Énergies renouvelables : une année record qui cache un net ralentissement des investissements

 |   |  423  mots
Les investissements continuent de se concentrer dans l'éolien et le solaire photovoltaïque, alors que toutes les technologies d'énergies renouvelables ont besoin d'être déployées pour maintenir le réchauffement climatique sous bien en deçà des 2 degrés, note REN21, auteur de l'étude.
"Les investissements continuent de se concentrer dans l'éolien et le solaire photovoltaïque, alors que toutes les technologies d'énergies renouvelables ont besoin d'être déployées pour maintenir le réchauffement climatique sous bien en deçà des 2 degrés", note REN21, auteur de l'étude. (Crédits : Ali Madjfar/wikimédia commons/CC)
En 2016, 161 gigawatts de nouvelles capacités de production d'énergie renouvelable ont été installées dans le monde, mais les investissements ont baissé de 23% par rapport à 2015

Les records battus l'an passé dans le développement des énergies renouvelables ne suffisent pas pour limiter le réchauffement climatique sous les 2 degrés. "La transition énergétique ne se produit pas suffisamment vite pour atteindre les objectifs de l'accord de Paris", avec des investissements en baisse, les secteurs des transports et de la chaleur "verte" à la traîne, et des subventions aux énergies fossiles toujours trop importantes, alerte le rapport 2017 sur les énergies renouvelables du réseau d'experts REN21 (Renewable Energy Policy Network for the 21st Century).

"Le monde est dans une course contre la montre", pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, rappelle Christine Lins, secrétaire exécutive de REN21, qui rassemble des experts, des institutions multilatérales ou encore des ONG.

Cela passe, selon elle, par "une sortie du charbon et une accélération des investissements dans les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique". Fin 2016, les énergies vertes représentaient 24,5% de la production d'électricité et 19,3% de la consommation finale d'énergie. Pour la troisième année consécutive, les émissions de CO2 liées au secteur de l'énergie sont restées stables, dans un monde en croissance économique de 3%.

L'éolien et le solaire ne sont pas les seules options

L'an dernier, 161 gigawatts de nouvelles capacités de production d'énergie renouvelable (éolien, solaire, géothermie, etc.) ont été installées dans le monde, soit un niveau record, mais les investissements ont baissé de 23% par rapport à 2015, notamment dans les pays émergents. Le solaire et l'éolien deviennent même dans certains pays "l'option la moins coûteuse", par rapport aux énergies fossiles ou au nucléaire, se réjouit le rapport.

"Les investissements continuent de se concentrer dans l'éolien et le solaire photovoltaïque, alors que toutes les technologies d'énergies renouvelables ont besoin d'être déployées pour maintenir le réchauffement climatique sous bien en deçà des 2 degrés", note REN21.

Les transports loin d'être une priorité

Malgré l'expansion des véhicules électriques, dopés par la baisse du coût des batteries, le secteur des transports "n'est pas encore considéré comme une priorité", explique par exemple le rapport, en particulier dans le transport aérien et maritime.

La production de froid et de chaleur renouvelables est aussi à la traîne par rapport au solaire ou à l'éolien. Autre inquiétude, les subventions aux énergies fossiles sont toujours plus de quatre fois supérieures à celles accordées aux énergies renouvelables, pointe le rapport.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/06/2017 à 10:59 :
Si éolien et solaire ne se développent pas plus vite, c'est qu'ils ont un défaut rédhibitoire, dès que leur % dépasse 10% dans le mix électrique : leur INTERMITTENCE.
Ce n'est pas un "mythe" comme le prétendent les idéologues de REN21, mais une réalité physique, qu'il sera très difficile de pallier.
En France et dans quelques pays développés, le nucléaire est LA solution idéale sur les plans technique, économique, environnemental et même du risque : il n'y a eu aucun accident ni victime en 50 ans de nucléaire dans notre pays, alors que l'hydraulique a connu des ruptures de barrages dramatiques, et que le charbon tue CHAQUE année 4000 personnes par cancer du poumon. De plus, c'est une industrie nationale qui contribue à l'indépendance énergétique et à la balance économique.
a écrit le 07/06/2017 à 15:15 :
Quelques données complémentaires : (Source: UNEP, Frankfurt School, BNEF).

2016 ne fut pas une bonne année pour les énergies renouvelables, avec 241 Milliards d’investissements. Il faut dire que les prix, notamment des installations photovoltaïques continuent à baisser (-10 %). Ce qui rend le montant global d'invest plus faible, mais rend les projets plus concurrentiels, y compris par rapport aux énergies fossiles.
Les investissements dans les énergies renouvelables dépassent malgré tout les investissements de l’ensemble des autres énergies (nucléaire, gaz, charbon).
La Chine reste le premier marché mondial pour les renouvelables, suivie des USA. Il sera intéressant de voir les effets des prises de position du nouveau président sur les installations photovoltaïques aux USA. Leur marché était en croissance régulière depuis des années et 2016 fut une bonne année pour le PV surtout dans les Utility.
En Europe, c’est la Grande Bretagne qui a beaucoup investi dans les ENR 2016, presque 10 fois plus que la France.
Beaucoup de pays annoncent des engagements de plusieurs GW sur les prochaines années. L’Inde notamment prévoit de multiplier sa puissance solaire installée. Ils sont en plaine croissance et les besoins en électricité augmentent fortement.
a écrit le 07/06/2017 à 13:25 :
Le réchauffement climatique est une arme pour ceux qui pensent que la Terre ne peut pas supporter quelques milliards d'individus de plus.
Réponse de le 07/06/2017 à 13:59 :
exact, cher valbel. La terre peut fort bien accueillir et nourrir décemment plusieurs milliards d'êtres humains en plus... à certaines conditions. D'abord, que les agricultures conventionnelle et raisonnée ainsi que les OGM, soient purement et simplement interdits. D'après la FAO que l'on peut peut certainement pas taxer d'être alternative, seul le bio est capable de nourrir, sur le long terme et dans de bonnes conditions sanitaires (contrairement à l'agriculture conventionnelle et à l'agriculture soi-disant raisonnée qui empoisonnent sciemment les sols, l'environnement, le bétail, les cultures et les consommateurs). Toutes les études - enfin... toutes les études honnêtes, sérieuses, fiables et réalisées en toute indépendance par rapport aux géants des ogm et de l'agro-industrie - ont déjà largement prouvé que le bio est le mode cultural qui offre les meilleurs rendements sur les moyens et longs termes. Les pseudo-études trafiquées et mensongères qui tentent de faire gober le contraire aux décérébras sont toujours réalisées sur des périodes de moins de 5 ans qui ne prouvent rien du tout. Sinon les malversations des géants du secteur agro-industriel... et la crédulité crétine d'une partie de la populace-tion. Autre condition essentielle : que les gaspillages alimentaires, toujours scandaleux, et toujours du fait des "civilisations" (vraiment ??) occidentales cessent et soient sévèrement punis voire lourdement taxés. Pour le reste, sur tous les plans, la terre peut accueillir d'innombrables êtres humains supplémentaires à qui ont ne peut que souhaiter la bienvenue. Le reste n'est que du bourrage de mou destiné à entretenir les petites peurs mesquines et ridicules d'un populo basique qui n'est pas capable de penser par lui-même. C'est pour cela que je parle de "bourrage de mou" et pas de "lavage de cerveau". Car, dans ce dernier cas, faudrait que le populo affalé au comptoir du café du commerce ait un cerveau; et rien n'est moins sûr.
Réponse de le 07/06/2017 à 16:27 :
Accueillir quelques milliards d'individus de plus suppose de mettre fin à la société de consommation sur laquelle notre modèle économique et le confort de la société occidentale sont bâtis. La seule énergie renouvelable connue à ce jour est le vivant : cellules photovoltaïques et éoliennes ne sont pas recyclables.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :