Nucléaire : menace de retard de deux ans pour l'EPR de Flamanville

 |   |  200  mots
Selon des sources syndicales, EDF, que dirige maintenant Henri Proglio (photo) va annoncer ce vendredi un report de deux ans de la date de démarrage de son réacteur nucléaire de nouvelle génaration EPR de Flamanville dans la Manche.

La filière nucléaire avait bien besoin d'être remise en ordre de marche comme vient de le préconiser le rapport Roussely. Selon des sources syndicales, EDF, que dirige maintenant Henri Proglio (photo) va annoncer ce vendredi un report de deux ans de la date de démarrage de son réacteur nucléaire de nouvelle génaration EPR de Flamanville dans la Manche.

Ce retrard doit se traduire par une augmentation du coût du chantier de 3,3 milliards d'euros initialement, puis 4 milliards annoncés en décembre 2008 à 5 milliards et pourrait encore dériver vers les six milliards.

Une réunion du conseil d'administration d'EDFprévue ce jeudi pour examiner les comptes trimestriels qui seront annoncés demain vendredi doit aussi permettre d'examiner cet épineux dossier

Dans le rapport publié mardi par l'Elysée, l'ancien patron d'EDF François Roussely proposer de geler le projet de troisième EPR à Penly, en Seine-Maritime, tant qu'une solution n'a pas été trouvée face aux retards sur les deux premiers exemplaires,  le chantier finlandais d'Olkiluoto initialement fixé à 3 milliards d'euros (avec déjà 4 ans de retard et une provision de 2,7 milliards dans les comptes d'Areva ) et la troisième tranche de Flamanville".
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :