Les Suisses votent contre une sortie accélérée du nucléaire

Les électeurs suisses se sont prononcés dimanche contre une sortie accélérée du nucléaire, qui prévoyait la fermeture de 3 des 5 réacteurs de ce pays dès l'an prochain.

2 mn

La votation populaire proposée par les Verts, visant à accélérer la sortie du pays du nucléaire en fermant 3 des 5 réacteurs du pays dès l'an prochain, a vu les partisans du non triompher, à 54,23% des voix contre 45,77%, et par 20 cantons sur 26.
La votation populaire proposée par les Verts, visant à accélérer la sortie du pays du nucléaire en fermant 3 des 5 réacteurs du pays dès l'an prochain, a vu les partisans du "non" triompher, à 54,23% des voix contre 45,77%, et par 20 cantons sur 26. (Crédits : REUTERS/Radovan Stoklasa)

Finalement, les Suisses ne veulent pas se presser. La votation populaire proposée par les Verts, visant à accélérer la sortie du pays du nucléaire en fermant 3 des 5 réacteurs du pays dès l'an prochain, a vu les partisans du "non" triompher, à 54,23% des voix contre 45,77%, et par 20 cantons sur 26. Elle visait à limiter à 45 ans la durée de vie d'un réacteur, ce qui aurait entraîné la fermeture accélérée de plusieurs réacteurs.

Les électeurs de la ville de Bâle ont été les plus nombreux à soutenir l'initiative, avec un score de 60,48%. Le canton de Genève, à forte tradition antinucléaire, a voté "oui" à près de 59%, tout comme le canton de Vaud voisin (54,57%).

Les cinq réacteurs produisent environ un tiers de l'électricité du pays

La participation n'a été que de 44,8%, car l'enjeu ne portait pas sur l'avenir du nucléaire en Suisse, mais uniquement sur un calendrier de fermeture des cinq réacteurs qui produisent environ un tiers de l'électricité du pays.

Les autorités helvétiques ont en effet décidé il y a 5 ans déjà de sortir du nucléaire, dans la foulée de la catastrophe nucléaire de Fukushima au Japon, provoquée en mars 2011 par un tsunami meurtrier.

Elles n'ont toutefois pas fourni de calendrier précis, se contentant de promettre de fermer les réacteurs au fur et à mesure qu'ils approchent de leur fin de vie.

Pendant la campagne électorale, le gouvernement a insisté sur "la sécurité de l'approvisionnement" du pays, qui risquerait, selon lui, d'être menacée par des "fermetures prématurées" des centrales.

Faudra-t-il une catastrophe pour fermer les centrales ?

Les Verts ont déploré pour leur part qu'il faille attendre "une panne ou un incident" avant de pouvoir les fermer. La centrale de Beznau, installée dans le canton d'Aargau (nord), près de la frontière allemande, est ainsi en service depuis 47 ans. Il s'agit de la plus vieille centrale nucléaire au monde, depuis la fermeture du réacteur d'Oldsbury en Grande-Bretagne en 2012.

Si le "oui" l'avait emporté, elle aurait dû fermer ses deux réacteurs dès l'an prochain, comme la centrale de Muhlberg, lancée en 1972 dans le canton de Berne.

Les deux derniers réacteurs installés en Suisse sont plus récents: Celui de Gosgen, à Soleure, est entré en service en 1979, et celui de Leibstadt, à Aargau, fonctionne depuis 1984.

La Suisse produit environ 33% de son électricité à partir du nucléaire, près de 60% grâce aux centrales hydrauliques et un peu plus de 4% avec des sources renouvelables, comme le solaire et l'éolien, selon des statistiques officielles.

2 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 28/11/2016 à 13:42
Signaler
Si s'est pour acheté de l'électricité au autre pays europeen, cela ne regle pas le probleme, ou faire mieux réactiver les centrales au charbon.... Il me tarde de voir comment il vons remplacer les 25% de leur consommation electrique produit par le Nu...

à écrit le 28/11/2016 à 10:53
Signaler
C'est marrant, dès qu'on se rend compte de la dépendance énergétique d'un pays (80 % dans le cas de la Suisse) et que l'hiver approche, on redécouvre les vertus de ce bon vieux nucléaire

à écrit le 28/11/2016 à 9:37
Signaler
Toujours admiratif de la sagesse des Suisses sur les nombreux sujets divers et variés qui sont soumis à leur votation.

à écrit le 28/11/2016 à 9:08
Signaler
En suisse l'on donne la possibilité aux gens de donner leurs avis, en effet le peuple est souvent consulté par un référendum contrairement à la France qui nous muselle, nous interdit de manifester lorsque l'on n'est pas d'accord avec ces élus de gau...

le 29/11/2016 à 8:52
Signaler
La France...une autre idée de la démocratie...

à écrit le 28/11/2016 à 9:00
Signaler
Dommage ! Ils viennent de rater une superbe occasion. Car l'énergie atomique est loin d'être une dramatique et coûteuse fatalité. Seuls, une infime minorité de pays (et pas nécessairement ceux qui ont l'énergie la moins coûteuse, ni ceux qui ont la p...

le 28/11/2016 à 12:24
Signaler
Toujours amusant de voir un écologiste accuser l'industrie nucléaire de ne pas respecter la démocratie, puis de pester lorsque celle-ci ne va pas dans le sens qu'il entend...

le 28/11/2016 à 13:27
Signaler
Il faut voir ce qui a été voté en Suisse. La sortie du nucléaire est déjà décidé et va se faire. Plus aucune centrale ne sera construite Le vote portait sur la vitesse de la sortie, soit 3 réacteurs arrêté l'année prochaine et les autres après 45 an...

le 28/11/2016 à 13:48
Signaler
Tres longue plaidoyer contre le nucleaire, mais les alternatives viable s'est quoi?,,,,,,,,,

à écrit le 28/11/2016 à 7:22
Signaler
Les Suisses ont vu les effets de la sottise allemande. Ils voient aussi la pénurie s'installer avec la mise en attente des centrales françaises. Faudra-t-il un black-out hivernale pour se débarrasser des Khmers Verts nucléophobes? Sans parler de l...

à écrit le 27/11/2016 à 19:21
Signaler
Pas très surprenant: En l'absence d'alternative, la Suisse a préféré l'indépendance. En effet, même en investissant à marche forcée, il aurait fallu au moins 15 ans pour compenser l'électricité produite par ces 2 centrales les plus anciennes. Il leur...

à écrit le 27/11/2016 à 17:52
Signaler
la suisse un bel exemple de démocratie dans le nucléaire comme dans les autres domaines et pourtant ils ne sont pas dans l'union européenne ; la France ferait bien de s'en inspirer

le 28/11/2016 à 6:32
Signaler
Bonjour, Vous avez raison, mais pour la France, c''est justement le problème, être dans l'EU, avec ses petits "copains" (allemands, luxembourgeois...) qui poussent pour que l'on ferme une certaine centrale alors qu'eux en sont encore au charbon. Il ...

à écrit le 27/11/2016 à 16:51
Signaler
Si on parle du nucléaire en Suisse, il faudra aussi mettre une photo plus adequate.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.