Libye : la bataille pour le pétrole inquiète les Occidentaux

 |   |  322  mots
Les six pays expriment en particulier leur préoccupation face à la tension croissante signalée près du terminal de Zueitina, l'une des principales infrastructures pétrolières sur la côte est du pays, situé dans la zone dite du croissant pétrolier, à environ 100 km au sud-ouest de la ville de Benghazi.
Les six pays expriment en particulier "leur préoccupation face à la tension croissante signalée près du terminal de Zueitina", l'une des principales infrastructures pétrolières sur la côte est du pays, situé dans la zone dite du "croissant pétrolier", à environ 100 km au sud-ouest de la ville de Benghazi. (Crédits : Reuters Ismail Zetouni)
Six pays occidentaux ont exprimé mercredi leurs préoccupations face aux tensions autour du terminal pétrolier libyen de Zueitina, convoité par des factions rivales, estimant que son contrôle devait revenir au gouvernement internationalement reconnu du pays.

Dans une déclaration commune, la France, l'Allemagne, l'Espagne, les Etats-Unis, l'Italie et le Royaume-Uni "expriment leur préoccupation face à la tension croissante signalée près du terminal pétrolier de Zueitina  sur la côte centrale de la Libye".

"Ils soulignent que le contrôle de toutes les installations doit revenir sans condition préalable, sans réserve ni délai aux mains des autorités nationales légitimes reconnues comme telles par la résolution 2259 (2015) du conseil de sécurité des Nations unies", peut-on lire dans un communiqué du Quai d'Orsay.

Lutte pour le contrôle des richesses

La compagnie nationale libyenne de pétrole NOC (National Oil Corporation) s'est inquiétée dimanche d'informations faisant état d'un conflit "imminent" entre deux factions armées, l'armée nationale libyenne (LNA) et la Garde des installations pétrolières (Petroleum Facilities Guard, PFG), à Zueitina (située sur la côte, au sud de Benghazi).

Le gouvernement d'union nationale (GNA), basé à Tripoli et reconnu par la communauté internationale, a signé un accord en juillet avec la PFG qui contrôlait les terminaux pétroliers de Ras Lanouf, Es Sider et Zueitina.

Mais l'armée nationale libyenne, commandée par le général Haftar qui appuie le gouvernement de Tobrouk, refuse de reconnaître la légitimité de Tripoli et estime que l'accord doit également être validé par les autorités de l'est du pays.

Production pétrolière au ralenti depuis 2011

Depuis 2011, la production de pétrole libyenne s'est effondrée et représente désormais moins d'un quart du niveau d'avant la chute du régime de Mouammar Kadhafi. Elle s'élevait alors à 1,6 million de barils par jour.

"La reprise des exportations de pétrole est cruciale pour générer les revenus permettant de pourvoir aux besoins essentiels du peuple libyen, notamment en électricité, soins de santé et infrastructures", soulignent les six pays occidentaux.

(Avec Reuters et AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/08/2016 à 11:56 :
j ai travailler depuis le debut de la revolution a benghazi; pendant dix annees . je suis francais pure souche ; et je peux vous assurer que le peuple lybien etait heureux de l arrivee au pouvoir de mr kadafi jeune lieutenant a l epoque. il a developper les infrastructures ; routes ;hopitaux ;credit pour le peuple;ecoles...
a écrit le 11/08/2016 à 11:06 :
Je propose que l'on nomme P. Bismuth accompagne de son philosophe penseur BHL pour trouver les modalites a entreprendre pour un succes total.
Ils connaissent parfaitement le terrain et ont des connections locales, on pourrait aussi demander l'aide de son ancienne ministre mari machin, tres competente elle aussi.
Réponse de le 11/08/2016 à 15:32 :
matins calmes a tout a fait raison ; ces trois là ont fait dela Lybie une terre de désolation ... et tout ça pour faire taire Khadafi qui ...
a écrit le 11/08/2016 à 9:59 :
Il est dommage d'assister à ce soutient du cours du brut de la part des marchés financiers, une bonne purge lui ferait beaucoup de bien les gens auraient beaucoup moins intérêt à s'entretuer pour ça.
a écrit le 10/08/2016 à 18:16 :
Avec un baril toujours à la baisse, le pétrole Libyen ne manquerait pas de se rajouter à la surproduction actuelle donc .....le chaos ne dérange pas tout le monde sauf la population civile concernée par la guerre!
a écrit le 10/08/2016 à 16:47 :
Il fallait y penser avant d'intervenir et d'y mettre le chaos!
Réponse de le 11/08/2016 à 10:46 :
On peut pas a la fois critiquer les occidentaux de faire du commerce avec des dictateurs et ensuite lui reprocher de se débarasser d'un des tyrans les plus infâmes de la planète, responsable d'attentats et de martyriser son peuple depuis 1969. Le destin du pays est entre les mains des libyens !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :