Les concurrents de GDF Suez vont attaquer les tarifs réglementés de gaz à Bruxelles

 |   |  747  mots
Copyright Reuters
Au moment où la ministre de l'énergie vient d'annoncer ce lundi une hausse de 2,4% du prix du gaz au 1er janvier et un (nouveau) remaniement de la formule tarifaire sur laquelle repose le tarif réglementé, Fabien Choné, président de l'Anode et numéro deux de Direct Energie, qui regroupe les concurrents de GDF Suez, dénonce le système français de fixation des prix, trop politique, qui ne favorise pas la concurrence.

- Apparemment le gouvernement hésite, jusqu'à la dernière minute, à mettre en place un système mensuel de fixation des prix du gaz. Vous y seriez favorable ?
- Fabien Choné : Pas réellement. On peut comprendre que cela serait plus facile pour l'Etat de faire passer une hausse de 1% chaque mois que + 3% tous les trimestres. Mais cela entraînerait un surcoût dans la mise en ?uvre. Ce serait très compliqué d'appliquer un tarif différent chaque mois sur nos factures et le client aurait du mal à s'y retrouver. Si l'objectif d'une mensualisation, c'est de cacher l'incapacité du gouvernement à assumer une hausse du tarif de gaz, lorsque les coûts l'exigent, alors cela n'irait pas dans la bonne direction.

- Le gouvernement va modifier ce lundi une nouvelle fois la formule tarifaire en introduisant une part encore plus grande d'indexation sur les prix de marché (qui passerait de 26% à environ 40%). Qu'en pensez-vous ?
- Fabien Choné : C'est encore une fois un leurre, qui plus est très risqué pour les consommateurs, car rien ne garantit que les prix de marché spot, bien plus volatiles, ne repartiront pas demain à la hausse bien plus vite que les prix du pétrole. Pour nous, les concurrents de GDF Suez, il est absolument indispensable de disposer d'un cadre tarifaire stable pour être en mesure de proposer de façon pérenne à nos clients des offres compétitives par rapport au tarif réglementé. Si cela change tout le temps ou si la formule tarifaire n'est pas appliquée, nous ne pouvons pas adapter nos stratégies d'approvisionnement. Or, c'est ce qui se passe en particulier depuis deux ans et c'est pourquoi l'Anode, association des fournisseurs d'énergie alternatifs, a attaqué les derniers mouvements tarifaires, insuffisants, devant le Conseil d'Etat. Il nous a donné gain de cause par deux fois. Cinq recours sont encore en cours d'examen.

- Cela va-t-il durer encore longtemps ce processus où le gouvernement opte pour des prix inférieurs à ceux donnés par la fameuse formule, puis vous attaquez, puis les tarifs sont annulés...
- Fabien Choné : Je ne l'espère pas. Nous constatons avec regret que les gouvernements successifs, quelle que soit leur couleur politique, récidivent. L'Anode va donc très probablement attaquer le tarif réglementé français devant la Commission européenne. Nous démontrerons que ce tarif manipulé, politisé, empêche la concurrence de se développer, ce qui est contraire au droit européen. L'Etat ne gère pas le tarif réglementé dans le sens de l'intérêt collectif. Ce n'est plus possible. Par exemple, nous avons dénoncé dans nos recours devant le Conseil d'Etat le financement par les clients entreprises des tarifs pratiqués pour les clients particuliers. En janvier 2012, les entreprises ont été augmentées bien plus que les particuliers. Cela pose non seulement un problème d'équité mais aussi de concurrence : cela permet à GDF Suez de couvrir ses coûts, grâce aux entreprises, en pratiquant un tarif aux particuliers qui étrangle ses concurrents sur ce segment de marché.

- En attendant, introduire encore un peu plus de prix de marché dans la formule va-t-il permettre de faire baisser les prix ?
- Fabien Choné : Non, certainement pas dans la durée. Ce qui limiterait vraiment l'évolution des prix, c'est une vraie concurrence. Si la concurrence se développait correctement, GDF Suez serait à terme contraint de proposer des offres en dessous du tarif réglementé pour s'aligner. C'est ce qui se passe par exemple en Belgique avec sa filiale Electrabel. Certains concurrents de GDF Suez parviennent à acheter (et donc à vendre) du gaz 10 à 15% moins cher que le tarif réglementé. Le gouvernement devrait faire confiance à la concurrence et surtout la promouvoir. D'abord en communiquant. 50% des Français ne savent toujours pas qu'elle existe dans le gaz et l'électricité. Puis en faisant, comme avec les carburants, la promotion des offres les moins chers avec des comparateurs sur Internet, par exemple. La question se pose de savoir si le fait que l'Etat soit actionnaire des deux principaux opérateurs historiques est, ou non, la cause de cette situation dommageable aux consommateurs. Il est juge et partie. Enfin, on peut penser que GDF Suez serait d'autant plus incité à renégocier ses contrats long terme d'approvisionnement s'il était obligé de défendre ses positions concurrentielles. Aujourd'hui, lorsque, sous la pression politique, il obtient une réduction, cela va dans la poche de ses clients, il n'y gagne rien.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/12/2012 à 17:38 :
incroyable c'est français qui ne sauraient pas qu'il existe des alternatives: il faut quitter d'urgence GDF SUEZ! Je les fait, il n'y a aucun souci, malgré les menaces de GDF... et 5 % d'économie (pas bcp plus) sur des factures de plus en plus importantes, c'est intéressant
a écrit le 10/12/2012 à 15:26 :
La seule solution pour le gaz (et le pétrole) est que l'Etat négocie les contrats d'approvisionnement directement avec les pays producteurs (et qu'entrent en considération d'autres aspects géo-politiques) afin que les prix soient au plus bas et que la spéculation cesse (en particulier sur le pétrole). Pour cela, il faudrait avoir des c...les, mais cela devient difficile de trouver des gens de la trempe de De Gaulle.
a écrit le 10/12/2012 à 15:20 :
La concurrence n'est rien de moins que d'augmenter les marges, en gagnant plus en dépensant moins, pour les actionnaires ou plutot des joueurs de casino, sans aucune amélioration de service!!
a écrit le 10/12/2012 à 14:26 :
Je vous recommande le blog de Jacques Sapir et vous comprendrez que ce qui arrive aux Grecs Espagnols Irlandais Portugais c'est ce qui nous attend. Nous n'aurons plus de problème de facture ni d'euro car notre monnaie deviendra pour nous aussi le troc. Il vaut mieux investir dans le potager.
a écrit le 10/12/2012 à 13:43 :
un tarif mensuel c'est genial pour se faire arnaquer par GDF qui va se faire un plaisir de surevaler les consommations mensuels et augmenter artificiellement les factures ,encore une bonne idee du gouvernement pour faire rentrer de la TVA!!!
a écrit le 10/12/2012 à 12:44 :
Un prix est basé sur l'offre et la demande, et dans ce cas précis les réserves de gaz n'ont rien à voir avec
celles du pétrole qui servent pourtant de référence, sur le cout du gaz.....difficile à comprendre .
a écrit le 10/12/2012 à 12:41 :
@tous et à vos gouverne: GDF Suez Sita est bien installé dans d'autres pays européens et en particulier en Allemagne et y gagne beaucoup d'argent. Voulez vous que les autres pays le f... dehors?
a écrit le 10/12/2012 à 12:05 :
La seule langue que comprenne les européistes c'est l'argent, langue internationale pour ceux qui en possède...!
a écrit le 10/12/2012 à 11:14 :
Arrêtez vos recours contre les blocages de tarifs. Arrêtez de faire augmenter nos factures de gaz. On n'en peut plus, et votre business on s'en tape. Disparaissez, c'est tout.
Réponse de le 10/12/2012 à 11:50 :
nous en avons par dessus la tete de toutes vos taxes vivement les prochaines elections oups
Réponse de le 10/12/2012 à 11:56 :
La concurrence c'est le seul moyen pour que tout le monde regarde d'un peu plus près sa gestion.
Réponse de le 10/12/2012 à 12:31 :
La concurrence : mort de rire ! On a bien vu ce que ça donnait avec les factures d'eau, il n'est pas utile de faire la même bêtise avec le reste !
a écrit le 10/12/2012 à 10:39 :
Nous aurons beau nous priver de plus en plus, regarder à tout de plus en plus (comme si ce n'était pas cela que font déjà beaucoup d'entre nous !), la note ne sera pas meilleure au contraire, car meme si nous arrivions à faire 1 petite économie, la fois d'après, ces "messieurs" n'ayant pas eu leur compte, ils nous augmenterons de nouveau! un puits sans fin....jusqu'à ce que àu bout du bout, nous ne puissions payer plus rien, et à force de privation...= la rue et ses cartons ! trop défaitiste, dirons certains ? attendez encore un peu, et malheureusement, c'est ce qui va arriver.....si ce n'était si dramatique, on pourrait s'amuser à parier.....Marre de cette europe, de ce monde qui marche sur la tête dans tous les dommaines, nous allons vers quelque chose de vraiment moche! bonne journée, tout de même......
Réponse de le 10/12/2012 à 11:48 :
+1
Réponse de le 10/12/2012 à 12:01 :
plus un!!!!!
a écrit le 10/12/2012 à 9:52 :
il y en a un qui comprend ce que veut dire le mot stabilite ........ et en france c'est pas gagne !
a écrit le 10/12/2012 à 9:43 :
la concurrence selon Bruxelles.... augmenter les tarifs pour permettre à des intermédiaires purement commerciaux de vivre..... en leur permettant d'acheter moins cher... aux grand opérateurs, pour pouvoir vendre moins cher qu'eux, (et encore, sur les premières factures).... à leurs clients.... le soit disant gagnant de la concurrence se retrouve de toute manière piégé..... ahurissant...... et nous supportons ces pantalonades...
a écrit le 10/12/2012 à 9:42 :
Que de contorsions dans les propos de ce cadre ! Le propos est pourtant clair et simple : l'existence de l'entreprise d'Etat empêche le privé d'augmenter les prix et de s'engraisser à sa guise (200%, 300%) sur le dos des contsommateurs - de préférence les petits, les gros, les entreprises, on négocie les tarifs.
Direct Energie va donc attaquer devant l'Union européenne pour obtenir le droit exclusif de ruiner comme il le souhaite le consommateur.
a écrit le 10/12/2012 à 9:01 :
Le seul langage que Bruxelles et les européistes comprennent; c'est celle de l'argent et pas celle des peuples! Alors que les nations perdent du pouvoir, les entreprises en gagnent!
Réponse de le 10/12/2012 à 9:54 :
personne ne vous empeche de creuser au fond de votre jardin et d'exploiter le petrole et le gaz que vous avez sous terre, ca ne coutera rien au peuple ( oui je sais vous n'avez ni l'argent ni les competences, vous vous conteteriez plutot du tout gratuit... he ben vous allez etre tres malheureux...)
Réponse de le 10/12/2012 à 10:31 :
"Houet" le seul langage que Bruxelles et les européistes comprennent, c'est celle de l'argent et non celui des peuples" Mais cela, on s'en doutait un peu, beaucoup non ? lorsqu'il a fallu voter pour l'Europe, on enten dait ici et là, la voix raisonnable de ceux qui disaient que c'était bon pour les marchés, les "gros, les fournis", et pas bon pour les peuples JUSTEMENT ! d'un autre coté, ON" nous promettait, comme d'hab, paroles, paroles !) une plus grande justice, du travail pour les peuples etc, etc ! ouais! voir ce qu'il en est aujourd'hui! N.qués que nous sommes, comme d'hab, on aime ça, on en redemande! voir d'ailleurs le vote du NON, par les peuples transformé en "OUI" ! par un certain président! les peuples, nous n'avons pas "la main", nous n'avons que le droit de subir; Bruxelles se charge du reste, nous sommes dans des républiques bananières; quant à la démocratie, il y a longtemps, que celle ci devient de plus en plus un canular......Pauvres de nous !
a écrit le 10/12/2012 à 7:49 :
Le gaz flambe, c'est bien connu.
Réponse de le 10/12/2012 à 11:14 :
Certes, mais pourquoi le gaz flambe-t-il ? car le gaspard et les roupettes...
a écrit le 10/12/2012 à 7:25 :
Depuis quand la liberalisation d un marche aboutit il a une baisse de tarif ? Les gens ne sont plus aussi naifs qu autrefois vous savez ! Merci de bien vouloir changer ce discours qui exaspere la population. Les pro du secteurs doivent avant tout arreter de se gaver de salaires,primes et surtout avantages ecoeurants. Revolution.
Réponse de le 10/12/2012 à 7:56 :
@babablackchip: Peut-être, mais ces Gouvernements qui changent la "formule" de calcul à tout bout de champ est agaçante. Le livret A...
Réponse de le 10/12/2012 à 9:55 :
henry, vous parlez du ' changement de formule que le gvt n'a de toute facon pas la moindre intention de respecter', je pense?
Réponse de le 10/12/2012 à 10:13 :
Un monopole d?état n'est pas non plus synonyme de tarif bas pour les consommateurs, voir France telecom. Un faible nombre de concurrent facilite les ententes, voir condamnation des 3 operateurs téléphonique
Réponse de le 10/12/2012 à 15:25 :
@churchill : Exactement. Mais as-t-on vu un homme politique se sentir engagé par sa parole, surtout en France?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :