Alstom : Hollande veut encore améliorer les offres de reprises

 |   |  248  mots
General Electric offre 12,5 milliards d'euros pour reprendre l'activité d'Alstom dans l'énergie. La proposition de Siemens n'est pas encore connue. (Photo Reuters).
General Electric offre 12,5 milliards d'euros pour reprendre l'activité d'Alstom dans l'énergie. La proposition de Siemens n'est pas encore connue. (Photo Reuters). (Crédits : reuters.com)
Le chef de l'Etat a réuni ce lundi le Premier ministre ainsi que les ministres de l'Economie et de l'Ecologie pour évoquer les négociations sur la vente de la division Energie d'Alstom.

François Hollande, qui a réuni ce lundi durant une heure son Premier ministre Manuel Valls, le ministre de l'Economie Arnaud Montebourg et la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal "pour faire le point sur le dossier Alstom", leur a demandé de poursuivre leurs efforts afin d'obtenir des candidats à la reprise du groupe français une amélioration de leurs offres, a appris Reuters dans son entourage:

"Le président de la République a demandé aux membres du gouvernement présents de continuer à travailler pour améliorer les différentes propositions dans l'intérêt de l'emploi, des centres de décision et de l'indépendance énergétique", dit-on à l'Elysée.

Une offre de Siemens attendue

Une rencontre organisée alors que la compagnie allemande s'apprêterait à déposer une offre prévoyant un échange d'actifs. Une proposition qui comprend un droit de regard de la part du gouvernement. Par un décret publié une semaine plus tôt, ce dernier se réserve de toute façon un droit de veto si un investisseur étranger souhaite acquérir une activité jugée stratégique en France. 

Quelques dissensions

Le gouvernement n'a pas toujours affiché son unanimité concernant ce dossier. Ainsi, Arnaud Montebourg a-t-il défendu le projet de Siemens, tandis que Ségolène Royal a affiché sa préférence pour GE, avant de se rétracter

Le groupe s'est donné jusqu'à la fin du mois pour choisir entre ses deux prétendants. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/05/2014 à 12:20 :
Alstom ne s'est pas fait tout seul, 60 années de retour d'expérience de la part d'EDF en particulier de l'hydraulique au nucléaire en passant par les TAG déjà cédées à GE.
Alstom est un concentré de savoir faire et d'expériences principalement Français, qui rend service dans tous les secteurs de la vie quotidienne de la nation. 10mds d'euros c'est cadeau, pour la maitrise de l énergie France. Les conséquences de la décision dépasse de loin le Conseil D'administration de la société, il est temps de réagir avant de disparaître tout simplement et de devenir ce que Hitler voulait: France pays de vacances, au services de l’élite industrielle européenne.
a écrit le 20/05/2014 à 19:17 :
face à hollande et à ses nuls idéologiques et laxistes qu'il a mis dans les pattes du gouvernement Valls, les citoyens aimeraient bien une offre de reprise de ses destructeurs qui ne travaillent pour pour leur électorat et pas pour l'avenir de la france, et our un euro symbolique, pas plus..
a écrit le 19/05/2014 à 16:39 :
Que cet article tombe aujourd'hui, parce que dans une semaine, après la raclée électorale, ça ne choquera plus beaucoup de lecteurs si Hollande réunit les mêmes ministres pour discuter de la cellulite et comment la combattre.
C'est calamiteux et un rien poussif au bout de 2 ans. Elle est ou la France réenchantée ici ?
a écrit le 19/05/2014 à 15:26 :
Hollande aimerait bien toucher une prime pour son incompétence à gérer la France ! et peut etre meme quelques personnes de son équipe puisquele critère d'embauhe était urtout de ne pas etre un "HOMMME D'ETAT" car le risuqe de perdre des bulletins de vote eut été trop grand
Réponse de le 20/05/2014 à 19:19 :
les ministéres se sont attribués 23;4 millions de primes, pour résultats catastrophiques (chômage, dépense publique, dette, absence de réformes)....du pur détournement massif d'argent public en bandes organisées...
a écrit le 19/05/2014 à 14:06 :
In fine, c'est au conseil administration de la société de décider ce qui est souhaitable pour l'entreprise, en prenant en compte entre autre le point de vue des pouvoirs public. C'est comme que cela se passe dans les autres pays, seul le Cons d' Adm de la société a l’autorité pour décider. L'Etat ne peut avoir un droit de veto que pour les questions qui touchent a la sécurité nationale et a l'ordre public
a écrit le 19/05/2014 à 13:59 :
Alors qu'il faudrait réfléchir à 30 - 50 ans comme De Gaulle, Zérollande va encore faire de la petite politique politicienne médiocre et choisir l'offre qui garanti zero licenciements pendant 3 ans (jusqu'aux présidentielles)... après lui le déluge !!
Siemens sera un désastre pour l'emploi à terme tellement il y a de doublons !!!! (et bien sûr entre licencier un français ou un allemand, que croyez-vous que Siemens va choisir ?)
a écrit le 19/05/2014 à 13:57 :
On peut se rappeler (si l'on est un peu agé) la reprise de BULL(notre"fleuro" informatique en ce temps là) par GE que Giscard d'Estaing ,à l'époque avait laissé faire et même aidé!
GE contribue en France depuis longtemps à notre force industrielle et à l'emploi ,ce n'est pas un fond de pension !
Les seules choses à négocier pied à pied sont les garanties :emploi ,non délocalisation, etc
Réponse de le 19/05/2014 à 14:16 :
Effectivement, GE est un investisseur de poids en France. Notre pays a toujours été un gros centre de production et d'innovation pour le groupe américain. La réticence de Montebourg est injustifiée.
a écrit le 19/05/2014 à 13:46 :
une petite pensée pour les employés d'Alstom surement très rassuré d'avoir Montebourg pour s'occuper d'eux
Réponse de le 19/05/2014 à 13:52 :
Parce qu'avec l'equipe precedente ces memes employes auraient ete totalement tranquiles. Il y a un rapport de force et Mautebourg est utile, meme si in fine la logique de l'entreprise prevaudra.
Réponse de le 19/05/2014 à 14:10 :
qui est pour la politique des bulletins de vote de notre gouvernement. Sans doute un fonctionnaire ??? ou un chomeur qui vit aux crochets des autres etc ....
Il faut réfléchir car depui 30 ans tous nos politiques font des actions a Court Terme avec l'appui des syndicats notemment et voilà ou cela conduit.
a écrit le 19/05/2014 à 13:45 :
la seule vérité c'est que le problème est chez Alstom et ce n' est pas un ministre qui le règlera . .
a écrit le 19/05/2014 à 12:58 :
Que des vainqueurs !!!
L'avenir d'Alstom décidée par ces incompétents, on rêve !
Heureusement que seul le CA d'Alstom se prononcera.
Réponse de le 19/05/2014 à 13:13 :
Il n'empêche, le seul fait que le gouvernement s'en soit mêlé s'est traduit par une amélioration (faible) de l'offre de GE. Donc c'est positif!
a écrit le 19/05/2014 à 12:33 :
du n importe quoi convoquer a l élysé , nous devrions même pas le savoir le président convoque et dit accorder vos violons et point bar . il se bouffe entre eux elle est bel l entente entre socialos
a écrit le 19/05/2014 à 12:23 :
0€.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :