EXCLUSIF Le conseil d'Areva doit approuver jeudi l'augmentation de capital

 |   |  341  mots
L'entrée d'investisseurs étrangers au capital du groupe est au menu du conseil du 29 avril. Par ailleurs, le rapport Roussely pourrait être présenté le 5 mai.

Selon nos informations, le conseil de surveillance d'Areva qui se réunit le 29 avril devrait avaliser le projet d'augmentation de capital du groupe nucléaire à hauteur de 15 %. Trois investisseurs internationaux, l'industriel japonais Mitsubishi et les fonds souverains du Qatar et du Koweit, doivent acquérir environ 5 % chacun des nouveaux titres, pour un montant total d'environ 3 milliards d'euros. Cette opération devrait donc être bouclée avant la publication du rapport sur « l'évolution du nucléaire civil à l'horizon 2030 » confiée par Nicolas Sarkozy à l'ancien président d'EDF, François Roussely. Selon nos informations, celle-ci devrait intervenir le 5 mai. Une information que ne confirme pas l'Elysée en précisant qu'« aucune date n'est encore arrêtée ». Ce rapport devrait notamment préciser les rôles des différents acteurs de « l'équipe de France du nucléaire », après l'échec cinglant subi par la filière à Abu Dhabi.

L'augmentation de capital fait partie du plan de financement approuvé le 30 juin 2009 par l'État, pour faire face aux 10 milliards d'euros d'investissements prévus d'ici à 2012 par le groupe dirigé par Anne Lauvergeon. Dans la foulée, les actionnaires actuels vont se voir proposer de suivre cette augmentation de capital, selon les mêmes conditions financières. Anne Lauvergeon a souvent affirmé son souhait de voir les salariés d'Areva, détenteurs de 0,42 % des titres, associés plus largement aux résultats du groupe. À cette occasion, Areva étudie la possibilité de convertir en actions les actuels certificats d'investissement (titres sans droits de vote) cotés en Bourse. Très peu liquides, ils représentent aujourd'hui 4 % du capital. Christophe de Margerie, patron de Total qui détient 1,02 % d'Areva, a jusqu'à présent toujours écarté la possibilité de se renforcer. Sauf si l'État le lui demandait expressément, glissait son entourage.

Outre la question de la valorisation d'Areva, le conseil de surveillance, présidé par Jean-Cyril Spinetta, sera attentif aux modifications de gouvernance induites par cette opération. Les représentants des nouveaux actionnaires pourraient demander à être représentés dans cette instance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :