partie sur le cours du pétrole ( de 147$ à 39$ aujourd'hui). Une erreur???
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il faut mettre en oeuvre une politique de d'économies d'énergies qui passe aussi par une limitation des nouvelles constructions immobilières. Le parc à chauffer ne doit pas s'agrandir mais diminuer grâce à une politique de stabilisation de la population
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
c'est a n'y rien comprendre ???
Gazprom vient d'emprunter a 1 an 250Mios de $ à la Société Génerale et 125 Mios de $ à la VEB pour refinancer l'echéance d'un credit de la Deuthche Bank....
ou passe l'argent???
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Malin69 à écit le 30/12/2008 à 14h33 Je pense que cet franchement dégueullase les personnes qui ont très peu d'argent dont ils mangent pour survivre.Pour moi,je vais mettre beaucoup panneaux solaire et d'autres qui vont en profiter.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
et dire que les russes n'ont memes pas rembourse les interet du fameux "'emprunt russe"
les politiques francais qui ont negocies ce "pseudo" remboursement devraient passer en justice et maintenant que la russie est "solvable" avec tout ces "Petro, Gazo" roubles (dont on decouvre que beaucoup ont alimente le fond madoff!) La russie devrait enfin payer ses dettes. cela permettrait en contrepartie de reduire la notre ou de relancer l'economie !!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Lamentable quand on pense que tous ces milliards vont dans les poches d'une minorité qui en est pourrie, dans ce cas si les bénéfices sont si grand pourquoi ne pas baisser le prix du gaz pour les ménages les plus modestes au lieu d'en faire profiter ces gros profiteurs.Aucune justice sur cette terre
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le monde a des besoins croissants en gaz car la population mondiale s'accroît d'une facon exponentielle. Sans cette progression de la population, la quantité de gaz disponible serait le double si nous étions restés au niveau raisonnable de 3 milliards d'individus sur Terre. Il faut donc d'une part promouvoir une dénatalité dans tous les pays et lancer des programmes d'économie d'énergie à très grande échelle à un niveau mondial et de manière intensive. Tout autre discours n'a pas de sens et Vladimir Poutine n'a qu'une ambition celle de se renflouer grâce à son gaz pour jouer au cake avec sa jeune épouse
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le gaz est une affaire secondaire entre la Russie et l'Ukraine. La Russie essaye manifestement de déstabiliser le gouvernement Ukrainien "plutôt médiocre et corrompu" favorable à un rapprochement avec l'occident au profit de l'opposition pro-Russe.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
il ne faut pas oublier les marges des distributeurs locaux de gaz qui ont souvent dans leurs participations en capital des banques comme crédit mutuel, banque pop et qui pratiquent volontiers "l'effet de lissage" à 6 mois des prix : en gros, le prix du gaz indexé sur le pétrole baissera en avril quand plus personne ne chauffe à moins que d'ici là le prix du pétrole remonte...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
pour la dénatalité, en France on commence par qui ?
Les pays à forte natalité sont souvent ceux où les besoins en énergie sont plus faibles pour cause de sous-développement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :