Glyphosate : les agriculteurs sont partagés sur le renouvellement du pesticide

 |   |  502  mots
La France a voté contre le renouvellement du Glyphosate, lundi, alors que Bruxelles l'a validé pour cinq ans.
La France a voté contre le renouvellement du Glyphosate, lundi, alors que Bruxelles l'a validé pour cinq ans. (Crédits : MIKE BLAKE)
"Pragmatisme" pour la FNSEA, "signal de sagesse" pour la Coordination rurale et "journée noire" pour la Confédération paysanne : les syndicats agricoles n'ont pas vu du même œil, la décision de Bruxelles de renouveler le glyphosate pour cinq ans.

La FNSEA a pris acte lundi du vote des Etats membres de l'UE en faveur d'une autorisation pour cinq ans de l'herbicide glyphosate, saluant le "pragmatisme" d'un grand nombre d'Etats et déplorant que la France ait choisi de "faire bande à part".

| Lire aussi : Glyphosate : l'Union européenne re-signe pour cinq ans, Macron veut l'interdire dans trois

"Nous actons ce compromis de cinq ans qui n'a été possible que grâce au pragmatisme d'un grand nombre d'Etats membres européens et nous déplorons que la France ne s'y soit pas ralliée et ait choisi de faire bande à part", indique le principal syndicat agricole français dans un communiqué.

Pour le syndicat cependant, "ce temps politique reste en décalage avec le temps de la recherche scientifique".

"Cette décision intervient après des mois d'incertitudes, d'hésitations, de postures idéologiques, laissant les agriculteurs français et européens dans l'expectative car chacun sait bien qu'il faut du temps pour trouver des alternatives crédibles", souligne la FNSEA.

Le syndicat rappelle avoir signé avec près de 40 organisations agricoles et de recherche "un contrat de solutions visant une trajectoire de progrès afin de réduire les usages, les risques et les impacts des produits phytosanitaires".

Des dissonances entre les syndicats agricoles

Pour illustrer sa volonté de trouver des solutions et d'éviter les "interdictions brutales", la présidente de la FNSEA Christiane Lambert avait invité lundi le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, Stéphane Travert, sur la ferme TerraLab dans la Marne, "afin de lui présenter les techniques et les pratiques qui font l'objet d'expérimentation et qui permettent d'envisager cette trajectoire de progrès" dans la réduction des intrants.

"Nous sommes au travail pour apporter des solutions aux agriculteurs, nous attendons du gouvernement qu'il réponde à notre main tendue", indique le texte.

| Lire aussi : Glyphosate : la France va voter contre le renouvellement du pesticide

La Coordination rurale, deuxième syndicat agricole français, a pour sa part "salué le signal de sagesse que Bruxelles a voulu transmettre avec le renouvellement du glyphosate pour cinq ans".

"Cinq ans, c'est mieux que trois ans mais ne l'oublions pas, cette période doit être consacrée à la clarification du classement toxicologique du glyphosate, à une révision éventuelle de ses conditions d'utilisation et à la mise au point de solutions alternatives concernant le désherbage total", a jouté la Coordination.

"C'est une journée assez noire pour les paysannes et les paysans. Cela montre que leur santé n'est pas importante", a pour sa part commenté le porte-parole de la Confédération paysanne, Laurent Pinatel, déplorant que "le travail de lobbying ait bien marché".

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/12/2017 à 14:03 :
IL SONT FOU ? HIER MELENCHON A REDIT QUE LEGLYPHOSATE SERVAIS A NETOYER LES TUYAUX ET CANALISATION ET A TUER LES RATS? DE PLUS IL SE SONT APERCUE QUE BEAUCOUP DE FRANCAIS ON DU GLYPHOSATE DANS LEURS URINES ? DECIDEMENT ONT NOUS ENPOISONNE POUR SOIT DISANT DEFENDRE LES AGICULTEURS QUI NE PENSENT QU A S EN METTRE PLEIN LES POCHES AUX DEPENT DE NOTRE SANTE???
a écrit le 28/11/2017 à 16:11 :
Encore perdu!
a écrit le 28/11/2017 à 12:04 :
Sachant que la confédération paysanne est la seule à ne pas dépendre du lobby agro-alimentaire il n'est pas difficile de voir qui a raison.

Mais bon l'argent avant notre santé, on l'a bien compris...
a écrit le 28/11/2017 à 11:08 :
Il serait temps de se rendre compte que les études scientifiques rigoureuses montrent que le glyphosate n'est pas cancérigène, en particulier la dernière publiée (et de loin la plus significative : JNCI: Journal of the National Cancer Institute, djx233, https://doi.org/10.1093/jnci/djx233 )
a écrit le 28/11/2017 à 9:42 :
Le bon côté, c'est que nul n'est contraint d'utiliser sur son exploitation un produit, s'il pense qu'il n'est pas en capacité de l'utiliser sans nuire à sa santé...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :