Le président russe promet une reprise des livraisons de gaz via l'Ukraine

 |   |  258  mots
Le président russe Dimitri Medvedev annonce une prochaine reprise des livraisons de gaz après la conclusion d'un accord avec l'Ukraine.

La guerre du gaz va-t-elle prendre fin ou n'est-ce qu'un coup de bluff de Moscou ? En tout cas, ce jeudi après-midi, le président russe vient d'annoncer que les livraisons à destination de l'Europe allaient reprendre. Il évoque la prochaine signature d'un accord avec l'Ukraine concernant notamment le transit du gaz russe via ce pays. La situation serait débloquée par l'envoi d'observateurs de l'Union européenne en Ukraine, prévu dès demain vendredi, selon l'ex président russe aujourdhui premier ministre Vladimir Poutine.

Le Kremlin ne dit rien en revanche d'un éventuel accord avec Kiev sur le prix du gaz russe facturé à l'Ukraine, sujet qui avait déclenché ce bras de fer, Moscou voulant imposer une forte augmentation même si le tarif restait nettement inférieur à celui pratiqué à l'égard des pays d'Europe de l'Ouest.

Ce sujet du gaz a fait l'objet ce jeudi d'une réunion de crise du gouvernement français. GDF Suez a indiqué de son côté qu'il avait été privé de 15% de ses approvisionnements à cause de ces tensions et de l'interruption décidée par Moscou d'envoi de gaz russe via l'Ukraine, comme l'atteste un fax dévoilé ce jeudi par le bureau de La Tribune et Bruxelles et dévoilé sur latribune.fr. GDF Suez a néanmoins tenu à rassurer en indiquant que la France disposait de 80 jours de consommation normale. Oui mais voilà, la consommation n'est pas normale actuellement : avec le grand froid, le gaz comme l'électricité connaissent en France des pics record ces derniers jours.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
patqatrataat
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Peut-etre en repetant.... Que l'Europe cesse de soutenir, avec l'OTAN, l'Ukraine contre la Russie. Une politique stupide. L'Ukraine cherche son "indépendance", oubliant ses attaches historiques russes. Et l'Europe soutient les E.U. alors que ceux-ci cherchent à freiner la concurrence russe, pays riche et d'avenir, et dont l'économie a besoin des industriels européens. Alors que l'Ukraine vole gaz et pétrole qui passent par son territoire... vers l'Europe. Quelle courte vue, et peu de raisonnement, chez nos dirigeants et rédacteurs européens...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Laissons tomber Poutine et allons voir Kadafi,non?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Cette affaire du gaz sonne comme un avertissement pour le monde entier. Pour y répondre, la consommation de gaz doit baisser globalement dans le monde par tous les moyens efficaces possibles et imaginables : isolation renforcée, réduction du nombres de locaux à chauffer, politique d'économie tout azimut... D'une façon générale, il faut que le mauvais capitalisme qui pousse à la consommation fasse place au capitalisme économe des ressources de la planète et protecteur de l'environnement et de la cuche d'ozone. Il s'agit pour tous les Etats de mener cette politique d'économie pour toutes les formes d'énergies comme les carburants qui sont gaspillés aujourd'hui de façon lamentable et scandaleuse par des "Dakar" en Patagonie ou dans des Grand prix de F1 dont M. Jacquart dénonçait il y a quelque temps déjà, l'absurdité de faire tourner des voitures en rond.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
L'Ukraine ne fait pas que voler le pétrole et le gaz, les touristes aussi. Je l'ai traversée il y a 1 mois par raison priofessionnelle, cela m'a coûté 150 Euros aller et autan, environ, au retour de "frais" divers auprès des douaniers et policiers de la route... Certes Kiev est une belle ville, du moins par endroits, mais le reste de l'Ukraine qui est abandonnée par son Président... le moyen âge ! Les gens se débrouillent comme ils peuvent. Le gaz, je ne sais s'il le vol, mais le pétrole, je l'ai vu. Certains siphonnent les camions citernes pour revendre leur butin sur le bord des routes devant les yeux de la police, qui en profite peut être. Nous sommes proche du tiers monde !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :