Coronavirus : l'éolien face à des vents contraires

 |   |  605  mots
(Crédits : Enedis)
En France, comme dans de nombreux pays, tous les chantiers de parcs éoliens sont à l'arrêt. Le nombre d'installations ne devraient ainsi pas être aussi élevé qu'espéré cette année.

Si les éoliennes continuent de tourner en France, la filière tourne, elle, au ralenti. En raison de la propagation de l'épidémie de coronavirus, et du confinement décidé par le gouvernement,  les démarches administratives sont perturbées, les études environnementales annulées, les raccordement au réseau repoussés et les usines des fabricants fermées... "Tous les chantiers sont à l'arrêt", souligne Pauline Le Bertre, déléguée générale de France Energie Éolienne (FEE).

Pour le secteur éolien, l'objectif est désormais de préparer la sortie de crise pour reprendre au plus vite l'installation de nouveaux mâts. "Un certain nombre d'aménagements seront nécessaires pour ne pas reperdre du temps", selon Pauline Le Bertre, qui assure que le gouvernement se montre "très volontaire". Deux mesures ont déjà été prises: la prolongation des délais pour la mise en service des parcs en construction et la scission en deux du prochain appel d'offres pour l'éolien terrestre, reporté pour deux-tiers de juillet à novembre.

"2020 aurait dû être une année record"

Alors que le confinement pourrait encore perdurer au-delà de la période de quatre semaines déjà entérinée, la filière pourra-t-elle rattraper le temps perdu d'ici à la fin de l'année ? "Il est encore trop tôt pour le dire", estime la responsable de FEE, qui représente 300 acteurs du secteur. D'éventuels retards tomberaient mal, au moment où la filière doit "accélérer": pour atteindre les objectifs fixés par la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE), elle doit en effet raccorder en moyenne 2.000 mégawatts par an jusqu'en 2028, contre environ 1.500 mégawatts l'an dernier.

Au niveau mondial, l'année s'annonce également très incertaine. "L'impact du coronavirus sur les installations éoliennes restent encore inconnu", reconnaît le Conseil mondial de l'énergie éolienne (GWEC), dans son rapport annuel publié fin mars. Celui-ci se montrait jusque-là très optimiste. "2020 aurait dû être une année record", rappelle-t-il, alors qu'il anticipait le raccordement de 76 gigawatts de nouvelles capacités éoliennes, soit 27% de plus que les 60 gigawatts installés en 2019. De nouvelles prévisions seront publiées avant l'été.

Appels d'offres annulés ?

Le cabinet Wood McKenzie, lui, a déjà ajusté ses projections. Il ne prédit plus que l'ajout de 73 gigawatts en 2020, soit 4,9 gigawatts de moins que précédemment. L'impact en volume sera le plus "significatif en Chine et aux Etats-Unis où des livraisons record étaient attendues", avance Dan Shreve, directeur de la recherche sur l'énergie éolienne. En pourcentage, la France, l'Espagne et l'Italie "pourraient être touchées encore plus fortement en raison des mesures drastiques de confinement", ajoute-t-il. En plus des chantiers, ces restrictions se répercutent aussi sur la chaîne d'approvisionnement, ce qui pourrait se traduire par des délais supplémentaires.

A long terme, les effets du coronavirus pourraient être "limités si les pays occidentaux peuvent contenir l'épidémie dans des délais similaires à ceux constatés en Chine et en Corée du sud", anticipe le spécialiste. Mais un risque majeur perdure: "de potentiels retards ou des annulations d'appels d'offre", qui impacterait durablement la croissance de l'éolien. Se posera notamment la question du financement des énergies renouvelables pour les gouvernements, dans un contexte notamment de relance économique et de forts déficits publics. "L'énergie éolienne est très compétitive, très proche des prix du marché, rétorque Pauline Le Bertre. Il n'y a pas à crainte une remise en cause des énergies renouvelables".

Lire aussi : Le coronavirus, une "bombe à retardement pour le climat"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/04/2020 à 15:40 :
Ce devrait être le bon moment pour se poser la question de la véritable utilité de l'éolien compte tenu de son coût pour la nation. Et oublions les idéologies...
a écrit le 08/04/2020 à 10:52 :
A tous ceux qui ne voient notre avenir énergétique que dans les En R aux multiples bienfaits , voici quelques éléments d' appréciation :
Déclarer que le nucléaire est « un actif échoué » ne semble pas l' expression la plus appropriée compte tenu des programmes de construction que l' on trouve, en Russie et en Chine entre autres
Pour un programme échoué,le parc nucléaire français qui nous procure encore plus de la moitié de notre électricité se porte plutot bien.
Prétendre que les EnR ne sont pas aidées est une parfaite démonstration de mauvaise foi :
sur ma dernière facture, EDF m' a prelevé 22 % du cout de l' énergie fournie pour financer la CSPE, subvention en soutient des éoliennes et panneaux PV. Prelevée depuis des années, cette contribution représente des dizines de milliards. Ces prélèvement ne font qu' augmenter
Autre démonstration de mauvaise foi: il est très souvent mis en avant par les écologistes anti-nucléaires notre dépendance aux importations d' uranium soit 1 à 2 milliards par an
Combien pour les panneaaux PV et éoliennes chinois ?
Plusieurs centaines de milliards
Les importateurs de panneaux PV et d' éoliennes qui profitent largement de ces sommes sont ils de vos amis intimes ?
Traiter QUOTIDIENEMENT 10 000 tonnes de panneaux en fin de vie est il possible ?
Existe t il une installation PV réalisée avec des panneaux recyclés ?
Les derniers calculs dont je détiens un exemplaire font état d' un Mwh EPR à 48 €, l' ADEME, organisation que l' on ne peut qualifier de pro-nucléaire, estime elle son cout à 70 €.
Les dernières évaluations sur les deux EPR chinois fonctionnant depuis deux et un an font ressortir un cout voisinant 50 €
La même ADEME , dans différentes publications, donne un cout de 1 € environ pour le KWh photovoltaïque, tous types d' installation confondus (parcs au sol et en toitures)
J' ai lu et relu avec beaucoup d' attention le rapport de la Cours des Comptes sur sa publication « Le cout du nucléaire » Je n' au trouvé nulle part le chiffre de 130 € le MWh
Quelles sont vos sources pour les chiffres très différends des miens que vous annoncez ?
a écrit le 06/04/2020 à 21:27 :
A tous ceux qui ne voient notre avenir énergétique que dans les En R aux multiples bienfaits , voici quelques éléments d' appréciation :
Déclarer que le nucléaire est « un actif échoué » ne semble pas l' expression la plus appropriée compte tenu des programmes de construction que l' on trouve, en Russie et en Chine entre autres
Pour un programme échoué,le parc nucléaire français qui nous procure encore plus de la moitié de notre électricité se porte plutot bien.
Prétendre que les EnR ne sont pas aidées est une parfaite démonstration de mauvaise foi :
sur ma dernière facture, EDF m' a prelevé 22 % sur le cout de l' énergie fournie pour financer la CSPE, subvention en soutient des éoliennes et panneaux PV. Prelevée depuis des années, cette contribution représente des dizines de milliards. Ces prélèvement ne font qu' augmenter
Autre démonstration de mauvaise foi: il est très souvent mis en avant par les écologistes anti-nucléaires notre dépendance aux importations d' uranium soit 1 à 2 milliards par an
Combien pour les panneaaux PV et éoliennes chinois ?
Plusieurs centaines de milliards
Les importateurs de panneaux PV et d' éoliennes qui profitent largement de ces sommes sont ils de vos amis intimes ?
Traiter QUOTIDIENEMENT 10 000 tonnes de panneaux en fin de vie est il possible ?
Existe t il une installation PV réalisée avec des panneaux recyclés ?
Les derniers calculs dont je détiens un exemplaire font état d' un Mwh EPR à 48 €, l' ADEME, organisation que l' on ne peut qualifier de pro-nucléaire, estime elle son cout à 70 €.
Les dernières évaluations sur les deux EPR chinois fonctionnant depuis deux et un an font ressortir un cout voisinant 50 €
La même ADEME , dans différentes publications, donne un cout de 1 € environ pour le KWh photovoltaïque, tous types d' installation confondus (parcs au sol et en toitures)
J' ai lu et relu avec beaucoup d' attention le rapport de la Cours des Comptes sur sa publication « Le cout du nucléaire » Je n' au trouvé nulle part le chiffre de 130 € le MWh
Quelles sont vos sources pour les chiffres très différends des miens que vous annoncez ?
a écrit le 04/04/2020 à 17:25 :
Le nucléaire est un actif échoué et Flamanville est aussi à l'arrêt, le président d'EDF lui même ne veut même plus parler du prix du MWh EPR qu'il trouve trop cher et qui est estimé par le Cour des comptes à quelques 130 euros le MWh et sans doute plus à présent. Et si trop de personnes dans le nucléaire qui passent par un portail commun dans les centrales sont touchées majoritairement par le Covid-19 çà va être ingérable, surtout en cas d'accident où nous sommes encore moins préparés que pour le Covid-19 avec un manque de pastilles d'iode et 2 millions de personnes touchées en moyenne autour de chaque centrale. Un accident majeur c'est plus de 300 à 1000 milliards d'euros par réacteur selon le rapport de la Cour des comptes et des territoires durablement pollués. On ne peut plus assumer une telle énergie avec des déchets de plus de 100.000 ans et qui est indéfendable face aux armements actuels, missiles etc.
Réponse de le 04/04/2020 à 19:28 :
Les antinucléaires ont trouvé une nouvelle maladie à l' EPR ; le corona virus. Ce n' est pas très glorieux. Concernant Mr Bernard LEVY, il faut une sérieuse mauvaise foi pour déclarer qu' il ne croit pas au nucléaire. Merci de me communiquer le document fixant le prix du Mwh à 130 €
Je dispose d' un état très détaillé et incontournable mentionnant ce prix à moins de 50 €
Dans le catatstrophisme, il est toujours possible de trouver plus impressionnant Un tsunami ou un missile sur le barrage de VOUGLANS provoquerait une onde de submersion de 5 M de haut à LYON après un parcours de plus de 100 Kms. Il est difficiel de chiffrer les dégats humains et matériel et vive le barrage de Vouglans !!!
Les déchets nucléaires sont un vrai problème
Comme tous les déchets d' ailleurs
Si la moitié de l' énergie globale annuelle dont la France a besoin ((700 Twh) doit être produite par des panneaux solaires PV, un calcul à la portée de tous imposerait la destruction ou le recyclage de 10 000 tonnes environ de ces panneaux QUOTIDIENNEMENT ? Est ce envisageable
Cela représente 1000 camions de 10 T circulant tous les jours sur les routes de France . Pour quelle destination ?
a écrit le 04/04/2020 à 11:14 :
Le nucléaire a besoin d' investissement comme tout outil de production. Il s' agit la donc d' investissements, amortissables donc, et non de subventions A FONDS PERDUS comme pour les EnR , subventions qui ont déja couté près de 100 milliards au contribuable
Réponse de le 04/04/2020 à 17:04 :
Nucléaire ou renouvelables sont des investissements. La différence est que le nucléaire n'a jamais cessé de dépendre de subventions diverses, ses prix sont en augmentation à 130 euros le MWh, il ne se vend pas, alors qu'à l'inverse les renouvelables se développent de plus en plus sans subventions, sont bien moins chères d'un facteur de 3 et +, sans devoir prendre en charge des risques majeurs ou des déchets sur plus de 100.000 ans, sont recyclables de multiples fois, ont des prix régulièrement en baisse pour des technologies encore en progression, s'intègrent aux bâtiments et localement etc. C'est la raison pour laquelle leurs perspectives sont bien plus fortes dans le monde dans toutes les études. Le nucléaire est une ancienne technologie principalement centralisée qui n'a ni résolu ses problèmes techniques ni économiques depuis le temps et qu'il faut subir durant des décennies et qui est devenu une charges que nous sommes les seuls à avoir à un tel niveau dans le monde entier et qui nous a fait prendre du retard dans de nombreux domaines et gaspiller plein d'énergie. On dépend toujours à 49% des énergies fossiles, on a des millions de bâtiments équipés de grilles-pain, des millions de gens en précarité énergétique à cause de cela, une efficacité énergétique médiocre, une thermosensibilité record etc. Bref une vaste gabegie pour une poignée de rentiers d'EDF bénéficiant de tarifs privilégié et un scandale en terme de gestion (endettement record, soutien indispensable de l'Etat etc)
a écrit le 03/04/2020 à 23:12 :
L'éolien et le solaire sont très favorables à la nature contrairement aux autres énergies :
- ils se développent plus vite que toute autre énergie donc impact positif en terme d'émissions/pollution/climat etc
- ils sont de plus en plus 100% recyclable donc impact de plus en plus réduit au fil du temps
- ils préservent des zones maritimes où les espèces se développent. Idem pour le solaire avec l'agrovoltaïque compatible notamment avec l'élevage et la biodiversité
- bien moindre impact sur les oiseaux que les chats ou les buildings
- largement moins de consommation d'eau que les autres énergies dont nucléaire
- pas de relargage d'eau chaude et autres réchauffements locaux comme le nucléaire
- pas de radioactivité durable ni de risque
- bien plus grande sécurité en cas de conflit
- pas de territoires durablement condamnés avec des coûts gigantesque comme pour le nucléaire
etc
Réponse de le 03/04/2020 à 23:51 :
La diversité est tellement bien protégé , que des animaux marins crèvent sur le sable en horde , que les bactéries et virus se balades dans les nanoparticules de plastique au fonds de la mer qui détruits faune et flore...
Détourner des vents = ne pas respecter la nature.
Les éoliens et le captage solaire dérèglent la nature qui déjà bien atteint ...

Faut pas croire aux bêtises de la Nasa, il n’y a pas d’autres terres habitables pour les humains .
Vous arriverez à vivre confiner sur la lune 6 mois?
C’est de folie , faut être zinzin pour faire ça ...
Réponse de le 04/04/2020 à 17:15 :
@ CO vous confondez la pollution marine des plastiques issus des rivières, les impacts du transport maritime (90% des échanges), du réchauffement climatique etc avec l'éolien et le solaire qui ont au contraire un bilan favorable en permettant des zones marines protégées ou la biodiversité se développet comme de multiples études le prouvent ou le solaire avec l'agrovolatîque compatible avec la biodiversité, l'élevage etc. Le nucléaire par contre répand lui depuis toujours ses déchets dans les océans, avec la Hague, l'eau durablement polluée de Fukushima etc.
Réponse de le 04/04/2020 à 17:15 :
@ CO vous confondez la pollution marine des plastiques issus des rivières, les impacts du transport maritime (90% des échanges), du réchauffement climatique etc avec l'éolien et le solaire qui ont au contraire un bilan favorable en permettant des zones marines protégées ou la biodiversité se développet comme de multiples études le prouvent ou le solaire avec l'agrovolatîque compatible avec la biodiversité, l'élevage etc. Le nucléaire par contre répand lui depuis toujours ses déchets dans les océans, avec la Hague, l'eau durablement polluée de Fukushima etc.
Réponse de le 05/04/2020 à 16:26 :
Si la moitié seulement de l' énergie globale annuelle dont la France a besoin ((700 Twh) doit être produite par des panneaux solaires PV, un calcul à la portée de tous imposerait la destruction ou le recyclage de 10 000 tonnes (60 Hectares !!!) environ de ces panneaux QUOTIDIENNEMENT  C' et absurde !!
Cela représente 1000 camions de 10 T de déchets, recyclés ou non, réservés à cette tache et circulant tous les jours sur les routes de France . Pour quelle destination ?
a écrit le 03/04/2020 à 16:58 :
La technologie éolienne et solaire est entrain de tuer les paramètres naturelles de la planète.
C’est un fait mathématique et physique.
a écrit le 03/04/2020 à 15:11 :
L'éolien n'est en rien un gaspillage d'argent public car il tend en moyenne vers les 40 euros le MWh en terrestre (appels d'offre obtenus à 49 euros en offshore sur la Manche) alors que la Cours des compte estime le MWh EPR autour de 130 euros, sans compter tous les frais. On ne vend d'ailleurs quasiment pas de nucléaire qui ne représentera selon les compilations annuelles du Giec que 4 à 8% des énergies primaires donc rien comparé aux renouvelables qui se développent bien plus vite. L'intermittence est un argument fallacieux car on travaille sur les réseaux européen et plus Entso-e et Entso-g entre autres réseaux de chaleur. Il y a 7 régimes de vent complémentaires en Europe et ils sont loin d'être connectés. Pour le solaire pareil le parc européen est loin d'être optimisé. Donc la part de stockage nécessaire est très modeste (en moyenne 15% en Europe) et on dispose d'importants excédents de stockage de la Norvège à l'Espagne en passant par l'Italie et l'Ecosse rien qu'en Step. Concernant le prix de l'électricité, enlevez les taxes et il est moins cher par exemple au Danemark et pas si cher que çà en Allemagne. La facture d'énergie globale par habitant est moins chère qu'en France qui est équipée de grilles-pain. Regardez en détail les taxes et vous verrez qu'elle concernent l'efficacité énergétique, l'isolation des logements etc. Les renouvelables font de moins en moins appel aux subventions donc l'argument des taxes liées aux renouvelables devient lui aussi de plus en plus fallacieux. Par contre le nucléaire implanté depuis les années 70 en France continue de demander des aides alors que ces dernières n'ont jamais cessé (R&D, formation, risques, augmentations de capital, prise en charge de l'Etat etc). EDF est hyper endetté à cause du nucléaire alors que son chiffre d'affaires dans les renouvelables et en plus forte croissance. Les anti-éoliens sont donc des demeurés qui ne connaissent rien à l'énergie et sont en plus de gros menteurs !
a écrit le 03/04/2020 à 15:11 :
L'éolien n'est en rien un gaspillage d'argent public car il tend en moyenne vers les 40 euros le MWh en terrestre (appels d'offre obtenus à 49 euros en offshore sur la Manche) alors que la Cours des compte estime le MWh EPR autour de 130 euros, sans compter tous les frais. On ne vend d'ailleurs quasiment pas de nucléaire qui ne représentera selon les compilations annuelles du Giec que 4 à 8% des énergies primaires donc rien comparé aux renouvelables qui se développent bien plus vite. L'intermittence est un argument fallacieux car on travaille sur les réseaux européen et plus Entso-e et Entso-g entre autres réseaux de chaleur. Il y a 7 régimes de vent complémentaires en Europe et ils sont loin d'être connectés. Pour le solaire pareil le parc européen est loin d'être optimisé. Donc la part de stockage nécessaire est très modeste (en moyenne 15% en Europe) et on dispose d'importants excédents de stockage de la Norvège à l'Espagne en passant par l'Italie et l'Ecosse rien qu'en Step. Concernant le prix de l'électricité, enlevez les taxes et il est moins cher par exemple au Danemark et pas si cher que çà en Allemagne. La facture d'énergie globale par habitant est moins chère qu'en France qui est équipée de grilles-pain. Regardez en détail les taxes et vous verrez qu'elle concernent l'efficacité énergétique, l'isolation des logements etc. Les renouvelables font de moins en moins appel aux subventions donc l'argument des taxes liées aux renouvelables devient lui aussi de plus en plus fallacieux. Par contre le nucléaire implanté depuis les années 70 en France continue de demander des aides alors que ces dernières n'ont jamais cessé (R&D, formation, risques, augmentations de capital, prise en charge de l'Etat etc). EDF est hyper endetté à cause du nucléaire alors que son chiffre d'affaires dans les renouvelables et en plus forte croissance. Les anti-éoliens sont donc des demeurés qui ne connaissent rien à l'énergie et sont en plus de gros menteurs !
a écrit le 03/04/2020 à 10:09 :
Quand allons-nous arrêter ce gaspillage d’argent public?
L’expérience désastreuse Allemande, qui produit une électricité 2 fois plus chère que la nôtre et 7 fois plus polluée en CO2, ne nous suffit-elle pas?
Les énergies solaires et éolienne sont des énergies intermittentes et non pilotable, qui doivent avoir un back-up fossile (gaz, fuel, charbon en Allemagne!) pour alimenter un réseau. Donc c’est cher et ça pollue.
On ferait mieux de consacrer l’argent que l’on gaspille dans ces ENR’s à aider les gens à isoler leur habitation, à s’équiper de pompes à chaleur, à pousser la recherche pour produire de l’H2 propre et économiquement viable, et à pousser (au lieu de baisser les bras!) la recherche dans le nucléaire (surrégénérateurs,...). Sinon dans quelques années, nous achèterons la technologie nucléaire aux Chinois!
Réponse de le 03/04/2020 à 13:53 :
A mourir de rire ! Enfin, profitons d'une mort par le rire avant qu'une centrale atomique nous pète à la figure, ce qui ne saurait tarder vu la parc atomique français et le savoir-faire (si l'on ose dire...) bleu-blanc-rouge en la matière. Mais à part des chiffres pour le moins fantaisistes, voire faut, qu'ânonnez-vous ? Rien de sérieux. L'électricité française est, à cause du nucléaire, trois fois trop chère. Elle est en tout cas payée trois fois par le con-sommateur qui n'a jamais aussi bien porté son nom. Aucune centrale atomique française n'a jamais atteint sont point de rentabilité et pour cause. C'est impossible. Sauf, bien, sûr, à suivre la stratégie française : bricoler des centrales qui ne tiennent pas la route, rogner sur leur sécurité et leur maintenance et exposer les populations à tous les dangers et à des taux de concentrations de cancers que l'on ne trouve nulle part ailleurs, ou presque. Sans oublier le fait que l'énergie atomique, qui est aussi criminogène que dépassée (mais elle est aussi dépassée que tout le reste en france), n'assure aucune indépendance énergétique ni aucune fiabilité d'approvisionnement. Mais bon : vous êtes français et il ne faut donc pas vous en demander trop. Surtout pas de réfléchir par vous-même oud 'avoir le courage d'envisager autre chose qu'une énergie aussi moyenâgeuse que toutes les autres facettes (politique agricole, mobilité et transports, industrie, secteur des soins et de la santé, enseignement...) d'un hexagone arriéré - pays le plus pollué d'europe - qui se présente comme le véritable et premier chancre européen. Au moins, il est pour une fois sur la première marche d'un podium.
Réponse de le 03/04/2020 à 14:27 :
Je suis assez d'accord avec vous, JLB ! J'aurai aimé que le fanatique qui vous a répondu donne des arguments sérieux ! Qu'il nous explique comment il se fait que l'électricité en France est deux fois moins chère qu'en Allemagne, que la teneur en CO2 du kWh est de l'ordre de 70 alors qu'elle est de 300 ou 400 en Allemagne etc ... etc... Qu'il nous explique pourquoi il considère que le risque nucléaire hypothétique , est plus problématique que les dégats en cours de la pollution par CO2 étroitement liée aux développement inconsidéré des ENR....
a écrit le 02/04/2020 à 23:32 :
Il faut couper les subventions et cesser de polluer nos belles campagnes avec ces monstruosités.
Un jour viendra où les gens en auront marre et iront poser des pains de plastic dessus...
a écrit le 02/04/2020 à 22:45 :
Le terreau pour ce virus :
Est “la pollution des mers ” donc de l’écosystème des vivants ( échelle de l’écosystème)
Il faudrait revenir à de l’énergie propre ( bois et feu )et arrêter de détourner les ressources de la nature pour s’enrichir égoïstement ( soleil, vent , eau = perturbation climatique)
a écrit le 02/04/2020 à 12:13 :
Ce sont TOUTES les énergies renouvelables et plus généralement la trandition énergétique qui sont les victimes collatérales de la crise actuelle: à 25 USD le baril de pétrole, aucune source d'énergie renouvelable n'est rentable, et les les milliers de milliards déversés pour endiguer les effets immediats de la crise (chômage, dépôts de bilan) manqueront pour financer les investissements 'verts'.
Réponse de le 02/04/2020 à 17:13 :
Les 25 $/bbl ne vont pas durer.

Cela fait 5 ans que l'on sous-investit dans la recherche pétrolière et la production, sans qu'on mette en place les capacité énergétiques vertes de remplacement.

Au premier redémarrage de l'économie (hystérie du coronavirus passée et moumoute blonde renvoyée à son mini golf), la demande va excéder l'offre et on pourrait bien se retrouver avec un baril à 120-150 $.
On va de nouveau laisser partir nos devises en fumée, faute de mieux.
a écrit le 02/04/2020 à 11:26 :
Pauline a oublié de dire que le prix de l'électricité est au plus bas, qu' Edf rachète aujourd'hui 82€ cette électricité eolienne quelle revend à 10 euros sur le marché epex.
Les promoteurs éoliens vont ils participer à l'effort national et reverser une partie de leurs subventions aux hôpitaux ?
Réponse de le 02/04/2020 à 19:01 :
Rassurez-vous, vos chiffres sont faux...
Je ne peux vous en vouloir, Fabien Bouglé continuant d'essayer de vendre son livre n'a même pas conscience des rapports de RTE qui démontrent chaques mois son ignorance du marché de l'électricité.

La simple lecture de la page 3 du bilan mensuel de février 2020 de RTE contredis directement l'argument principal de l'auteur.
source: https://www.rte-france.com/sites/default/files/rte-mensuel-electricite-fevrier-2020_bat_1.pdf
Je cite:
Analyse du moisLE MENSUEL DE L’ÉLECTRICITÉFÉVRIER 2020Prix journalier français en nette baisseLe prix de marché français est en net repli. Avec 26,3 €/MWh, il est au plus bas pour un mois de février depuis 2016 et recule de 12 €/MWh (-31%) par rapport au mois dernier. Une des principales raisons de cette baisse reste la faiblesse de la demande en énergie électrique liée à la douceur des températures. La production élevée des filières renouvelables, en particulier éolienne, et la baisse des coûts des combustibles (gaz et charbon) sont également des facteurs importants pesant sur le prix. Ainsi, le passage de la tempête Dennis provoque la formation de prix négatifs sur quatre pas horaires en France le dimanche 16 février (voir focus en page 5). La baisse des prix s’observe aussi plus largement dans toute l’Europe.

Autrement dit l'éolien à fait baisser considérablement le prix de l'électricité CQFD
Réponse de le 02/04/2020 à 19:38 :
"l'éolien a fait baisser considérablement le prix de l'électricité " ... Avec un prix fixe et garanti ?
Le prix de l'électricité est fixé en fonction de l'offre et de la demande (et je ne suis pas Nobel d'économie). En ce moment , le prix de l'électricité est au plus bas et le prix de l'éolien toujours aussi haut.
D'où ma question: les promoteurs vont-ils partager le gâteau avec les hôpitaux ?
Réponse de le 02/04/2020 à 19:42 :
Vous confirmez que le prix de l'électricité est au plus bas.
Alors que des centaines d'entreprises sont en grande difficulté, l'industrie éolienne a toujours des revenus fixes.
La question d'un partage, d'une solidarité avec les hôpitaux mérite l'"attention.
a écrit le 02/04/2020 à 11:09 :
... un minimum de réalisme et un soupçon d'intelligence, on s'aperçoit que c'est dans les zones les plus polluées que le Covid-19 fait le plus de ravages. C'est d'ailleurs pour cette raison - en plus d'un système de santé moyenâgeux - que la france est si touchée : c'est le pays le plus pollué d'europe selon toutes les données internationales fiables (et donc pas les données foireuses françaises). Dans ces conditions, il serait intelligent -on peut rêver - de miser plus que jamais sur les énergies vraiment propres, durables et renouvelables (dont l'éolien, mais pas uniquement), et plus s'enfoncer dans les usines à cancers que sont les centrales atomiques qui n'assurent aucune indépendance énergétique,induisent des factures où le (très) con-sommateur paye son énergie trois fois trop cher, aucune fiabilité d'approvisionnement (voir les centaines et milliers de ménages privés d'électricité en france dès qu'il y a deux flocons de neige ou trois gouttes de pluie)... Sans oublier que ceux qui ont l'honnêteté et l'intelligence de se renseigner auprès des sources fiables constateront qu'en france la carte de concentration des cancers est identique à celles des implantations atomiques (plus d'une centaine sur un territoire hexagonal grand comme un mouchoir de poche. Il serait donc avisé et intelligent de passer aux vraies énergies propres. Mais bon : intelligent et français... faut pas se faire d'illuysions, non plus.
Réponse de le 02/04/2020 à 11:40 :
Je n'avais rien lu de plus farfelu depuis bien longtemps ! Continuez à fumer des coquelicots, en rêvant que l'éolien est "propre" ou que les énergies intermittentes assure une quelqueconque fiabilité d'approvisionnement.
Chapeau !

"Cartes de concentration de cancer identique à celle d'implantation atomiques" ? Citez vos sources, histoires qu'on voit que ça ne tient pas.
Réponse de le 02/04/2020 à 12:35 :
Je ne connais pas l'interlocuteur que vous interpellez, mais force est de reconnaître que ses propos tiennent la route, contrairement à ce que votre obscurantisme primaire vous fait gober. N'importe quelle énergie durable sera toujours plus propre, saine et fiable que le charbon ou l'énergie atomique. Et il a aussi tout-à-fait raison en ce qui concerne le prix de l'énergie atomique vendue au prix fort aux pauvre gogos français, la totale non-indépendance énergétique et l'illusoire fiabilité d'approvisionnement. Il n'y a aucun pays européen - y compris dans tous ceux qui ont l'intelligence de ne pas être entrer dans l'engrenage atomique - où la fiabilité de l'approvisionnement est aussi nulle qu'en france. Vrai aussi que dès que les conditions météo ne sont pas optimales à 100 %, des milliers de foyers français se retrouvent sans électricité. ce qui n'arriverait pas avec les panneaux photovoltaïques ou si chaque maison pouvait disposer de son éolienne. Quant aux cartes cancers / implantations des sites atomiques en france, elles sont très faciles à trouver sur Internet et évidentes à superposer. Bref, même si ses propos sont parfois un peu forts, force est de reconnaître qu'il a raison. Si l'énergie atomique était une solution, la france ne serait peut-être plus - malgré sa populace et son amateur incompétent aux commandes - à l'âge de la pierre et la risée du monde civilisé.
Réponse de le 02/04/2020 à 14:17 :
Mais que c'est triste :! Et même un peu pitoyable et pathétique d'être à ce point manipulé par le lobby atomiste et les politiciens corrompus et pas foutu de penser par soi-même. Si l'énergie atomique était "la" solution, pensez-vous que votre pays serait le chancre social, médical, industriel, économique, culturel... qu'il est actuellement ? ET comment font alors les pays, plus développés et civilisés que la france, qui refusent à juste titre le nucléaire ? le fait d'être le pays européen le plus pollué mais aussi l'un des plus arriérés à tous points de vue ne vous permet certainement pas de pouvoir jouer - surtout de manière aussi stupide et caricaturale - ce qui se fait (forcément de mieux) ailleurs. Vous pouvez toujours bêtement vous moquer car la moquerie est votre seul "argument" : tant que la france s'enfoncera dans une énergie criminogène, mafieuse et totalement dépassée - je parle du nucléaire" - vous resterez un pays en voie de sous-développement. Mais est-ce si mal, finalement ? cela correspond parfaitement à la mentalité des assistés chroniques français et aux compétences (à mourir de rire !) des pathétiques clowns qui sont censés la diriger. Mais personne ne jettera la pierre aux français : cela peut faire peur d'essayer d'évoluer et de quitter le moyen-âge...
Réponse de le 02/04/2020 à 17:33 :
......c'est dans les zones les plus polluées que le Covid-19 fait le plus de ravages...

Non, c'est dans les zones les plus peuplées. Ne pas confondre concomitance et lien de causalité.

La mortalité autour de Tchernobyl et de Fukushima dans les zones interdites est nulle, alors que la pollution d'origine radioactive est ...disons préoccupante.

Dommage, parce que sur le constat qu'il faut aller au plus vite vers des énergies non fossiles (l'Uranium étant, de mon point de vue un combustible fossile et très sale), on est d'accord.
a écrit le 02/04/2020 à 10:06 :
Ça tombe bien on en a moins besoin également, un petit virus a freiné net la pollution comme aucune mesure oligarchique n'aurait pu le faire même dans 50 ans.

Maintenant l'argent planqué dans leurs paradis fiscaux des dragons célestes devrait justement profiter de cette pose pour continuer d'étendre le développement de ces énergies.

Mais bon quand vous voyez qu'ils en sont à penser à une cotisation pour pallier les pertes d'entrée d'argent dans leurs paradis fiscaux des dragons célestes, on part de loin...
Réponse de le 03/04/2020 à 11:58 :
@ multipseudos: "La derniere obsession du citoyen, les dragons celestes. No comment."

QU'est-ce que tu aimes te contredire, j'espère que tu le fais exprès au moins...

Signalé par contre bien entendu

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :