Nouveau coup dur pour la filière éolienne : le gouvernement muscle les règles d'implantation

Alors qu'il était jusqu'ici de 30 km, le périmètre autour des radars militaires où l’implantation des parcs éoliens est strictement contrôlée passe à 70 km. Les autorisations se feront, au cas par cas, après validation du ministère des Armées.

3 mn

D'après l'armée, un champ éolien pourrait, par exemple, empêcher un radar de détecter un avion.
D'après l'armée, un champ éolien pourrait, par exemple, empêcher un radar de détecter un avion. (Crédits : Reuters)

Vent contraire au sein du gouvernement. Une nouvelle réglementation, à l'initiative du ministère des Armées, ajoute une nouvelle contrainte aux implantations des éoliennes, alors que le gouvernement prévoit justement de doubler le parc éolien terrestre en sept ans.

Une ambition largement soutenue par Barbara Pompili, la ministre de la Transition écologique, qui défend le rôle clé de l'éolien pour atteindre la neutralité carbone en 2050. Pour accélérer et faciliter son déploiement, elle a notamment demandé aux préfets d'identifier les lieux qui se prêteraient le mieux au déploiement de nouveaux parcs.

Dans le détail, un document d'instruction du ministère des Armées, daté du 16 juin et entré en vigueur le 18 juin, restreint le périmètre autour des radars militaires dans lequel la présence des éoliennes est extrêmement contrôlée. Cette zone passe de 30 kilomètres à 70 kilomètres, rapporte France Info qui a pris connaissance de ce document.

Pas une interdiction absolue

"Ce n'est pas une interdiction absolue au sein de cette zone. Les décisions seront prises au cas par cas, en lien étroit avec le ministère des Armées", précise-t-on au sein du ministère de la Transition écologique, qui se dit  "vigilant" quant aux conséquences de cette nouvelle réglementation sur le développement des champs éoliens.

Très concrètement, à l'intérieur de cette zone, les projets éoliens seront soumis à autorisation du ministère des Armées, rapporte France info. Selon le document d'instruction, ses services étudieront la disposition des éoliennes par rapport aux radars, la nature du relief et la "faisabilité du projet au regard de la gêne occasionnée sur le radar ainsi que des exigences de sécurité nationale en matière de posture permanente de sûreté".

Risque de brouillage

Cette nouvelle mesure vise ainsi à réduire les risques de brouillage des radars militaires qui augmentent avec la taille des éoliennes. D'après l'armée, un champ éolien pourrait, par exemple, empêcher un radar de détecter un avion.

De son côté, le ministère de la Transition écologique prévoit une clause de revoyure, dans six mois, à l'automne prochain "pour faire le point sur le nombre de projets d'implantation concernés par cette nouvelle réglementation".

Droit de veto des maires

C'est le deuxième coup dur pour la filière éolienne tricolore en quelques jours, alors que les polémiques autour de cette énergie renouvelable se sont largement invitées dans le débat des élections régionales. Lors de l'examen en première lecture du projet de loi climat et résilience, le Sénat a voté, dans la nuit de jeudi à vendredi, en faveur du droit de veto des maires sur l'implantation des éoliennes dans leur commune.

Un vote contre lequel s'est largement opposée Barbara Pompili, selon qui ce droit de veto est "un cadeau empoisonné" aux maires.  Un veto mettrait "la pression sur les maires" qui pourraient être "pris en otage par certaines associations, par certains groupes", a-t-elle expliqué, vendredi dernier, sur Public Sénat.

La filière éolienne n'est pas la seule à naviguer en eaux troubles ces derniers temps. Les professionnels du photovoltaïque, eux aussi, sont vent debout contre le gouvernement. Au début du mois, l'exécutif a fait savoir qu'il s'apprêtait à diviser par deux, en moyenne, son soutien à certains parcs photovoltaïques, qui bénéficient, selon lui, d'une rentabilité excessive.

3 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 21/06/2021 à 16:30
Signaler
Des Eoliennes offshores sont bien plus productives et bien plus rentables (100 eoliennes de 15 MW equivallent a un EPR) . Tout cela sans le cote visuel

le 22/06/2021 à 10:54
Signaler
Ce n'est pas de l'avis des pêcheurs bretons et d'Ariel la petite sirène... concernant le côté visuel.

à écrit le 21/06/2021 à 15:55
Signaler
Moi, oui moi...j'aime bien les éoliennes, mais loin de chez moi, chez les autres. C'est un peu le sentiment de tous les Français et il est normal. Personne ne doit pouvoir imposer une construction qui "pourrit" la vie des gens, que ce soit pour fair...

le 21/06/2021 à 16:40
Signaler
"mais loin de chez moi, chez les autres". C'est un peu le même principe pour la construction d'une prison .

le 22/06/2021 à 7:56
Signaler
Le seul probleme c est que ces gens veulent pas d eolienne mais veulent avoir de l electricité ... Apres il y a le fait que pour beaucoup de pro nucleaire, taper sur les eolienne est une facon de sauver le nucleaire indirectement (vu que le nucleair...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.