Et si le prix du gaz changeait chaque mois...

 |   |  701  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Tandis que les fournisseurs de gaz se préparent à attaquer la décision du gouvernement d'augmenter de «seulement» 2% le prix du gaz au 1er octobre, un passage à une fixation mensuelle du prix du gaz est évoqué. Une façon pour le gouvernement de se débarrasser de ce casse-tête.

Et si le prix du gaz changeait tous les mois? Serait-t-il plus facile pour le gouvernement d'annoncer des hausses de 1,5% ou 2,5% chaque mois, plutôt que 5% ou 7% tous les trois mois? Pas forcément! Thierry Breton, alors ministre de l'Economie, s'en souvient. Il avait testé la mensualisation du prix du gaz avant de se lasser d'annoncer des augmentations tous les mois. «Ce serait plus facile si c'était réellement automatisé, si la formule de calcul des prix était strictement appliquée, sans annonce ni intervention du gouvernement. Après tout, les prix à la pompe changent bien tous les jours», commente un spécialiste du secteur.

"S'ils préférent annoncer des hausses de 2% tous les mois, tant mieux !"
Ce serait en effet le rêve du gouvernement qui, comme tous ses prédécesseurs, souhaiterait se débarrasser du pensum politique qui consiste à annoncer aux 7 millions de Français qui se chauffent au gaz que les prix vont augmenter. La tâche est d'autant plus délicate que, depuis l'hiver dernier, les fournisseurs n'hésitent plus à attaquer cette décision devant le conseil d'Etat. Et celui-ci en a déjà annulée une. Et autorisé les fournisseurs à facturer rétroactivement au titre du dernier trimestre 2011.

GDF Suez attaquera sur le fond

Une mensualisation du changement de tarif pour mieux répercuter les prix de marché du gaz ? Un petit concurrent de GDF Suez n'ose y croire. «S'ils préfèrent augmenter de 2% par mois, tant mieux. En attendant, nous continuerons à veiller à ce que nos coûts d'achat soient bien répercutés». Pour l'instant, l'Anode, l'association qui regroupe les fournisseurs alternatifs de gaz, attend la publication de tous les textes la semaine prochaine pour décider d'un éventuel recours. Elle est la seule à pouvoir saisir en référé le Conseil d'Etat. GDF Suez ne peut arguer d'une situation d'urgence, à la différence de ses petits concurrents à la situation financière beaucoup plus fragile. «Si l'Anode n'attaque pas en référé, nous le ferons sur le fond, comme cet été», indique-t-on en interne dans le groupe dirigé par Gérard Mestrallet. Mais les délais de recours sont alors beaucoup plus longs.

Difficile sans compteur intelligent
«A moyen terme, la seule solution, c'est la fixation mensuelle du prix du gaz qui permettrait de lisser les à-coups et d'éviter les embardées que peuvent réserver les ajustements trimestriels», affirme un professionnel, en résumant une opinion qui commence à se répandre dans le secteur. Mais, pour lui, «la mensualisation ne peut se concevoir sans compteur intelligent de gaz. Le système actuel de relève annuelle, ou biannuelle, n'est pas adapté à une variation fréquente du prix, puisque les consommations sont estimées la plupart du temps», estime-t-il. GRDF doit expérimenter en 2013 à grande échelle un tel compteur.

Vers une nouvelle formule de calcul
A plus court terme, le gouvernement semble favorable à une nouvelle formule de calcul des prix. Elle serait proposée dans le cadre du projet de loi du député François Brottes sur les tarifs progressifs d'électricité et de gaz qui doit être présenté la semaine prochaine à l'Assemblée nationale. «Une autre formule? on en a eu deux en 12 mois!», s'exclame un fournisseur. En janvier dernier, la fameuse formule a néanmoins pas mal bougé en intégrant une plus grande part de prix spot (plus bas en ce moment que les contrats long terme que nouent en grande partie les fournisseurs). La part est passée de 10% à 26%.

Une hausse de 0,9% aurait suffi au 1er octobre
En attendant, l'imbroglio continue. Et s'autoalimente. GDF Suez a demandé une hausse de 7% au 1er octobre (et a obtenu 2%) pour compenser la différence entre les 8% demandés au 1er juillet les 2% obtenus. En d'autres termes, à en croire des sources internes dans le groupe, une hausse de 0,9% aurait été suffisante en octobre s'il n'y avait pas un rattrapage à effectuer! L'enjeu est majeur puisque 70% des ventes de gaz s'effectuent d'octobre à mars. «A noter, les prix spots, réclamés par les associations de consommateurs, subissent des hausses en hiver. Tandis que les contrats long terme sont, eux, à l'abri des variations saisonnières», glisse au passage un fournisseur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/10/2012 à 17:21 :
"la fameuse formule a néanmoins pas mal bougé en intégrant une plus grande part de prix spot" Cette formule devrait être révisée chaque mois ! Si les approvisionnements varient selon le marché, le client devrait payer le VRAI prix et non le résultat d'une formule inadaptée qui ne fait que servir de prétexte à GDF en réclamant son dû même si elle a acheté moins cher que ce qu'elle réclame, vu que c'est LA formule officielle !! Elle ajoute juste sa marge bénéficiaire en %. Quid des stocks sous-terrains pour réserve/amortir la demande ? Il ne faudrait pas bloquer les variations (ne pas oublier de baisser les prix quand il le faut) mais payer le vrai prix, pas des supputations de bureaucrates qui veulent modéliser( rigidifier) le marché.
Quand GDF achètera du gaz de schiste aux USA qui en auront peut-être trop, on devra en bénéficier niveau tarif. GDF est sans doute aussi lié par des contrats à long terme (indexés pétrole) mais la seule tarification valable est le reflet des coûts.
a écrit le 20/09/2012 à 10:56 :
Comment ça : AUGMENTER ! et les diminutions ?
En ce moment le prix du gaz est en net repli sur le marché de l'énergie (merci le gaz de schiste).
GDF voudrait-il s'en mettre plein les f....? réponse : OUI ;
se f...-on de la tête du consommateur : OUI OUI OUI.
a écrit le 19/09/2012 à 17:56 :
Cela permet de mieux faire passer des hausses mécaniques de taxes sur le prix du gaz sans diminuer la demande.
a écrit le 19/09/2012 à 14:05 :
l'augmentation des tarifs tous les mois?pourquoi pas!tiens ça me donne envie subitement d'investir dans les actions gdf suez
a écrit le 19/09/2012 à 12:44 :
Il serait temps d'exploiter le gaz de schistes pour casser le quasi-monopole d'approvisionnement de GDF-Suez!
Réponse de le 19/09/2012 à 14:13 :
Il faudrait d'abord un peu plus de concurrence, ce que ne permettent pas les tarifs réglementés.
On est le dernier pays dans lequel la concurrence est inexistante (ou quasi....).
a écrit le 19/09/2012 à 9:13 :
Pour s'assurer d'un prix à moyen terme sur un produit sous-jacent (le gaz), on peut pas utiliser un future ? Et sinon minimiser les swaps entre les saisons pour assurer le meilleur prix et une certaine stabilité. C'est pas un peu leur job ?
a écrit le 19/09/2012 à 8:57 :
Arrêter de chialer la plupart des personnes sur ce site râlent toujours du trop d'état. GDFSUEZ est une entreprise privatisée par Sarkosy et son gouvernement. Maintenant il faut passer à la caisse comme pour les autoroutes. Quand au CE si ce qui lui revient était supprimé ne rêvez pas ce serait pour augmenter la part des actionnaires pas pour baisser le prix du gaz.
Réponse de le 19/09/2012 à 10:05 :
ce dernier possède du fioncier en terrains de camping occupé partiellement à peine un mois et demi par an!!!
Réponse de le 19/09/2012 à 11:41 :
GDFSUEZ est une entreprise privée mais garde toujours les avantages pour ses agents qui travaillent (CE,salaires,avantages sur l electricité et d autres encore ..) sacré entreprise privé tu parles !!!!!
Réponse de le 19/09/2012 à 13:32 :
@gazdechiotte : allez voir chez Total, Pfizer, General Electrics : les avantages "mirobolants" des salariés EDF et GDF ne sont que roupie de sansonnet comparés à ces entreprises ! Et postulez chez EDF ou GDF au lieu de râler !
Réponse de le 19/09/2012 à 14:09 :
En Allemagne EON a renégocié les tarifs avec GASPROM et a obtenu un rabais sur les années précédentes, les Italiens ont fait de même. Mais nos incapables de GDF (anciens fonctionnaires) ne sont pas capables d'en faire autant. Pauvre France gérée par des minables!
a écrit le 19/09/2012 à 8:38 :
lors d'un relevé j'ai pris une photo de mon compteur,je l'ai transmise à gaz de france il n'en ont pas tenu compte mais repondu qu'il appliquait un coeff,naturellement à leur avantage
a écrit le 19/09/2012 à 8:36 :
l'indexation du prix du gaz sur le coût du pétrole est une véritable fumisterie,on a toujours payé à la hausse mais jamais(ou vraiment très peu)profité de la baisse.
a écrit le 19/09/2012 à 0:45 :
Encore une fois, les Français sont contraints de subir un tarif administré (composé de 50% de taxes et d'avantages versés aux salariés de GDF, notamment la semaine de 32H et des retraites scandaleusement généreuses) au lieu de pouvoir bénéficier d'une véritable concurrence et de vrais prix. L'application pratique du socialisme injuste, immoral et antipatriotique contribue à détruire l'économie du pays et les Français le payent au prix fort par le chômage et de la pauvreté.
Réponse de le 19/09/2012 à 1:21 :
C'est une bonne chose car beaucoup de pays qui ont l'énergie pas chère se retrouvent tôt ou tard en très grandes difficultées après des années de mauvaises habitudes sans faire d'efforts d'améliorations (exemple Etats-Unis il n'y a encore pas longtemps dont leur secteur automobile fortement consommateur, ex Pays de l'Est, Russie régulièrement et à l'avenir etc)
a écrit le 18/09/2012 à 22:52 :
Variation toujours a la hausse bien sur, mais les francais sont un peuple de soumis qui ne fait que raler et encaisser
a écrit le 18/09/2012 à 22:04 :
Et si on décorrélait le prix du gaz de celui du pétrole ? Ah, il faut du courage politique, et la...
Réponse de le 19/09/2012 à 1:17 :
Impossible : la demande d'énergie est globale sur les marchés. Quand le pétrole est demandé, on se reporte sur le gaz et ce dernier monte alors. Seule solutions : se tourner vers l'efficacité énergétique et les énergies illimitées commes généralement les renouvelables.
Réponse de le 19/09/2012 à 7:13 :
Bah, si on parle par exemple de l'energie de chauffage, vous verrez que ceux qui se chauffent au bois, auront la désagréable surprise de voir son prix monter dans les années qui viennent (à moins de "faire son bois" soi-même). Quant aux autres renouvelables comme le solaire et l'éolien, pour avoir envisagé de m'equiper, se pose le double problème du coût d'investissement et de l'intermittence. Les systèmes PAC sont intéressants (j'ai installé) mais nécessitent de l'électricité (dont le prix va augmenter) et un complément de production en "classique" en cas de grands froids. Bref, j'ai beau tourner le probleme dans tous les sens, pour moi il est urgent de renforcer l'isolation du logement afin de diminuer la consommation.
Réponse de le 19/09/2012 à 8:32 :
Pour le bois de chauffage cela est normal.L état subventionne de super projet type aéroport Charle de Gaule.Qui va consommer 250000T a l année.Bien sur la matiére premiére est recupéré dans les jardins mais on commence a prélever dans les forets sachant que les forets du nord-est produisent environ1t annuelle hectare,il faut 15 à 20 ANS pour etre rentable a exploiter et la ça devient concurente du bois buche soit une augmentation de la matiére premiére!!!
Réponse de le 04/10/2012 à 16:22 :
Il est pratiquement impossible de faire des economies sur les prix que ce soit le gaz, le fioule, electzricité etc.
Par contre il est fort possible de réduire drastiquement sa consommation énergètique. En 4 ans j´ai pu reduire ma consommation annuelle de fioule de 3800 litres à 700 litres.
Voila les mesure prises au fur et a mesure et 90 % des travaux réralisés en do-it-yourself.:
- panneaux solaires thermiques (13m2) qui fournissent l´eau chaude 8 mois sur 12. et aident aussi à chauffer la maison en début et en fin d´hiver.
- cheminée-chaudière à bois qui alimente le chauffage central.
- chaudiere fioule qui ne se met en route le reste du temps.
- rermplacement des vitres ( triple vitrage haut rendement).
- isolation des murs 10 cm panneaux de polystyrole.
C´est le seul moyen de lutter efficacement contre les multis de l´energie primaire.
a écrit le 18/09/2012 à 19:53 :
Fallait pas privatiser GDF pour des queues de cerise. Idem pour les autoroutes et EDF.
Réponse de le 19/09/2012 à 1:22 :
Le gaz étant importé, privatiser ou non ne change rien.
a écrit le 18/09/2012 à 19:46 :
Certes. Cela ferait un plaisir (bénéfice) ENORME à goldman sachs et jpmorgan qui ont pris une licence de fournisseur de gaz en France. Allons-y : pompons un max sur le consommateur, il ne peut RIEN dire.
a écrit le 18/09/2012 à 18:37 :
Le prix du gaz sur l'index pétrole est déjà une arnaque car le prix du gaz c'est des contrats sur des annees
Réponse de le 18/09/2012 à 19:49 :
complétement d'accord avec ton argument. le cours du brut est mondial alors que le prix d'une bouteille de gaz varie de 500 % entre certains pays. comment cela est il possible
Réponse de le 19/09/2012 à 1:26 :
@ Tonio : le pétrole est dense et se transporte facilement. Le gaz c'est plus complexe. Raison pour laquelle d'ailleurs on fait encore brûler des torchères (gaz des puits de pétrole) car trop coûteux et compliqué à transporter). Impossible de faire des pipe-lines partout, sous la mer etc. Après pour les bouteilles il y a aussi les distributeurs et les abus.
a écrit le 18/09/2012 à 18:00 :
Ou GDF SUEZ est une entreprise privée ou un monopole d'état ?
Nos politiques ne se genent pas pour augmenter les taxations de toute sorte et ils voudraient se donner bonne conscience en empechant une entreprise privatisée d'augmenter ses prix.
Qu'ils favorisent donc l'émergence d'entreprises concurrentes à GDF SUEZ ,d'autres types d'énergie de remplacement, l'amélioration de l'isolation des habitations anciennes...
Réponse de le 19/09/2012 à 14:15 :
avez vous pensé que tous ces milliards du pétrole et du gaz partent en fait dans des pays pas toujours très recommandables ?
Moyen orient / nigéria / Russie ? du fait d'un cartel, on ne peut pas négocier, et l'argent va vers des milices terroristes ou autres . la aussi une question de geopolitique se pose Non ?
a écrit le 18/09/2012 à 17:59 :
le gvt veut une nouvelle formule qui empecherait les prix de partir a la hausse, mais repercuterait immediatement les baisses; il veut aussi un euro fort pour payer les importations mais faible pour pouvoir exporter.... on sait deja tt ca...
a écrit le 18/09/2012 à 17:51 :
avec le mode actuel ils sont déja incapables de faire les relevés de compteurs lors du cHangement de prix .QUE CES MINISTRES m'expliquent comment ils feront ?
Réponse de le 18/09/2012 à 18:12 :
si je suis absent par exemple 3 mois je subit la hausse sur des consos à l'ancien tarif
avec des calculs surtout à l'avantage de suez (12 milliard de benef pour ce groupe)
les hausses ne devrait avoir lieu qu'apres un relevé

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :