Flamanville : le coût de l'EPR s'envole à 8,5 milliards d'euros

 |   |  254  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
EDF a annoncé lundi avoir relevé de 2 milliards d'euros son estimation du coût de la construction du réacteur nucléaire EPR de Flamanville (Manche), portée à 8,5 milliards d'euros inflation comprise, en partie à cause des problèmes et retards subis par le chantier.

Le coût du premier EPR à être érigé sur le sol français n'en finit pas de s'envoler. Le budget, initialement fixé à 3,3 milliards d'euros, vient de passer officiellement à 8,5 milliards d'euros. EDF vient d'annoncer un surcoût de 2 milliards par rapport à la dernière évaluation, fixée à 6 milliards d'euros en juillet 2011. L'électricien ajoute de surcroît 500 millions d'euros, liés selon lui au coût de l'inflation.

Quatre ans de retard
Le géant français de l'électricité a en revanche maintenu le calendrier de mise en service de ce réacteur de 3e génération, tablant toujours sur un démarrage de la production en 2016, soit quatre ans après le date initialement prévue.

De nouvelles exigences réglementaires
Le groupe a expliqué dans un communiqué avoir pris en compte dans cette révision à la hausse l'évolution du design de la chaudière (ou coeur du réacteur), des études d'ingénierie supplémentaire, l'intégration de nouvelles exigences réglementaires, ainsi que des enseignements postérieurs à la catastrophe nucléaire de Fukushima intervenue l'an dernier au Japon.

"Aléas industriels"
De plus, il a tendu compte d'"aléas industriels", comme le remplacement des "consoles" (énormes pièces métalliques entourant le bâtiment réacteur, que le groupe a dû remplacer après la détection de défauts) et ses conséquences sur le planning des travaux, qui a dû être réaménagé, ainsi que de "l'impact financier de l'allongement des délais de construction".
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/12/2012 à 15:34 :
Malgré cela, on a quand même 61% de Français censés qui sont pour l'EPR. Dans les familles politiques, on a 76% pour l'UMP qui sont pour l'EPR, 51% pour le Front de Gauche, 56% pour le Front National et le Parti Socialiste, et 68% pour le MODEM. Alors l'EPR est loin, très loin d'être désuet, croyez-moi!
a écrit le 05/12/2012 à 13:31 :
Oui, nous pouvons comprendre avec un tel exemple, les prévisions mondiales de consommation d'énergie. Les énergies renouvelables sont en progressions, le nucléaire est en régression, mais comme à son habitude la France mise sur le mauvais cheval.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ressources_et_consommation_%C3%A9nerg%C3%A9tiques_mondiales---
http://www.google.fr/imgres?hl=fr&sa=X&tbo=d&biw=1615&bih=938&tbm=isch&tbnid=hE6dsc-Y7AE7ZM:&imgrefurl=http://www.edf.com/html/panorama/production/industriels/nucleaire/monde.html&docid=Mx38A1LpdIbocM&imgurl=http://www.edf.com/html/panorama/medias/images/production/nucleaire/schema_monde.png&w=395&h=235&ei=qDm_UIWMHJGc9QTL5YH4Dg&zoom=1&iact=rc&dur=1020&sig=109750783374722099933&page=1&tbnh=139&tbnw=249&start=0&ndsp=35&ved=1t:429,r:3,s:0,i:93&tx=145&ty=56
a écrit le 05/12/2012 à 10:41 :
Et les 4milliards de surcout de l'EPR finlandais sont à la charge du contribuable car nous leur avons vendu un réacteur à 3,3milliards, les surcouts à la charge d'AREVA (100% public)
Et AUCUNES DEMISSIONS???????????????????????????????????????????
C'est un SCANDALE!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 04/12/2012 à 10:18 :
Proglio , c'est pas un copain à NS....et à la téte d' Aréva idem !!
Réponse de le 04/12/2012 à 11:11 :
Parce que vous croyez encore que dans les entreprises privées les nominations se font à la compétence? Ouvrez votre poste de télévision sur n'importe quelle chaîne privée pour vous convaincre du contraire.
Réponse de le 04/12/2012 à 14:25 :
@ Albert , je commence à avoir des heures de vol... bien sur que le management en FRANCE est à la ramasse
c' est ce qui explique l' état du tissus industriels ...( quand j' ai commencé on disait la bonne personne à la bonne
place...aujourd' hui on en est loin , la chaise musicale c'est le management de maintenant ).alors les compétences!!!
a écrit le 04/12/2012 à 9:56 :
Si nous imaginons notre parc de bâtiments neuf dans 10 ans, ils seront tous très probablement en mesure de produire davantage d'énergie qu'ils n'en consomment.
Et il ne vont pas produire de l'électricité avec un réacteur à 8.5Md (ce qui fait un coût de revient de plus 0.10?/kwh). Non ! ils vont utiliser des énergies renouvelables qui produisent dès aujourd'hui à moins cher que l'EPR et qui peuvent s'installer sur dans tous les bâtiments. Alors pourquoi le nucléaire est sur représenté dans le collège d'expert sur la transition énergétique et qu'il n'y a pas un seul syndicat des énergie renouvelables à la table des négociations ? Les politiques pilotent la France en regardant dans leurs rétroviseurs (le passé) ou devant eux ?
Réponse de le 04/12/2012 à 11:17 :
Vous avez raison, petit à petit (au rythme de 1% par an?) et sous réserve de contrôler correctement les nouveaux bâtiments (ce qui n'est actuellement pas le cas), le parc immobilier deviendra plus performant sur le plan énergétique. Quant à votre affirmation "les énergies renouvelables qui produisent dès aujourd'hui à moins cher que l'EPR", demandez-vous pourquoi ces énergies ont toujours besoin d'être subventionnées sur 20 ans au prix fort pour continuer à se développer.
a écrit le 04/12/2012 à 7:59 :
sur les gros investissements , les dépassements , si on peut encore appeler cette gabegie, ainsi, sont très visibles.. et à portée de la presse à scandale ( financier)..

les moyens et petits investissements très nombreux sont eux aussi mal gérés, dans le public , et le nationalisé.. ( d'où l'attrait de la nationalisation !!)..

Dans le privé, un petit dépassement n' arrive qu'une fois !! , juste avant la porte ou la perte de confiance...
Un controleur interne disait pour la rentabilité , si c' était votre argent, vous le mettriez dans cet investissement ???? ????
Réponse de le 04/12/2012 à 9:53 :
Mais EDF est une entreprise privée et fonctionne comme toute entreprise privée, même si son actionnaire principal est public! Ces dépassements, ils seront donc financés à 100% par la société anonyme EDF qui en a les moyens car elle réalise des bénéfices gigantesques avec son parc nucléaire amorti.
Réponse de le 04/12/2012 à 10:22 :
@Albert : Privée! Privée! N'est-ce pas beaucoup dire? Le seul fait que le Gouvernement intervienne dans les investissements m'en fait douter. Je pense qu'il doit y avoir pas mal de parachûtés des Cabinets Ministériels.
Réponse de le 04/12/2012 à 10:48 :
Dans le privé, comme dans le public, les nominations ne se font malheureusement plus, depuis longtemps, sur le seul critère de la compétence, loin de là. Il n'y a donc, dans ce que vous dites, rien qui contredise le statut de société anonyme d'EDF.
a écrit le 04/12/2012 à 7:54 :
La gabegie financière continue en prétextant notre compétitivité industrielle voire "notre savoir faire" ! A certains lecteurs "la tribune", vous êtes vous posés la question du différentiel de prix de l'électricité entre la France et l'Allemagne ? Vous êtes vous posés la question du différentiel de compétitivité industriel entre la France et l'Allemagne ? Croyez-vous que nous allons vendre de telles "bêtes de courses" à un monde en crise ? Nous avons eu le CONCORDE (un chef d'oeuvre technologique mais cher et gourmand en pétrole) ,nous aurons désormais l'EPR qui sera INVENDABLE car long et cher à mettre en oeuvre ! Pour terminer , le nombre moyen de catastrophes nucléaires est désormais acté eus égard à l'histoire et au nombre de réacteurs dans le monde : c'est tous les 24 ans ! A qui le tour ? Les Français tout comme les occidentaux sont sous l'addiction de l'énergie à l'image du FUMEUR qui n'arrive pas à décrocher du tabac jusqu'au jour où ... trop tard ! Dans le même temps nous continuons à IMPORTER massivement du pétrole à hauteur de 50 MILLIARDS d'Euros en 2011 soit DAVANTAGE QUE LES ALLEMANDS ! (rapporté par habitant)
Réponse de le 04/12/2012 à 10:00 :
Votre raisonnement est imparable. Puisque nous sommes déjà excessivement dépendants du pétrole, renonçons aux centrales nucléaires pour les remplacer par l'éolien et le solaire, ainsi que les centrales fossiles indispensables pour compenser leur intermittence. Résultat, nous devrons aussi importer du gaz de Russie (ou du charbon?), notre électricité coûtera deux fois plus cher et nous émettrons 5 fois plus de gaz à effet de serre par kWh produit, tout comme nos voisins Allemands. Et là, comme par miracle, le différentiel de compétitivité industrielle entre nos deux pays s?évanouira du jour au lendemain.
a écrit le 04/12/2012 à 7:11 :
Si je comprends bien, nous sommes partis pour un nouveau scandale, genre: le surgénérateur. Où en sommes-nous du démantèlement?
a écrit le 04/12/2012 à 3:26 :
Moi, si je me plante de 30% dans mes previsions budgetaires, je me fait virer illico et je serai d'accord avec la decision.
Réponse de le 04/12/2012 à 10:47 :
Sans vouloir être désagréable, le passage de 3,3 à 8,5 millions d'euros, ce n'est pas franchement un delta de 30%. On est ici de 258% du cout initial, soit une hausse de 158%. Disons que j'ai mal compris votre commentaire.
Réponse de le 04/12/2012 à 15:41 :
Vous avez mal compris, ce n'était qu'un exemple...
a écrit le 04/12/2012 à 0:14 :
...ils ont déjà installé plus de 60 GW d'éolien et solaire (en France on est à 8) avec un objectif de 120 GW en 2022, année ou ils fermeront leur dernière centrale nucléaire. Mais surtout ils préparent l'échelle industrielle des smart grid et solutions innovantes de stockage d'électricité, par ex. en "power-to-gaz" https://www.enertrag.com/fr/developpement-de-projet/la-centrale-hybride.html http://www.gtai.de/GTAI/Navigation/EN/Invest/Industries/Smarter-business/Smart-energy/Germanys-energy-concept/power-to-gas,did=547398.html http://www.youtube.com/watch?v=q7LMjsFK_Y8&feature=player_embedded

Réponse de le 04/12/2012 à 6:46 :
Pendant ce temps là, en Allemagne les prix de l?électricité sont le double des nôtres (et continuent d'augnenter) et la production d?électricité génère 5 fois plus de gaz à effet de serre que la notre (430g/kWh contre 90 g/kWh pour la France). Un an et demi après la décision de sortie du nucléaire nos voisins s'interrogent sur son réalisme (il faut lire leur presse pas la notre pour le constater) mais heureusement nos médias continuent à nous donner l'Allemagne en exemple.
Réponse de le 04/12/2012 à 7:15 :
Et encore ! La projection du prix de l electricitéen allemagne en 2020 est edtimé a 50 a 80% minimum. Ce qui representera le triple du prix Francais. En meme temps, l allemagne consacre 15 M€ par an en subvention a l amelioration de l habitat.
Réponse de le 04/12/2012 à 11:40 :
@georges En effet Le prix de l'électrcité est plus élevé en Allemagne en, mais cela plombe t-il l'économie ? Pas vraiment car pour beaucoup d'entreprises le prix de l'électricité est équivalent à la France, ce sont en fait les particuliers qui supportent la charge de la Transition énergétique. Cela pose t-il vraiment un problème à ces particuliers ? Non, à 80% la population Allemande est favorable à la poursuite de cette forme de Transition énergétique. Pour au moins 2 raisons: 1° ils sont les principaux investisseurs/bénéficiaires des enr (60% des financements) et de cette manière ils deviennent propriétaire de leurs sources d'énergie donc indépendants et résilients. 2° Ils compensent en grande partie la hausse des tarifs électrique par une réduction régulière de leur consommation depuis 5 ans (http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMTendanceStatPays?codeTheme=6&codeStat=EG.USE.ELEC.KH&codePays=DEU&codeTheme2=6&codeStat2=x&langue=fr) couplé avec des investisements massifs depuis 15 ans pour l'isolation des batiments via la banque d'Etat Kfw, contrairement à la France qui fait exactement l'inverse: hausse incontrolable de notre consommation électrique et aucune aide sérieuse de l'Etat pour isoler les batiments. Conclusion: alors que la France ne fait que s'enfoncer dans une impasse énergétique, les Allemands réussissent en ce moment le tour de force d'avoir l'électricité la plus cher du monde ET l'industrie la plus dynamique ET la meilleur résilience des réseaux énergétiques. Ils gagnent sur les 2 tableau: business et emplois + résilience accrue face aux: risques nucléaires - dépendance au pétrole - catastrophes climatiques qui frapperont prioritairement les réseaux énergétiques ultra-centralisés comme...celui de la France.

Réponse de le 04/12/2012 à 11:53 :
Très, bien avec l'EPR ce sera encore plus cher !
Et plus on paye cher, plus les gens feront attention à leur consommation dirait EDF.... ha ha ha
Réponse de le 04/12/2012 à 16:00 :
@Yan13 Vous avez entendu parler de l'explosion de la précarité énergétique en Allemagne? Lisez la presse allemande plutôt que de vous contenter d'une image de la situation déformée par des publications écologistes françaises. Quant à l'argument d'après lequel une électricité à deux fois le prix ne nuirait pas à la compétitivité, les Allemands ne sont pas d'accord avec vous puisqu'ils accordent à leurs entreprises des tarifs préférentiels qui font d'ailleurs depuis peu l'objet d'une enquête de la Commission européenne.
Réponse de le 04/12/2012 à 16:41 :
Georges, pour la soit disant précarité énergétique en Allemagne donnez nous des références et statistiques précises svp, même en langue allemande, sinon c'est pas très crédible...Par ce que pour ce qui est de la France on sait que ça se chiffre par millions de gens http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ip1351 http://www.rue89.com/2011/01/06/precaires-energetiques-quand-se-chauffer-devient-un-luxe-183721 http://www.precarite-energie.org/Les-couts-caches-du-chauffage.html http://www.latribune.fr/green-business/l-actualite/20121127trib000733578/le-chauffage-electrique-une-grenade-degoupillee-pour-ufc-que-choisir.html
a écrit le 03/12/2012 à 22:30 :
Conséquence d'un fukishima en France votre voyage est annulé et votre pays complètement ruiné
a écrit le 03/12/2012 à 22:23 :
8,5 milliards, et en plus on est loin du compte ! Si les tenants de la religion nucléaire vivaient dans un monde réel et respectueux des autres, plus particulièrement du porte monnaie des contribuables qui les financent, ils auraient la décence de provisionner une (très) sérieuse assurance accident, et la "blague" se chiffre entre 100 et 1000 milliard d'Euros. Alors il faut rajouter combien à l'EPR ?
Réponse de le 04/12/2012 à 6:49 :
A ce compte il faut fermer toute l'industrie chimique qui pas plus qu'aucune autre activité industrielle n?intègre les conséquences des catastrophes majeures dans ses coûts.
Réponse de le 04/12/2012 à 12:08 :
@Georges Plus le mensonge est gros, mieux ça passe ! Vous voulez nous faire croire qu'il n'y a pas d'assurances dans l'industrie chimique comme dans toutes les industries dangereuses en général ? Demandez donc à votre assureur multirsique habitation dans quels cas vous ne serez pas indemnisé en cas de perte de votre domicile suite à un "accident industriel", il n'y a que 2 cas: Guerre et....accident nucléaire.
Réponse de le 04/12/2012 à 16:10 :
@yan13 Des assurances il y en a, y compris dans le nucléaire bien entendu, mais jamais contre des accidents industriels massifs pour lesquels, au final, c'est l'Etat qui assume les conséquences.
Réponse de le 04/12/2012 à 17:05 :
Oui super en cas d'accident nucléaire c'est l'état qui paye. Donc pour résumer quand ça pètera, je me ferai remboursé par l'état (si il n'a pas fait faillite), qui pour pouvoir me rembourser augmentera mes impôts. Encore une belle arnaque!!
Réponse de le 04/12/2012 à 17:11 :
Georges ce que vous dites est FAUX ! Le nucléaire est exclu de l'assurance des particuliers (contrairement à tous les autres risques/catastrophes industriels) , cela implique que la loi d'assurance de 2003 sur les catastrophe technologiques ne s'applique pas non plus pour les particuliers en cas d'accident nucléaire, c'est bien précisé dans les textes http://www.ffsa.fr/sites/jcms/c_33690/la-garantie-des-catastrophes-technologiques?cc=c_51677 Pour le nucléaire il y a seulement quelques lois scélérates votées discretement en 1968 qui exemptent presque totalement l'opérateur d'une responsabilité financière et qui stipulent que l'Etat est, en dernier recourt, le responsable des réparations. Mais ça n'est en aucun cas une assurance: si on a une catastrophe engendrant des centaines de milliards de dégats et une paralysie de l'économie (comme au Japon) vous croyez vraiment que l'Etat, qui sera ruiné, va rembourser la totalité ???
a écrit le 03/12/2012 à 20:59 :
La folie des grandeurs continue de plus belle ! A quand des études INDÉPENDANTES face à de telles réalisateur dignes d'une autre époque ? (AUJOURD'HUI ,c'est au de la LGV Lyon/Turin pour la modeste somme de 25 MILLIARDS d'? "estimés !)
Versailles , c'est fini !
Vous imaginez 8 MILLIARDS D'? dédiés à l'efficacité énergétique dans le bâti en Bretagne/Normandie ? Des milliers d'emplois NON DE LOCALISABLES, PAS DE RISQUES INDUSTRIELS , bref ENFIN tendre vers une réduction de notre consommation énergétique QUI CONSTITUE LA SEULE SOLUTION ! Dans quelques décennies , imaginez les coûts de démantèlement d'un tel monstre comme l'EPR qui au mieux verra son rendement énergétique passé à 33% contre 30% pour un réacteur conventionnel ? Selon les dernières estimations (Américaines par exemple) , le coût de "démontage" représenterait 50% de ... L'INVESTISSEMENT INITIAL !!!
L'ARDOISE FINANCIÈRE est pour nos générations futures ! Le changement de stratégie énergétique : c'est maintenant ?
Il faut s'attaquer aux causes et non aux conséquences !
a écrit le 03/12/2012 à 20:46 :
Ce fiasco est la copie conforme de ce qui s'est passé avec le 1° EPR "au monde",
en construction à Olkiluoto/Finlande depuis 2005, par Areva et Bouygues. Il devait
entrer en service le 1° juillet 2009 et couter 3 milliards d'Euros. Aprés des reports
à 2010, 2012, on parle de 2014-15. Quand au coût, on approche aussi des 8 milliards.
Les Finlandais de TVO et de la commission de controle nucléaire avaient envoyé un
rapport à EdF, mais Areva l'a critiqué et poussé EdF à lancer Flamanville en toute hate
en décembre 2007 en faisant croire qu'il pourrait être terminé avant Olkiluoto !
Encore loupé. Ces chantiers sont menés en dépit du bon sens.
Une de mes nièces Finlandaises, ingénieure en sécurité des installations nucléaires,
m'a donné des informations ahurissantes sur cette affaire. Les seuls qui ont bien
travaillé sont les gens de Siemens, responsable de la partie électromécanique.
Les Finlandais prévoient deuz autres centrales à Pyhäjoki et Simo. Il y a des chances
que ce soient Westinghouse-Toshiba ou même ...RosAtom qui les fassent !
Réponse de le 04/12/2012 à 16:05 :
Par contre, il semble que les 2 EPR chinois seront terminés avant la date prévue et peut être à un coût inférieur à celui initialement annoncé.
Réponse de le 04/12/2012 à 16:18 :
@ Pierre: une cinquantaine de mois pour la construction des 2 EPR chinois pour 46 prévus.
Les chinois ont bénéficié du retour d'expérience franco-finlandais et n'ont pas eu les problèmes de main d'oeuvre et de sous-traitance recontrés par Bouygues et EDF.
a écrit le 03/12/2012 à 19:57 :
Fiasco technologique et financier que vont payer sur leurs facures les clients d'EDF .. Mais quant sera-t-il de sa disponibilite ??? Il a gros a parier que la disponibilite de l'EPR sera tout au plus mediocre . Trop complexe , trop puissant et ...pas plus sur ... Les pauvres qui , il y a quelques annees , avaient ose critiquer , ou meme simplement emettre des doutes sur le design de l'EPR l'ont paye tres cher . Aujourd'hui c'est officiel , l'EPR est un fiasco que , bien sur , personne n'assumera ..
a écrit le 03/12/2012 à 19:02 :
pratiquement 300% d'augmentation, et sans garantie que ça fonctionne un jour !
Franchement, un groupe qui ne maîtrise pas mieux ses projets, il est bon pour la trappe.
On en a connu qui se sont fait virer pour bien moins que ça.
Et qui va payer son électricité toujours plus cher ?
VIVE l?Éolien !!!!
a écrit le 03/12/2012 à 18:37 :
Ce projet est un scandale absolu, quand je pense que les pro-nucléaires viennent critiquer l'éolien qui ne coute que 82? du MWh, alors que l'EPR est à plus de 110? du MWh...
Il est temps de passer à autre chose que cette énergie du passé !
Réponse de le 03/12/2012 à 19:16 :
Faute de vent le voyage Paris/Marseille est reporté (peut être) à demain .... la SNCF vous (pleine de syndicalistes) vous remercie de votre compréhension !!
Réponse de le 04/12/2012 à 8:02 :
à pmxr : Ne faites pas semblant de n'avoir pas compris que les énergies renouvelables sont complémentaires. Sans l'énergie hydraulique le nucléaire serait ingérable. Votre argument tient de l'incompétence.
Réponse de le 04/12/2012 à 9:49 :
@Oliv Sans l'hydraulique le nucléaire serait ingérable? Et vous osez parler d'incompétence? L'éolien et le solaire, imprévisibles par nature, doivent être suppléés en l'absence de vent et de soleil, par les énergies fossiles ou par l'hydraulique, pour les pays qui en disposent. Ce n'est nullement le cas des moyens de production classiques, fossiles ou nucléaires. La vérité, c'est que 12% de la production électrique française est d'origine hydraulique. Sans cette ressource, il aurait suffit de produire cette part avec des centrales fossiles ou nucléaires supplémentaires.
Réponse de le 04/12/2012 à 10:52 :
Des concepts existent pour pouvoir stocker l'énergie des NRJ intermittentes (en Allemagne, l'éolien du Nord tourne significativement dans le vent si je puis dire) et la restituer lorsque nécessaire (principalement avec des remplissages de bassin et de l'hydrolique en sortie.) Des projets sont en cours aux pays bas;
Réponse de le 04/12/2012 à 11:21 :
Des concepts... des projet ... Bien entendu et heureusement, des recherches et développements sont engagés. Par contre le passage à l'échelle industrielle prendra de longues années encore, sous réserve que ces technologies ne s?avèrent pas excessivement coûteuse. Ce n'est pas gagné car ce coût de stockage va s'ajouter à un coup de production des énergies renouvelables qui n'est lui-même toujours pas concurrentiel.
Réponse de le 04/12/2012 à 11:28 :
L'éolien et le solaire ne sont pas imprévisibles, il existe une science (ou une technique) qui s'appelle la météorologie et qui peut prédire avec une bonne fiabilité le vent et l'insolation pour le lendemain. Certes cela reste intermittant.
Réponse de le 04/12/2012 à 13:45 :
@ Maurice : Vous semblez ne pas avoir compris que ma remarque concernait l'incapacité du nucléaire à répondre aux pointes brusques de consommation du fait de l'inertie de sa mise en oeuvre puisque vour proposer de rajouter encore du nucléaire, quant au charbon, vous avez pas l'impression d'être hors-sujet? l'intermittence de l'éolien est un faux débat. Vous parlez du coût du nucléaire et de compétitivité, l'exemple de l'EPR qui produira plus de deux fois le cout annoncé ne vous suffit pas? Les finances officiellement prévues pour le demantelage (faudra quand même y penser un jour) des centrales ne sont pas approvisionnées, le stockage des déchets pour 100 000 années c'est gratuit bien sûr...et chiffré , chiffré????
Réponse de le 04/12/2012 à 16:04 :
@Oliv L'intermittence de l'éolien est un faux débat? Lisez la presse allemande et vous comprendrez que pour nos voisins c'est au contraire un problème qui reste à résoudre. Quant aux vrais coûts du nucléaire, avec démantèlement des centrales et stockage des déchets de long terme, vous trouverez toutes les informations nécessaires pour vous rassurer sur ce point dans un rapport détaillé publié par la Cour des comptes en janvier 2012.
Réponse de le 04/12/2012 à 18:37 :
Si les couts avancés se basent sur des estimations du type de celle qui a amené le débordement de 5 milliards de l'EPR (là pour le coup, on ne connaît pas la technologie!!) tout va bien - pour le moins ça prête à débat.
Que l'intermittence soit un problème, certes mais c'est juste un compromis à obtenir entre les différentes sources et à coupler avec la distance entre le producteur et le consommateur.
a écrit le 03/12/2012 à 18:34 :
Ce truc va fonctionner un jour ?
Réponse de le 03/12/2012 à 19:54 :
Pour raison de canicule, tous les réacteurs sont arrêtés. Nous vous prions de nous excuser pour ce retard.
(Je ne vois toujours par le rapport avec les syndicalistes)
Réponse de le 04/12/2012 à 6:54 :
Contrairement aux variations instantanées et permanentes du vent et du soleil, les baisses du débit des fleuves durant des phases exceptionnelles de canicule au pire une fois par an sont parfaitement prévisibles plusieurs jours à l'avance ce qui laisse largement le temps de prendre des mesures. Il ne sert donc à rien de se gargariser de comparaisons qui n'en sont pas.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :