Éoliennes : ce qu'il faut faire pour qu'elles soient acceptées par les populations, selon le Cese

Comment favoriser l'acceptabilité des infrastructures de la transition énergétique, et plus particulièrement des éoliennes ? Le Conseil économique, social et environnemental s'est penché sur cette épineuse question. Selon lui, la clé de voûte de leur acceptation repose sur un contrat de réciprocité entre les territoires, notamment urbains et ruraux, afin de garantir un partage équitable des efforts et des retombées. L'accent doit aussi être mis sur la planification de l'Etat et la consultation des Français. Explications.

5 mn

« La grande majorité de l'énergie consommée dans notre pays est toujours quasiment invisible et immatérielle », a rappelé ainsi en début de séance, Thierry Beaudet, le président du Cese. « Qui, dans nos contrées et de nos jours, voit un oléoduc, une mine de charbon, un puits de pétrole? »
« La grande majorité de l'énergie consommée dans notre pays est toujours quasiment invisible et immatérielle », a rappelé ainsi en début de séance, Thierry Beaudet, le président du Cese. « Qui, dans nos contrées et de nos jours, voit un oléoduc, une mine de charbon, un puits de pétrole? » (Crédits : Reuters)

Certains voudraient les voir disparaître, quand d'autres misent sur leur déploiement à plus grande échelle pour se diriger vers un monde bas carbone. Les énergies renouvelables (ENR), et plus particulièrement les éoliennes, divisent les candidats à la présidentielle. Anne Hidalgo, Yannick Jadot, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon y sont favorables. Tandis qu'Eric Zemmour, Marine Le Pen, Nicolas Dupont-Aignan et Jean Lassale voudraient tout bonnement interrompre l'intégralité des projets de construction.

Passé ce net clivage politique, les experts en la matière sont catégoriques: les infrastructures de la transition énergétique sont indispensables à l'atteinte des objectifs climatiques que s'est fixée la France dans le cadre de sa Stratégie nationale bas carbone (SNBC). Et, selon RTE, le gestionnaire du réseau de transport d'électricité haute tension dans l'Hexagone, un moratoire sur les renouvelables mènerait tout simplement la France à "manquer d'électricité bas carbone pour couvrir les besoins au-delà de l'horizon 2030-2035".

A l'urgence climatique, s'ajoute aujourd'hui l'impérieuse nécessité de bâtir notre souveraineté énergétique à l'heure où la guerre en Ukraine met en lumière des économies accros aux énergies fossiles importées. Alors, comment améliorer l'acceptabilité des infrastructures de la transition énergétique, indispensable à leur déploiement ? C'est la question sur laquelle s'est penchée la commission environnement du Conseil économique, social et environnemental (Cese). L'instance avait été saisie en septembre 2021 par le Premier ministre Jean Castex. Elle a rendu son avis le 23 mars dernier.

Des infrastructures XXL vs des énergies fossiles invisibles

L'exercice est épineux car les éoliennes et les panneaux photovoltaïques, souvent implantés en zones rurales en raison de leur faible densité de population, posent d'importants conflits d'usage du sol et de l'espace et rencontrent, quelquefois, de vives résistances des riverains, qui peuvent subir de réelles nuisances.

Parfois idéalisées dans l'imaginaire collectif, il faut rappeler que les ENR ont de véritables caractéristiques industrielles, de par leur taille (le mât d'une éolienne peut mesurer 200 mètres de haut), leur nombre (certains parcs éoliens en comptent jusqu'à 70), leur emprise foncière (parfois des centaines d'hectares pour les plus grandes centrales solaires). Sans compter le trafic incessant des camions lors des phases de chantier ou pour alimenter les méthaniseurs.

La méfiance à l'égard de ces nouvelles infrastructures est d'autant plus vive que le modèle de consommation intensive des énergies fossiles a posé, pendant des années, un grand voile sur nos yeux.

« La grande majorité de l'énergie consommée dans notre pays est toujours quasiment invisible et immatérielle », a rappelé ainsi en début de séance, Thierry Beaudet, le président du Cese. « Qui, dans nos contrées et de nos jours, voit un oléoduc, une mine de charbon, un puits de pétrole? », a-t-il interrogé.

Un nouveau contrat social territorial

Au contraire, l'adoption des énergies renouvelables implique, elle, un ancrage local et est synonyme de "visibilité", a-t-il souligné. Selon lui, "l'acceptabilité suppose bien plus qu'une réorientation industrielle". Elle nécessite "un nouveau contrat social entre les plus riches (qui émettent trop de GES) et les plus pauvres (qui, malgré eux, sont déjà au niveau requis); entre les urbains et les ruraux, dont l'exposition aux nuisances est très différente; entre les jeunes générations, alertées sur les questions climatiques, et les plus anciennes, qui ont du mal à comprendre l'ampleur des changements nécessaires".

Très concrètement, les deux co-rapporteurs, Claire Bordenave (groupe CGT) et Nicolas Richard (groupe environnement et nature) préconisent de clarifier, dans la feuille de route énergétique de la France (la PPE dans le jargon bureaucratique), la contribution des territoires aux objectifs de la stratégie nationale bas carbone. Ils estiment également que les nouveaux déséquilibres entre territoires, induits par le développement des renouvelables dans des zones peu denses, devraient faire l'objet de contrat de réciprocité. Objectif : garantir un partage équitable des efforts et des retombées.

Un grand débat public national, un État stratège...

Le Cese recommande par ailleurs de "planifier davantage le développement des renouvelables en amplifiant le rôle de stratège et planificateur de l'Etat". Cette planification doit être pilotable et ensuite être déclinée par les régions, puis par les collectivités en prenant en compte les spécificités des territoires. L'objectif est d'éviter un déploiement des infrastructures au coup par coup au gré d'opportunités privées. L'instance préconise aussi d'organiser un grand débat public national, "en abordant concrètement le récit global de la transition énergétique et les évolutions possibles des modes de vie".

Les rapporteurs prônent également la mise en place de concertations volontaires énergie-climat-paysage afin de permettre aux parties prenantes du territoire d'orienter leurs choix entre les possibilités des renouvelables et les efforts de sobriété. Le Cese insiste aussi sur la nécessité de systématiser les concertations au préalable de chaque projet d'infrastructure, "quand aucun processus n'est imposé par le code de l'environnement".

... et un médiateur de l'éolien

"C'est le défaut de concertation qui crispe les riverains et entraîne des contentieux à rallonge. La concertation permet de gagner du temps sur l'aval", soulignent les co-rapporteurs. "Le processus de décision est déterminant pour rétablir la confiance. Il l'est autant que la décision elle-même", ajoutent-ils.

L'instance demande, enfin, la création d'un médiateur de l'éolien, inspiré des médiateurs de la consommation. Autant de pistes qui doivent permettre de cheminer vers une adhésion forte de la population, sans laquelle la transition ne pourra se faire.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 20
à écrit le 01/04/2022 à 13:53
Signaler
Pour les pro-nucléaires qui foisonnent sur ce site , précisons que 100% du minerai d'uranium est importés ! Le premier fournisseur de la France vient d'un pays satellite de la russie dénommé le ... kasakshtan. Tout est dit face à notre soi-disant "...

à écrit le 01/04/2022 à 12:04
Signaler
La guerre en Ukraine a eu entre autres pour conséquence de mettre au grand jour le désastre de la transition énergétique basée sur les énergies renouvelables intermittentes et aléatoires dont l’éolien terrestre est le fer de lance. L’objectif de dou...

à écrit le 01/04/2022 à 11:57
Signaler
La guerre en Ukraine a eu entre autres pour conséquence de mettre au grand jour le désastre de la transition énergétique basée sur les énergies renouvelables intermittentes et aléatoires dont l’éolien terrestre est le fer de lance. L’objectif de dou...

à écrit le 01/04/2022 à 10:38
Signaler
Pas de vent...envoyez le gaz! Qui a eu intérêt au démantèlement de la filière nucléaire ? Qui a intérêt à la perte de la souveraineté énergétique de la France ? Il y a eu les allemands gênés par l'avantage tarifaire du nucléaire pour nos entrepris...

à écrit le 01/04/2022 à 10:00
Signaler
La peur de la fin du monde, ça marche toujours. Et c'est bien pratique pour enrichir les nouveaux capitalistes.

à écrit le 01/04/2022 à 9:56
Signaler
Surtout, il faudrait simplement reveler au public l'efficacite energetique de l'engin au final, sachant qu'elles tournent en moyenne 15% du temps au global. Sans compter la pollution des sols, le recyclage au bout de 20 ans etc.. etc... Vous verrez q...

le 01/04/2022 à 11:32
Signaler
à lire la plupart des commentaires , je me dis qu'il y a (encore) du chemin à parcourir pour diversifier notre bouquet énergétique. Alors que près de 25 réacteurs nucléaires sont à l'arrêt actuellement , certains osent encore parler de disponibilité ...

le 01/04/2022 à 15:16
Signaler
@Bioman Et la faute a qui pour les 25 reacteurs en arret a votre avis!! Qu'est ce qu'il ne faut pas lire... La production d'eoliennes est ultra carbonnee au contraire!!

à écrit le 01/04/2022 à 9:40
Signaler
Une éolienne commence à produire pour un vent de 12km/h et est en pleine puissance entre 50 et 90km/h entre temps c'est du gaz qui vient d'où?

à écrit le 01/04/2022 à 9:19
Signaler
1 consulter les citoyens concernés et TENIR COMPTE de leur avis ! 2 Choisir les lieux les moins impactant ......il yen a !

à écrit le 31/03/2022 à 22:41
Signaler
Une éolienne : un grand mât avec une grosse hélice au bout restera toujours un grand mât avec une grosse hélice au bout…. Et de qui plus est, ils sont plutôt organisés en troupeau et détruisent encore plus le paysage dans lequel ils sont installés !!

à écrit le 31/03/2022 à 21:50
Signaler
Citons J. M Jancovici: un cube d'air de 100 m de côté propulsé à 80 Km/h dans une éolienne produit l'équivalent énergétique de 3 gouttes de pétrole. Tout est dit. L'urgence, c'est le nucléaire de nouvelle génération capable de fonctionner avec les dé...

le 01/04/2022 à 9:11
Signaler
"le nucléaire de nouvelle génération capable de fonctionner avec les déchets de combustion nucléaires." ca n existe pas pour l instant. donc en admettant qu on commence le developpement de ce type de centrale demain, disons 5 ans de R&D puis 5 ans de...

le 01/04/2022 à 9:44
Signaler
Gouverner c'est prévoir, il ne fallait pas stopper la recherche fondamentale. Quant au retard (soudures) de l'EPR la lecture du rapport de 200 pages en ligne sur le site de l'ASN (belle transparence) précise les causes, nous avons beaucoup perdu depu...

à écrit le 31/03/2022 à 20:43
Signaler
Si les gens du coin étaient copropriétaires ou intéressés à la production, ça rendrait peut-être les choses plus acceptables. Mais si 1% des gens sont contres, eux seuls se feront entendre avec force bruit. Ça se remplace tous les 30 ans, ces gros v...

le 01/04/2022 à 12:03
Signaler
L'éolien actuel est une technologie mature et il n'y pas grand chose à espérer du côté rendement de production sauf à augmenter le gigantisme des structures avec toutes les conséquences écologiques que cela implique.

à écrit le 31/03/2022 à 19:45
Signaler
la france ets le pays de l'urgence.....y a urgence a ne pas reformer les retraites, urgences a se couper du gaz russe, urgence a ce que auchan quitte la russie, urgence a baisser l'inflation alors quon fait gonfler la masse monetaire depuis 15 ans, y...

le 01/04/2022 à 8:51
Signaler
il y a urgence de laisser les professionnels travailler, et urgence de ne pas mettre de l’argent public (au moins, quand les projets capotent, ce sont les initiateurs qui paient)!

à écrit le 31/03/2022 à 18:47
Signaler
Il faut en finir avec l’éolien terrestre (aux taux de charge ridicules), et tout axer sur l’éolien off shore (qui est tout de même plus loin de nos habitations, et aux taux de charge de l’ordre de 50%). C’est tout de même logique! Non au financement ...

le 01/04/2022 à 11:15
Signaler
"qui est tout de même plus loin de nos habitations" ceux habitant près de la mer ne veulent pas qu'on puisse voir des moulins à l'horizon, ça pourrait faire baisser la valeur de leur maison. Chacun a ses critères personnel de rejet. Créons le Livret...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.