Amazonie : 94% de la déforestation est illégale et Bolsonaro laisse faire, fustigent WWF et ONG

Depuis le début de la présidence Bolsonaro, en 2019, la déforestation en Amazonie n'a cessé de s'accélérer, facilitée par l'absence de surveillance, selon un rapport réalisé par des universitaires et des experts d'ONG dont le WWF. Sous la pression internationale, le gouvernement brésilien d'extrême-droite a promis de stopper les activités illégales, mais il est en train de faire voter de nouvelles mesures qui vont renforcer l'absence actuelle de surveillance et de sanctions contre les crimes environnementaux.

2 mn

Photo d'illustration prise le 10 juillet 2020 dans le Mato Grosso (Brésil).
Photo d'illustration prise le 10 juillet 2020 dans le Mato Grosso (Brésil). (Crédits : Reuters)

La quasi-totalité de la déforestation en Amazonie brésilienne est illégale, et la promesse du président Jair Bolsonaro d'éliminer ce fléau est peu réaliste à cause du manque de transparence autour de l'utilisation autorisée de la terre dans cette région, ont estimé des organisations environnementales dans un rapport publié lundi.

Le rapport, réalisé par des universitaires et experts d'organisations environnementales, dont notamment la branche brésilienne du World Wildlife Fund (WWF), souligne que 94% de la déforestation en Amazonie et dans la région du "Matopiba", englobant des parties des États du Maranhao, Tocantins, Piauí y Bahía, est illégale.

Déforestation illégale ou légale ? Les autorités ne distinguent pas

Une situation provoquée par l'incapacité des autorités à documenter, par exemple, l'utilisation légale de ces même terres par des agriculteurs, éleveurs ou exploitants forestiers, pointe le rapport.

"La différenciation entre déforestation légale et illégale est un facteur clé pour garantir que la production agricole et forestière ne soit pas vérolée de crimes environnementaux", souligne le texte.

L'industrie agroalimentaire brésilienne sous la pression internationale

Depuis le début de la présidence Bolsonaro, en 2019, un pic de déforestation a été atteint: durant les douze mois précédant août 2020, la déforestation en Amazonie a augmenté de 9,5%, détruisant une surface supérieure à celle de la Jamaïque, selon des données officielles.

Le président d'extrême-droite subit une forte pression internationale pour redorer le blason de son gouvernement en matière de questions environnementales. L'industrie agroalimentaire de ce pays, qui compte parmi les plus grands exportateurs de soja et de viande, s'inquiète pour sa part des conséquences de cette pression.

De nouvelles mesures qui pourraient consolider le laisser-faire

Malgré la promesse de Jair Bolsonaro d'éliminer la déforestation illégale d'ici 2030, jugée irréaliste par les rédacteurs du rapport, un projet de loi assouplissant les exigences environnementales dans le cadre de projets agricoles et énergétiques a été approuvé par la Chambre des députés du Brésil.

Ce texte, qui doit encore être approuvé par le Sénat, prévoit notamment qu'une simple promesse écrite du respect des normes environnementales sera suffisante pour commencer des travaux de dédoublement de routes ou de lignes électriques.

2 mn

Paris Air Forum

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 18/05/2021 à 17:08
Signaler
Le poulet FRANCAIS label rouge est gavé au soja brésilien. Facile à voir, vous faites cuire un poulet sans ajout de matière grasse et après cuisson vous vous retrouvez avec une tasse de graisse. Quant à la viande rouge, si un étiquetage existe bien e...

à écrit le 18/05/2021 à 14:03
Signaler
Illégal dit WWF organisation non gouvernementale mais qu'en disent les gouvernements locaux et légitimes ?

à écrit le 18/05/2021 à 13:34
Signaler
Bolsonaro est un fléau pour le Brésil et la planète toute entière. Menteur et manipulateur comme son mentor Trump.

à écrit le 18/05/2021 à 13:11
Signaler
Encore un dossier à l'international sur lequel s'est ridiculisé notre président bien trop impuissant politiquement qui de ce fait ne va plus visiter les autres pays et que les représentants des autres pays ne viennent plus voir non plus. La souverain...

à écrit le 18/05/2021 à 12:58
Signaler
Arrêtons d'importer du soja ( OGM) Et de la viande (hormone et antibio) de ce pays. Une idée de la pensée d'extrême droite qui privilégie les intérêt des puissants. Tout en "tapant" sur les minorités.

le 18/05/2021 à 14:10
Signaler
Les ecolos en Europe veulent et persistent au carburant bio, donc les brasiliennes respondent au demande.

le 18/05/2021 à 14:12
Signaler
On imagine que si on ne leur achète plus rien, ils ne nous achèteront non plus plus rien, les accords commerciaux, souvent, c'est fait pour ça, une sorte de troc (a-t-on besoin de leur viande ? Les poulets surgelés ça intéresse les industriels, la re...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.