Areva va supprimer 1.500 postes en Allemagne

 |  | 392 mots
Lecture 2 min.
Areva va tailler dans ses effectifs en Allemagne. 1.500 emplois sont menacés.
Areva va tailler dans ses effectifs en Allemagne. 1.500 emplois sont menacés. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Le groupe nucléaire français prévoit de supprimer plus d'un poste sur cinq dans ses effectifs en Allemagne. Le groupe aurait également évoqué des économies financières, qui n'ont toutefois pas été chiffrées.

Le groupe nucléaire français Areva, en grande difficulté financière, prévoit de supprimer 1.500 postes en Allemagne entre 2015 et 2017, a indiqué mercredi le groupe à l'AFP.

Les suppressions d'emplois évoquées au cours d'une réunion mardi entre le personnel allemand et la direction du groupe, dont le directeur général Philippe Knoche, portent sur "1.500 postes équivalent temps plein de 2015 à 2017", a affirmé un porte-parole du groupe à l'AFP. "Une réduction d'environ 1.000 emplois a été mentionnée", a indiqué en parallèle Wolfgang Niclas, représentant du syndicat allemand IG Metall chez Areva, confirmant une information du quotidien français Les Echos.

Plus d'un emploi sur cinq menacés en Allemagne

Ce nombre concerne les années 2016 et 2017, a précisé le groupe, auquel s'ajoute des réductions d'effectifs prévues dans le cadre du plan stratégique lancé en 2011. Le groupe compte actuellement plus de 5.100 employés en Allemagne, répartis en huit sites dans le nucléaire et les énergies renouvelables, selon les données publiées par le groupe sur son site internet. Le siège des activités outre-Rhin d'Areva se trouve à Erlangen, en Bavière (sud).

Par ailleurs, dans le cadre des négociations avec les organisations syndicales qui doivent se poursuivre en avril, "rien n'est exclu" concernant d'éventuelles fermetures de sites, a ajouté le porte-parole.

"Le groupe cherche une solution socialement responsable", a-t-il insisté.

"Nous craignons que Offenbach (ouest) soit touché. IG Metall considère qu'Offenbach est le site le plus en danger pour le moment", a indiqué Wolfgang Niclas.

Des économies financières "évoquées"

Par ailleurs, "des économies financières non chiffrées ont été évoquées" pour les activités du groupe en Allemagne, a précisé M. Niclas. Areva, acculé avec une perte record en 2014 proche de 5 milliards d'euros, a annoncé la semaine dernière un plan d'économies d'un milliard d'euros, sans exclure d'éventuelles suppressions d'emplois.

Le groupe prévoit d'engager "à partir de la fin du mois de mars" une phase de concertation avec les organisations syndicales sur "un projet d'accord-cadre" relatif à "l'emploi, aux rémunérations et au temps de travail", avait précisé le groupe dans un communiqué.

Areva comptait 45.340 collaborateurs, fin 2013, dont les deux tiers en France. Areva doit aussi annoncer d'ici la mi-2015 un plan de financement, qui passera notamment par des cessions d'actifs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/03/2015 à 6:58 :
Bien la grandes question est de savoir comment ce groupe francais en est arriver la. Quel serons les sanction des direction, qui vas payer pour la mauvaise gestion.... Non seulement beaucoups de salarier vont perdre l'Eure emploi, cette entreprise et fragiliser.... Qui est le responsable.... Il faut des tete au contribuable francais qui vas encore devoir mettre la main à la paluche......ne pas oublier que notre pays a un vrais savoir faire sur la construction des réacteurs atomique.... Donc pas question de laisser se groupe industriel passer sous bannière étrangère.... Il y a des responsables. Et pas question qu'il s'enrichir sur le dos des contribuables....
a écrit le 11/03/2015 à 15:16 :
Bonjour,
et combien en France ?
Réponse de le 11/03/2015 à 16:37 :
bonsoir,
plein plein !
a écrit le 11/03/2015 à 12:46 :
Les pertes correspondent en grande partie à des provisions dont il n'est pas assuré qu'elles soient activées. Le processus permet de réduire ses impôts et taxes en période difficile. les emplois supprimés sont en grande partie transférés à des sous traitants. Le groupe se réorganise, il va mettre en commun des opérations avec Edf et d'autres acteurs. Laissons-le avancer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :