Alstom : "le choix que nous avons fait est un choix de patriotisme économique" (Montebourg)

 |   |  511  mots
Nous pouvons désormais bloquer des cessions, exiger des contreparties, assure Arnaud Montebourg, le ministre de l'Economie.
"Nous pouvons désormais bloquer des cessions, exiger des contreparties", assure Arnaud Montebourg, le ministre de l'Economie. (Crédits : reuters.com)
La France a étendu le mécanisme lui permettant de protéger ses entreprises stratégiques d'appétits étrangers en soumettant au feu vert du gouvernement les investissements dans les domaines de l'énergie, des transports, de l'eau, de la santé et des télécoms, via un décret qui a été publié ce jeudi au Journal officiel.

Droit de veto. Le gouvernement français a brandi l'argument du "patriotisme économique" en se dotant d'une nouvelle arme qui pourrait lui permettre de bloquer les visées étrangères sur Alstom, et notamment celles de General Electric qui veut racheter le pôle énergie du fleuron industriel français.

Un décret, publié dans le Journal officiel paru jeudi, étend notamment à l'énergie et aux transports le mécanisme de protection des entreprises stratégiques contre les appétits étrangers et fait de l'Etat français l'arbitre des négociations entre Alstom et les prétendants à un rachat partiel du groupe.

"Une reconquête de notre puissance"

"Le choix que nous avons fait, avec le Premier ministre, est un choix de patriotisme économique", a déclaré le ministre de l'Economie, Arnaud Montebourg, dans un entretien à paraître dans Le Monde. Et d'ajouter:

"Ces mesures de protection des intérêts stratégiques de la France sont une reconquête de notre puissance"

Ce décret gouvernemental soumet à l'autorisation préalable du ministre de l'Economie les investissements par des groupes étrangers en France, dans les domaines de l'énergie et des transports, mais aussi de l'eau, de la santé et des télécoms.

Extension d'un dispositif datant de 2005

Il étend un dispositif de protection mis en place par un précédent décret de 2005 dans les secteurs de la défense nationale, comme l'armement, mais aussi des technologies de l'information ou des jeux d'argent.

Plutôt que d'une interdiction, il s'agit d'une autorisation qui peut être accordée sous réserve que l'entreprise respecte certains engagements.

En outre, le texte, cosigné par le Premier ministre Manuel Valls et Arnaud Montebourg, permet également de subordonner l'autorisation de rachat de groupes français à la revente par l'investisseur étranger, à une société indépendante, d'activités faisant partie des secteurs sensibles.

Plus de poids pour le gouvernement

De quoi permettre au gouvernement de peser davantage dans le dossier Alstom, dont la branche énergie est convoitée par GE, mais aussi l'allemand Siemens, qui a les faveurs de l'exécutif. Le ministre de l'Economie assure ainsi:

"Nous pouvons désormais bloquer des cessions, exiger des contreparties"

A Bercy, on confirme qu"on est (...) armés pour continuer les discussions et les négociations vis-à-vis des deux (...) sociétés qui ont exprimé leur intérêt par rapport aux activités d'Alstom", alors qu'une entrée de l'Etat au capital n'est "pas à l'ordre du jour".

Même s'il n'a "pas forcément" vocation à être utilisé, "il va nous permettre d'avoir un dialogue et une négociation plus sereine avec les compétiteurs, que ce soit GE ou Siemens puisqu'il s'applique à tous les investisseurs étrangers quelle que soit leur nationalité", précise-t-on.

Le conseil d'administration d'Alstom s'est donné jusqu'à la fin mai pour étudier des offres de rachat de son pôle énergie, même s'il a déjà marqué sa préférence pour celle à 12,35 milliards d'euros déposée fin avril par GE, la seule formellement sur la table pour l'instant.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/05/2014 à 21:30 :
Un petit pas pour Mr Montebourg mais un grand pas pour la france .
Reste plus cas expliquer au parton parachuté la notion de Patriotisme économique .
a écrit le 15/05/2014 à 20:40 :
Première chose à faire maintenant, c'est réunir les patrons de Schneider et Alstom dans une pièce pour qu'ils se mettent d'accord pour fusionner leurs entreprises pour faire le numéro un mondial de l'industrie d'équipement énergétique.
Nos brillants dirigeants (politiques et économiques) sont tellement brillants qu'ils ne songent même pas à cela alors que c'est le modèle industriel de GE et Siemens !
Ou alors il y a anguille sous roche !
Réponse de le 16/05/2014 à 14:28 :
Le métier d'Alstom est la génération d'énergie (turbines, générateurs, etc...), ce n'est pas du tout le métier de Schneider Electric plutôt centré sur la distribution électrique, la qualité de l'énergie et l'automation industrielle. Par ailleurs faut-il suivre le modèle de Siemens qui aujourd'hui doit vendre certaines de leurs activités et licencier entre 5,000 et 10,000 salariés tellement ils se sont diversifiés ? Ce n'est pas un groupe en bonne santé financière... Schneider Electric semble plus consistant dans sa stratégie et est en bonne santé financière... Alors je pense qu'ils ont raison de se focaliser pour le moment sur l'intégration d'Invensys sans se soucier des problèmes de M. Montebourg car cete dernière acquisition faite l'année dernière leur donne un véritable avantage concurrentiel face à ABB et Siemens...
a écrit le 15/05/2014 à 18:36 :
A tous les naïfs du coin : Allez voir comment le gouvernement Britannique fait pression sur Pfizzer suite à son OPA sur Astrazenneca. Est-que Cameron est "Socialo"? Non il est pragmatique et ne se laissera pas conter. Alors en France , faut-il se laisser avoir par le premier dégainneur venu?
a écrit le 15/05/2014 à 18:33 :
Avis à tous les commentateurs naïfs du coin : Allez voir comment le gouvernement Britannique est en train de faire pression sur Pfizzer suite à son OPA sur AstraZeneca.Est que Camron serait "socialo" à votre avis. Mais eux ils sont pragmatiques.
a écrit le 15/05/2014 à 17:51 :
Je crois qu'il faut arrêter de parler de patriotisme économique. Il vaudrait mieux dire loi anti naïveté.Il faut se battre sur un même terrain d'égalité avec d'autres puissances.Quand les US bloquent la vente de UNLOCAL aux chinois et force la vente à un Américain moins disant, a-t-on entendu dit du mal du gouvernement "anti capitaliste et socialos des US"?
a écrit le 15/05/2014 à 17:35 :
Travaillant dans le domaine de l'électrique et après avoir réalisé quelques études stratégiques sur Siemens, voici quelques précisions:
1) Siemens a une profitabilité de 6% alors que ses concurrents (ABB, GE) sont autour de 12-13%
2) Pour cette raison, le Board de Siemens a viré son CEO l'année dernière et le nouveau a pour mission d'aligner la profitabilité du groupe avec ses pairs... et comment va-t-il faire ???
3) Siemens a donc annoncé une complète transformation la semaine dernière, nouvelle stratégie de recentrage de ses activités et des milliers d'emplois qui vont disparaître en Europe... beaucoup moins sexy tout ça, n'est ce pas?
4) Alstom et Siemens sont en concurrence frontale sur tous les marchés d'Alstom. Bien sûr Alstom est beaucoup plus petit... En effet, ils couvrent les mêmes gammes de produits et les mêmes marchés
5) GE et Alstom coopèrent déjà sur des gros projets et les deux réunis constitueraient un fâcheux concurrent pour Siemens... car il n'y a quasiment aucun doublon dans leur produits et là où Alstom est fort, GE l'est moins... c'est ce qu'on appelle des synergies et généralement ça rapporte de l'argent et des emplois
Donc Monsieur Montebourg devrait plutôt faire une étude stratégique de ce dossier et ne pas faire du patriotisme "européen" pour saboter une entreprise française... parce là il ne défend pas les intérêts de la France mais surtout ceux de l'Allemagne...
Réponse de le 15/05/2014 à 19:09 :
Oui effectivement, c'est surprenant ! Comment expliquez-vous un tel choix de Montebourg ?
Réponse de le 15/05/2014 à 20:44 :
Pour quelqu'un travaillant dans le domaine de l'néegie, c'est étrange que tu n parles pas de Schneider et de la logique d'une fusion Schneider-Alstom face au modèles industriels verticaux de GE et Siemens. NB : je n'ai aucune action chez Schneider ou Alstom au cas où certains se poseraient la question.
Réponse de le 16/05/2014 à 14:32 :
J'ai répondu plus haut à cette question... je pense que Schneider Electric fait de très bons choix stratégiques (je n'ai pas non plus d'actions puisque je travaille pour un concurrent!) et l'acquisition d'Invensys (partie automation industrielle) complète très très bien leur offre... La génération d'énergie est un autre métier avec d'autres acteurs... et nécessiterait certainement de forts investissement pour intégrer une telle entreprise...
Réponse de le 16/05/2014 à 15:06 :
@ Rryv - J'ai répondu plus haut à ton commentaire... En fait schneider fait de très bons choix stratégiques et je ne vois pas pourquoi les "marier" avec Alstom... (je ne travaille pas pour Schneider non plus!!!) Suivre le modèle de Siemens?
@ Yves, très bonne question... J'ai plusieurs idées:
1) Soit Montebourg ne connaît pas ses dossiers... mais difficile de ne pas voir la presse, n'est ce pas ? Siemens a publié des résultats pas terribles (en terme de profit), annoncé une réorganisation avec licienciement de 5 à 10,000 personnes pour se recentrer sur ces métiers clés...
2) Peut-être qu'il ne veut pas perdre la face... il se revendique "patriote" depuis le début alors accepter qu'une entreprise française soit rachetée par des américains...pas génial pour son image.... mais comme aucune société française n'a proposé de racheter les activités d'Alstom, et bien il fait du patriotisme européen... toujours mieux car plus populiste... n'oublions pas que c'est un politique pas un chef d'entreprise... :-)
3) Quant à sa revendication de construire un grand goupe européen de l'énergie... ça ne se construit pas sans stratégie (donc réfléchie à l'avance) ni sans équité... ce qui ne semble pas gagné avec Siemens... il faudrait que les investissements de chaque côté soient similaires pour que les pouvoirs décisionnels soient équivalents... et au fait, un groupe européen entre la france et l'allemagne ? et pourquoi pas les autres pays ? Je me sens très européenne alors qu'on parle de groupe européen à 2, ça me pose un vrai problème...
a écrit le 15/05/2014 à 17:31 :
Le problème c'est que la France ce n'est pas les Etats Unis d'Amérique, si on devait le comparer ce serait un état sur 50 !
a écrit le 15/05/2014 à 14:52 :
Complétement ridicule... BLOQUER ! Voilà le projet indépassable de notre merveilleux gouvernement ! Il ne faut pas s'étonner si les investissements étrangers en France baissent de 70% d'une année sur l'autre... Minable "victoire" d'un gouvernement de gueux.
Réponse de le 15/05/2014 à 16:03 :
A propos des "investissements" : on cherche toujours les dizaines d'usines, de labos, de centre de recherche etc. que vos "investisseurs" auraient bâtis, depuis tous ce temps où on prétend que la france est une terre d'investissement ... Mensonge !
Réponse de le 15/05/2014 à 17:24 :
Les investisseurs aimraient mettre des usines comme en allemagne, mais nos elites francaise ont decidé il y a 10 ans que nous n'aurions plus d'usine... et que l afrance ferait du "Service" donc les investisseurs ont ecouté et applique..

Balayez devant chez vous et apres critiquer "l'etranger". merci
a écrit le 15/05/2014 à 14:19 :
Encore un décret qu'il faudra annuler bientôt, car non compatible avec les législations européenne ou internationale aux quelles nous avons pourtant souscrit ! Mais c'est bien, ça donne l'impression que le ministre se démène dans tous les sens... Et ça terminera en eau de boudin, comme pour Florange ou Goodyear, mais d'ici là, les français penseront à autre chose... au foot par ex...
a écrit le 15/05/2014 à 14:12 :
Dommage que ce décret protectionniste ne soit pas sorti plus tôt.
On aurait pu éviter la prédation du deuxième opérateur de télécoms français (SFR) par un "entrepreneur" qui a renié sa nationalité française et qui est domicilié dans un paradis fiscal anglais – perdant par la même occasion le contrôle de l un des deux grands opérateurs du cloud français – domaine très sensible après la révélation des agissements de la NSA.
A signaler que le Groupe CARLYLE, lié à la CIA et bastion du complexe militaro-industriel US détient 26% de NUMERICABLE, et les Anglais de CINVEN 18% ….
Réponse de le 15/05/2014 à 14:34 :
maladroits n'ont jamais servi un pays. La France est en déclin accentué depuis deux ans et ce n'est pas en faisant du protectionnisme dans un économie mondialisée que nous nous en sortirons, bien au contraire. Mais il faut un minimum de culture économique pour le comprendre d'autant que la France n'a pas les moyens de vivre en autarcie et ceci meme avec des petist caporaux aux relents dictratoriaux et cherchant à diviser pour essayer de régner
Réponse de le 15/05/2014 à 18:04 :
@ les Amalgames: Vous qui vous auto proclamez cultivé, dites nous s'il faut ouvrir grandes les portes et se laisser dépouiller sans rien dire et sans rien faire?
a écrit le 15/05/2014 à 13:21 :
Trop c trop je voterai pour le belge libéral
a écrit le 15/05/2014 à 12:11 :
" Il y a beaucoup de lois quand l'Etat est très corrompu"
a écrit le 15/05/2014 à 11:23 :
Loi Florange, Decret Alstom, super " pro business" comme politique.

Cela donne vraiment envie de venir investir en France!
a écrit le 15/05/2014 à 11:19 :
Ce que je trouve formidable c'est que ce decret appellee des reactions indignees de tous ceux y voyant la main de l'interventionisme, du patriotism, etc et qu'en meme temps les US s'appretent a infliger une amende record a BNP...
Réponse de le 15/05/2014 à 18:09 :
c'est bien Hollande qui veut negocier le traité de libre echange avec les USA ? non.
Holande n'a rien dit decu d'ailleurs, pas de rejet, pas de defense de la france Vs USA... donc bon

Et ca c'est pas a cause de Sarko meme 2 ans apres... ahahah meme si hollande va trouver un moyen pour dire que c'est de la faute de l'autre..
a écrit le 15/05/2014 à 11:19 :
non info...c'est juste une extension d'une décret pris par de Villepin - je me suis toujours demandé pourquoi ces secteurs n'en faisaient pas partis des le départ. on est dans le réglage, pas dans l'initiative stratégique. et fait comme à chaud, en plein débat et en négo avec GE (d’ailleurs pour négocier avec eux si on préfère siemens ????), ça rend surtout une impression d'amateurisme ...
a écrit le 15/05/2014 à 11:02 :
Le "patriotisme economique" n'est qu'une autre façon de nommer le protectionisme pur et dur, celui là même qui a mené les pays qui l'ont pratique à la ruine.....
Réponse de le 15/05/2014 à 18:00 :
Par exemple les états unis. Quelle culture ! Vous méritez certainement un prix Nobel.
a écrit le 15/05/2014 à 11:01 :
Aussi de me répéter la division que GE souhaite acheter est elle même le fruit de la prise par Alstom d'une entreprise étrangère (Suisse ex ABB). Les usines et le siege de la division concernée (turbines centrales électriques/ hydraulique est en France mais n’intéresse pas GE)) sont toujours en Suisse. Donc c'est a sens unique : Ok pour qu'une entreprise Francaise fasse des acquisitions a l'etranger, mais interventionisme etatique Francais dans le cas inverse
a écrit le 15/05/2014 à 10:44 :
Employer un terme de temps de guerre comme patriotisme c'est trop drôle. Nous allons donc sortir de l'Europe qui favorise essentiellement les marchands et la finance.
a écrit le 15/05/2014 à 10:00 :
Que l'état dispose d'un droit de veto en ce qui concerne les entreprises stratégiques et vitales, pourquoi pas. On ne peut pas reprocher à l'état à la fois son impuissance et de se donner des moyens supplémentaires de contrôle.

Malheureusement il semble que le cas Alsthom ne soit pas le bon. Une analyse même rapide de l'histoire de GE, Alsthom et Siemens semble démontrer que GE est un meilleur repreneur que Siemens. Siemens est en effet concurrent direct d'Alsthom sur la plupart des marchés, n'a pas les moyens financiers (et pas la volonté) de reprendre le français et tout laisse à craindre qu'en cas de reprise et après le délai de décence imposé, ce sera un massacre au dépends de l'emploi et du tissu industriel hexagonal.
a écrit le 15/05/2014 à 9:31 :
Arrêtons de se voiler la face, les US font pareil. Allez acheter un de leurs fleurons et vous allez voir sortir un magnifique veto. Les US c'est faites ce que l'on dit, pas ce que l'on fait.
Il suffit de voir ce qu'il font avec la Suisse qu'ils mettent au pilori car c'est un paradis fiscal. Par contre quand les fonds étrangers arrivent au Delaware (paradis fiscal par excellence), là on ne les entend pas.
Et c'est comme çà dans beaucoup de domaine. Ils ont coulé en partie PSA avec l'Iran. Ils essaient de faire de même avec BNP actuellement. Comme si aucune banque américaine n'avait pas fait de transactions avec un pays sur leur liste
Je n'apprécie pas trop la politique de ce gouvernement. Mais pour une fois, j'approuve ce qu'ils font.
Réponse de le 15/05/2014 à 11:13 :
"Arrêtons de se voiler la face, les US font pareil" Citez moi un exemple SVP a part le cas Dubai Port (problème lié au terrorisme quelques annees après le 11 Septembre). je ne vois pas. Pour mémoire EDF société controlee par l'Etat FRancais a pris le contrôle d'un des principaux producteurs d’énergie nucléaire aux US Excelon Energy (revendu depuis), aucun problème avec les autorités US a ma connaissance a l’époque
Réponse de le 15/05/2014 à 19:03 :
Les USA appliquent une règle qui ressemble à ce décret : Lorsque la cible n entre pas dans le viseur du CFIUS américain (Committee on Foreign Investment in the United States), comptez sur leur administration pour faire capoter la transaction si elle ne leur convient pas.
Washington s'est aussi doté dès 1988 d’une législation protectrice des centres de décision stratégiques avec l’adoption de l'amendement dit Exon-Florio.
Les exemples de blocage de transactions sont très nombreux. Renseignez vous ...
Réponse de le 15/05/2014 à 21:33 :
Vous avez raison, mais Exon-Florio 'est très lie aux questions impliquant la sécurité nationale au sens défense/terrorisme, et en aucun cas aux secteurs comme l'eau ou les équipements d'energie comme le decret Montebourg
a écrit le 15/05/2014 à 9:25 :
Je suis Entrepreneur et je n aime pas plus que ca l Etat. Surtout le notre. Je suis le premier a dire que nous sommes un pays quasi communiste.
Maintenant la défense des pôles comme l armement et l énergie bcp de pays disposent de cette règlementation et les premiers sont les USA. Allez essayer d acheter GE ou Ford ou Meryl Lynch.
La ou le bas blesse chez nous c est que nous ne sommes pas pragmatique et que le gouvernement fera des choix de copinages plutôt que d intérêts industriels
Réponse de le 15/05/2014 à 9:48 :
tout à fait d'accord
a écrit le 15/05/2014 à 9:11 :
Ce gouvernement n'arrive déjà pas à gérer l’état et l’administration, comment veut-il être capable de gérer une entreprise soumise à la concurrence internationale?
a écrit le 15/05/2014 à 8:54 :
L'UE de Bruxelles n'a encore pas mis son grain de sel, mais cela ne saurai tarder juste après les élections des Européennes!
a écrit le 15/05/2014 à 8:54 :
Il faudra peut-être aussi interdire le statut Européen aux sociétés Françaises.
Le statut de « société Européenne » issu de la directive européenne du 8 octobre 2001 transposée en droit français par une loi du 26 juillet 2005, tend à refléter la nature européenne d'une entreprise dont l'activité couvre plusieurs pays de l'Union.
a écrit le 15/05/2014 à 8:53 :
retour à l'économie étatisée à la mode soviétique, et à ses "excellents" résultats ?
a écrit le 15/05/2014 à 8:42 :
Le syndrôme de ligne Maginot.
a écrit le 15/05/2014 à 8:15 :
c'est la fuite assurée des enteprises et des fonds etrangers. un simple decret !!!!!!!!
aberrant nous devenons communistes . et dans tout cela où est la credibilté de walls
social democrate ou gauchiste ??,?nous sommes dans du herault 2
Réponse de le 15/05/2014 à 9:45 :
Gaucho face caméra et en vrai atlantiste et toujours pendus dans les salons et antichambres des banksters . Des socialistes en bref ...
a écrit le 15/05/2014 à 8:10 :
Attendons la réaction des autres pays vis à vis de la France et de son gouvernement d'enfumeurs
a écrit le 15/05/2014 à 7:46 :
Va venir investir maintenant en France avec des pantins au gouvernement dont le seul objectif est de faire gonfler leur "ego" et d'être dirigiste (petits caporaux de bas étages sans autorité)
a écrit le 15/05/2014 à 7:44 :
Et forts avec les faibles. Cela résume le pouvoir actuel. Pas de logique, mais on s'agite. On fait des choses sans analyser les conséquences. On bloque les patrons et on ne fait rien pour les salariés. On prend des décisions sans impacts économiques pour la France mais on s'obstine. Encore deux grosses années et dehors mais nous ne sommes pas sur de trouver un Homme d'Etat réellement réformateur
a écrit le 15/05/2014 à 7:29 :
Quand on est un ancien "young leader" de la french american foundation et qu'on appartient au gouvernement le plus soumis aux USA et aux banksters de toute la 5eme république, on évite de salir le mot "patriotisme" en l'utilisant à longueur de journée !
Réponse de le 15/05/2014 à 17:22 :
Merci de l'info.
enorme donc mr Montebourg tape dans tous les rateliers

2000 : Reçu comme « Alumnus » au sein de la French-American Foundation, élu en 2000 dans le cadre du programme Young Leader, fondation atlantiste59 ayant pour vocation de réunir les futurs principaux acteurs du monde politique, de la finance, de la presse et de l'industrie de manière informelle.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :