La Chine réduit ses émissions de CO2 plus vite que les États-Unis ou la France

 |   |  569  mots
la Chine a réduit ses émissions de 4% en 2013 (-1,4% en 2012). Pékin  a selon PwC, un secteur d'énergie renouvelable florissant et une efficacité énergétique accrue de 3,7% selon des chiffres gouvernementaux analysés pâr PwC
la Chine a réduit ses émissions de 4% en 2013 (-1,4% en 2012). Pékin a selon PwC, un secteur d'énergie renouvelable florissant et une efficacité énergétique accrue de 3,7% selon des chiffres gouvernementaux analysés pâr PwC (Crédits : Reuters)
Pour la première fois depuis six ans, Pékin a réduit l'intensités de ses émissions de carbone à un rythme plus rapide que certains pays industrialisés comme les Etats-Unis, ou le Japon.

Le retard de réduction d'émissions de CO2 s'accroît un peu plus cette année. Mais, il y a "un motif de satisfaction", selon le 6e rapport annuel "Low Carbon Economy Index" (Indice de baisse d'émission de carbone): pour la première fois depuis six ans, des pays émergents comme la Chine ou le Mexique, très gros émetteurs, ont réduit l'intensité de leurs émissions de carbone (tonnes de CO2 par point de PIB)  à un rythme plus rapide que certains pays industrialisés.

La Chine a réduit l'intensité de ses émissions de CO2 de 4% en 2013

En effet, la Chine a réduit l'intensité de ses émissions de CO2 de 4% en 2013 (-1,4% en 2012). Pékin a un secteur d'énergie renouvelable florissant et une efficacité énergétique accrue de 3,7% selon des chiffres gouvernementaux analysés par PwC. Avec 561 tonnes de CO2 émises par point de PIB en 2013, la Chine reste le toutefois le deuxième plus gros émetteur de ce gaz à effet de serre derrière l'Afrique du Sud (635 tonnes).

Pékin affiche des performances proches de celles du Royaume-Uni (-4,8%, à 206 tonnes) et de l'Italie (-4,1%, à 172 tonnes). Le Mexique (231 tonnes) également a légèrement réduit ses émissions de 0,3%.

Pour la deuxième année consécutive, l'Australie (338 tonnes de CO2), gros producteur de charbon qui affiche un des taux d'émissions par habitant parmi les plus élevé au monde, a le taux de "décarbonisation" le plus haut. Le pays a réduit ses intensités d'émissions de 7,2% en 2013.

France, États-Unis, Allemagne, des mauvais élèves

A contrario, cinq pays ont accru l'intensité de leurs émissions de CO2. La France (145 tonnes de CO2) fait ainsi partie des mauvais élèves avec une hausse de 0,3%. Cela s'explique par son recours aux importations de charbon, plus important qu'en 2012. En effet, la chute du prix du combustible sur le marché international a rendu son utilisation rentable pour la production d'électricité.

Les émissions des États-Unis (326 tonnes) ont gonflé de 0,6%, celles de l'Inde (271 tonnes) de 0,9%. Le deuxième pays qui connait la hausse la plus notable est l'Allemagne (+2,9%, 224 tonnes au total)), en raison de la recrudescence de l'utilisation des énergies fossiles pour pallier la baisse de sa dépendance à l'énergie nucléaire depuis 2011. Berlin espère pourtant que 80% de son énergie proviendra d'énergies renouvelables en 2050.

Le Brésil (157 tonnes) connait la plus forte progression de l'intensité de ses émissions de CO2 (+5,5%) en 2013. S'il développe l'hydrolien, qui représente plus de 30% de sa consommation d'énergie. Le pays a dû importer massivement du gaz naturel pour pallier une baisse de production d'électricité via l'hydrolien.

Objectif de deux degrés

Près de 200 pays ont décidé lors des dernières négociations climatiques, sous l'égide des Nations unies, de limiter la hausse des températures mondiales à moins de deux degrés Celsius par rapport à ce qu'elles étaient à l'époque pré-industrielle, dans le but de limiter vagues de chaleur, inondations, tempêtes et hausse du niveau des mers dues au changement climatique.

Pour parvenir à cet objectif de deux degrés, les émissions de CO2 devront être réduites de 6,2% par an, indique le rapport paru lundi, à comparer au rythme annuel de 1,2% constaté entre 2012 et 2013.

En 2015, Paris accueillera la 21e conférence climat,  où de nouveaux accords sur les objectifs de réduction de gaz à effet de serre pourraient être décidés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/09/2014 à 23:50 :
Soyons Précis:
Ce qui a diminué de 4% c'est les émissions *par dollar de PIB*
Comme le PIB a augmenté de plus que 4%, les émissions totales ont quant même augmenté
a écrit le 22/09/2014 à 13:39 :
Moi ,alcoolique ,j'ai réduit ma consommation plus rapidement que mon voisin consommateur moyen d'alcool ! Tel est à peu près le constat! L'Allemagne très pollueuse, va aussi nous expliquer, comment elle réduit (très difficillement d'ailleurs ) ses emissions
a écrit le 11/09/2014 à 22:07 :
Les gaz de schist sont plus émetteur de GES que le charbon,... Devine qui utilise les gaz de schist ??? Les US ... our way of life is not negociable... We fuck the world....
a écrit le 09/09/2014 à 15:39 :
Article truffé d'incohérences, son auteur n'a visiblement pas compris le document de PWC. On parle d'intensité carbone soit la quantité de CO2 émise par point de PIB... Les 561 tonnes émises ne sont pas mal non plus... Les articles web de La Tribune sont de piètre qualité, gratuit ne doit pas rimer avec intelligence au rabais.
a écrit le 09/09/2014 à 15:06 :
Donner des pourcentages d’évolution sans donner les quantités d’émission de référence n’a pas beaucoup de sens et permet de raconter n’importe quoi. Un pays qui n’émettrait pas de CO2 aurait un pourcentage d’augmentation infini en installant un simple poêle à charbon, ce qui ferait de lui un très mauvais élève.
Quant aux chiffres donnés dans cet article ils semblent bien fantaisistes. Sans parler des conclusions qui reposent sur des hypothèses et des modèles non validés par l’expérience.
Bref une information incomplète et un article bâclé.
a écrit le 09/09/2014 à 12:32 :
"Avec 561 tonnes de CO2 émises en 2013,..." Relisez vous messieurs, la chine n'aurait donc émis que 561 de CO2 en 2013? Ne s'agit-il pas plutôt de millions ou de milliards de tonnes???
a écrit le 09/09/2014 à 12:01 :
‘La Chine réduit ses émissions de CO2’ Ce titre induit en erreur par confusion des unités.
L’étude PWC rapporte non pas les émissions de CO2, mais l’intensité de CO2 qui est le rapport entre les émissions et le PIB. En gros combien de CO2 rejeté par unité de PIB produit.
Dans le cas de la Chine, le PIB croit plus vite que les émissions, ce qui reflète une évolution de la structure de l’économie ; cette intensité apparaît en légère diminution. Mais les émissions de la Chine en valeur absolue continuent de croître.
a écrit le 09/09/2014 à 11:22 :
Nous avons tellement pour habitude de nous moquer des Chinois et de tous ceux qui nous sont supérieurs, et ils sont de plus en plus nombreux; c'est le principe de la "pille" et de la "poutre".......Notre triste mentalité nous détruira.......
Réponse de le 09/09/2014 à 13:04 :
On compare l'un des pays les moins pollueurs de la planète au plus pollueur, de loin. Alors les donneurs de leçon, c'est bon. Par contre, la France aurait raison d'acheter moins de produits chinois. Arrêtez d'acheter chinois !
a écrit le 09/09/2014 à 9:48 :
En valeur absolue, quels sont les chiffres ? La France part de bien plus bas que l'Allemagne par exemple.
a écrit le 09/09/2014 à 9:28 :
La Chine n'a vraiment pas de mal pour réduire ses émissions, elle part de tellement haut!!!!
Réponse de le 02/04/2015 à 18:12 :
Effectivement parait-il qu'elles sont en baisse en ce moment car ils consomment moins de charbon et compensent avec l'eolien et le photovoltaïque.
a écrit le 09/09/2014 à 2:44 :
Le réchauffement était envisagé bien avant Al Gore (cible des lobbies pollueurs) par le suédois Arhénius entre autres à la fin de 19 siècle. Réchauffement = montée des eaux des océans confirmée à 3,2 mm/an en croissance selon données satellitaires et marégraphes et tendance vers l'acidification des océans confirmée aussi. Pour les données scientifique voir : www.skepticalscience.com/argument.php
a écrit le 08/09/2014 à 20:41 :
Cà risque d'évoluer dans le mauvais sens pour l'Australie car le gouvernement a changé et toutes les bonnes mesures prises par le gouvernement précédent sont revues. La Chine bénéficie quand même de moindres exportations actuellement et elle est confrontée à une hausse de la consommation énergétique dans les décennies à venir donc les bons résultats initiaux assez faciles à obtenir au départ vont être plus difficiles au fur et à mesure des progrès. En terme d'efficacité énergétique, n'oublions pas que les allemands sont numéro 1 parmi 16 pays développés et qu'il faut tenir compte des émissions par habitant et inclure les émissions "importées". Dans ce cas le Mali est le moins émetteur par habitant dans le monde et le Quatar le plus émetteur toujours par habitant et la France avec plus de 9 tonnes de C02/habitant par an se situe à un rang similaire à l'Allemagne et a donc des progrès à faire malgré sa base nucléaire peu émissive. Le levier en France peut donc être important et les mesures prises par le ministère de l'Ecologie vont dans le bons sens. Reste à chacun des français à faire un effort au lieu de critiquer tout le temps et d'être trop individualistes et conservateurs !
a écrit le 08/09/2014 à 19:55 :
Quand la Chine dit qu'elle fait quelque chose, elle le fait. La France ne fait que parler.... bla bla bla c'est bien connu.
a écrit le 08/09/2014 à 19:08 :
c'est bien gentil de faire des critiques sur tel ou tel pays, mais l'article ne dit pas combien chaque pays rejette de CO2 ce qui ne permet pas de faire une vraie comparaison.
Réponse de le 09/09/2014 à 10:34 :
En même temps comparer le rejet CO2 de disons la France avec disons la Chine, c'est pas non plus représentatif vu la taille et la population des 2 pays.
a écrit le 08/09/2014 à 17:54 :
Toutes ces études sur le réchauffement supposé climatique venant du GIEC sont fausses, i n'y a aucun réchauffement climatique avéré, juste des projections non prouvées sur le très long terme, c'est une mafia vivant de cette nouvelle peur qui ont interet à le faire croire, et les bobos, les écolos ainsi que les bien pensants plongent dedans...
Il y a beaucoup d'autres scientifiques qui démentent ce nouveau dogme, mais bien sur, eux n'ont pas la parole.
Réponse de le 08/09/2014 à 18:08 :
On nous ment, on nous cache tout ! Heureusement, le complot des scientifiques qui veulent entretenir la peur (mais dans quel but au juste ?) va être démonté par tous ceux qui ne voudraient surtout pas qu'on prenne des mesures (les pétroliers, constructeurs auto, énergéticiens...).
Réponse de le 08/09/2014 à 19:16 :
À l'origine de ce canular se trouve une ONG fondée par Al Gore, le vice-Président de Bill Clinton. Il s'agit de dissimuler le rôle nuisible des émissions de CO2 des Etats-Unis en nous faisant croire qu'il s'agit d'un rechauffement climatique global etc etc. Encore du bidon made in USA.
Réponse de le 08/09/2014 à 22:00 :
Dans quel but dites vous ? Et bien il suffit de se renseigner sur ceux qui profitent de ce mensonge pseudo scientifique jamais prouvé et pour vous faire un début de culture: https://www.youtube.com/watch?v=L-a89S_OvYQ

Il faut aussi commencer à regarder autre chose que la TV....
Réponse de le 08/09/2014 à 22:29 :
Oh le beau cobra qui croit qui la propagande officiel de la télé sans vérifier lui meme le bla bla ecolo qu'on lui vend et qu'il nous régurgite entant que bien pensant de la pensée unique....
Réponse de le 02/04/2015 à 18:21 :
Et la banquise fond toute seule par sauts d'humeur et les océans s'élèvent quand ils en ont l'envie... Pfff mais bien sur l'homme est une cause de nombreux problème et le rechauffement climatique en fait parti.
a écrit le 08/09/2014 à 17:44 :
La Chine gifle l'Occident sous toutes les coutures.... lol
Réponse de le 08/09/2014 à 23:21 :
Nous on ira pas avec des baguettes

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :