Moody's tempère les effets de la baisse du pétrole en Europe

 |   |  207  mots
Les prix à la pompe ont atteint des plus bas en France en fin d'année 2014.
Les prix à la pompe ont atteint des plus bas en France en fin d'année 2014. (Crédits : reuters.com)
L'agence de notation américaine estime que l'automobiliste européen ne profite que très partiellement de la chute des cours du pétrole. Les prix à la pompe sont pourtant au plus bas en France...

Moody's vient tempérer les ardeurs des investisseurs qui auraient été emparés par l'euphorie de l'effondrement du cours du pétrole. D'après l'agence de notation financière la baisse de 58% du cours du brut depuis juin dernier n'a eu qu'un impact limité sur le trafic autoroutier en Europe.

L'agence estime que les automobilistes ne profitent pas de l'intégralité de la baisse des cours en raison de la taxation des carburants en Europe. Selon elle, le cours du pétrole explique 80% du prix à la pompe dans les stations américaines, tandis qu'il ne se répercute que sur 30 à 50% des prix à la pompe en Europe.

Baisse de l'euro, pour le meilleur et pour le pire

À cela, il faut ajouter la baisse de l'euro qui atténue fortement la baisse du pétrole libellé en dollar. À l'inverse, la forte hausse des cours du pétrole ces dernières années avaient été largement contenues en Europe grâce à l'euro fort.

Néanmoins, les cours à la pompe ont fortement décru en Europe, y compris en France. En décembre, ils avaient touché des points bas de quatre ans. Cette baisse a aussitôt été contrariée par une hausse des taxes sur le carburant le 1er janvier 2015.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/02/2015 à 15:03 :
Le principe serait que plus le carburant voit son prix baisser, plus on roule, roule ?? On va où de plus qu'avec du carburant cher ? Bizarre. Pour les pros des produits pétroliers, c'est plus direct, la baisse, mais on ne va pas rouler plus pour "brûler" du carburant peu cher. On dépense ce qu'on n'a pas mis dans le pétrole.
A volume constant, l'Etat encaisse toujours autant vu que la TICPE est fixe, déconnectée du prix du produit (0,74€ TTC/Litre d'essence à la pompe).
Mais quand le pétrole remonte, on voit moins l'effet qu'aux USA !! Les taxes multiples font amortisseur.
a écrit le 04/02/2015 à 13:26 :
Wow ! Heureusement que Moody's nous explique ce que nous savons depuis longtemps ...
Cela fait des lustres que les Europeeens ont compris qu'avec les niveaux de taxation hallicinants appliques sur l'essence et le diesel les effets de baisse du petrole sur les prix sont limites ... Moody's comme S&P sont plus competents pour enfoncer les portes ouvertes que pour anticiper les vraies crises ( auxquelles ils ont largement contribue ).
a écrit le 04/02/2015 à 10:32 :
ils sont la cause du désastre en Europe les banques américaines sont en train de nous tuer a petit feu et personne ne réagis, car nos dirigeants sont complices
Réponse de le 04/02/2015 à 10:56 :
Ce sont les taxes à 150% sur le carburants qui nous tuent: 2.5 fois le vrai prix.
Et les écolos n'attendent qu'une occasion pour aggraver encore.
a écrit le 04/02/2015 à 10:17 :
" des investisseurs qui auraient été emparés par l'euphorie ". Jusqu'à aujourd'hui, "emparer" était un verbe pronominal : s'emparer de quelque chose. Mais la Tribune fait avancer la langue. Désormais, on empare.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :