Avec le coronavirus, les énergies renouvelables vont coûter un milliard de plus à l'État

 |  | 544 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : Jean-Paul Pelissier)
La facture liée aux mécanismes de soutien à l'éolien et au solaire se chiffrera à 5,8 milliards d'euros en 2020. En cause : la baisse du prix de marché provoquée par le confinement.

Voilà qui devrait renforcer les arguments de leurs détracteurs. Conséquence du confinement provoqué par l'épidémie de coronavirus, la facture du soutien public aux énergies renouvelables va être bien plus salée que prévue en 2020 en métropole. Selon la Commission de régulation de l'énergie (CRE), le surcoût devrait se chiffrer à plus de 1,1 milliard d'euros.

Ce soutien prend la forme de deux mécanismes : des contrats d'obligation d'achat et des compléments de rémunération. Dans les deux cas, l'objectif est le même : assurer une rémunération suffisante pour permettre aux producteurs d'être rentables. Et ainsi favoriser l'émergence de l'éolien, du photovoltaïque et des autres énergies vertes, qui n'étaient ou qui ne sont pas encore compétitives face au nucléaire et aux énergies fossiles.

Lire aussi : Coronavirus: l'éolien face à des vents contraires

Baisse des prix de marché

Le coût du soutien public est lié au prix du marché. Plus celui-ci est bas, et plus la note grimpe pour l'État. Or, dans le sillage de la demande, qui a chuté en raison de l'arrêt d'une grande partie de l'activité industrielle, ce prix a fortement reculé à partir du mois de mars. De 50 euros le mégawattheure, il est tombé à 20 euros. Et il a même été négatif certains jours. Sur l'ensemble de l'année, la CRE anticipe une baisse moyenne de 18,5 euros par rapport à ses prévisions initiales.

En conséquent, le soutien public aux énergies renouvelables devrait se chiffrer à 5,8 milliards d'euros cette année, au lieu des 4,7 milliards précédemment anticipés. La majorité du surcoût provient de l'éolien terrestre, pour lequel la facture sera plus élevée de 49%. Cela s'explique également par une "météorologie favorable" au premier trimestre 2020, qui s'est traduite par une hausse de la production. Pour le solaire, le surcoût est estimé à 12% par la CRE.

Lire aussi : Coronavirus: la demande d'énergies fossiles plonge... au profit des renouvelables

"Bulle photovoltaïque"

Si l'économie française, et donc la consommation d'électricité, devraient rebondir en 2021, l'impact du coronavirus perdurera. La CRE prédit ainsi que le prix de marché ne retrouvera pas son niveau d'avant-crise. La commission anticipe par ailleurs une poursuite de la croissance de la production d'électricité verte, qui pourrait encore augmenter de 10%.  Le coût des deux mécanismes de soutien ne devrait ainsi que très légèrement reculer : il est attendu à 5,7 milliards d'euros l'an prochain.

Au-delà des effets conjoncturels, la CRE pointe également la responsabilité de "la bulle photovoltaïque constituée avant le moratoire de décembre 2010". Ces installations, qui représentent un peu moins de 40% du parc installé en France, bénéficient en effet d'un tarif de rachat moyen de 510 euros le mégawattheure. Et elles s'accaparent 73% du soutien accordé au solaire, qui représente lui-même la moitié du solaire public aux énergies renouvelables. Pour éviter de nouveaux dérapages, la CRE appelle l'État à faire des choix.

"La fin - nécessairement progressive pour accompagner la filière - du soutien direct aux installations de moins de 9 kWc (kilowatt-crête, ndlr) devrait ainsi être étudiée dans les plus brefs délais", assure-t-elle.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/07/2020 à 14:09 :
la France court droit au désastre économique en faisant payer aux consommateurs toujours plus cher une électricité qui devrait à contrario être bon marché compte tenu de nos moyens de production importants en centrales nucléaires et hydroélectriques déjà très largement amorties . subventionner l'éolien et le photovoltaïque ne sert qu'à donner des rentes de situation à une poignée de profiteurs pseudo-industriels qui se gavent encore davantage en bénéficiant de prix spéciaux très en dessous des prix de production obligatoirement consentis par EDF sur une part conséquente de sa production d'électricité nucléaire . les politiques qui ont et continuent de légaliser ces pratiques totalement irresponsables seront amenés à rendre des comptes tôt ou tard .
a écrit le 21/07/2020 à 12:15 :
Comparé aux milliards mis pour l'EPR et la mise aux normes des centrales nucléaires vieillissantes, ce n'est rien !
Réponse de le 22/07/2020 à 8:07 :
L'EPR fonctionne très bien en chine depuis près de 2 ans maintenant. Si l'EPR a pris autant de retard en France cela résulte à une perte de savoir-faire évident bien sagement orchestrée par nos dirigeants successifs depuis plus de 30 ans et surtout par le sabotage parfaitement organisé par différentes organisations et partie politique à plusieurs niveaux (en particulier modifications permanentes des normes et des spécifications souvent sans véritable impact sécuritaire).
Si une perte de plus d'un milliards d'euros, c'est à dire un peu près de 10% d'un équipement indispensable à termes pour assurer la pérennité de la fourniture d’électricité de la France ne représente rien pour vous, alors je m’inquiète pour la gestion de votre budget !
Ce milliard d’euros qui s’ajoute à tous les millions d’euros perdus chaque fois que le prix de marché de l’électricité descend au-dessous d’un certain seuil (à fortiori quand il devient négatif) montre à l’évidence combien le développement à marche forcée d’une filière énergétique intermittente et aléatoire (et accessoirement hautement anti-écologique) n’est qu’une stupidité idéologique.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :