Nucléaire : EDF s'associe au chinois CGN pour construire les deux EPR de Hinkley Point

 |   |  423  mots
EDF financera les 12 milliards de livres restants, quitte à élargir le tour de table ultérieurement, sans toutefois passer sous les 50%.
EDF financera les 12 milliards de livres restants, quitte à élargir le tour de table ultérieurement, sans toutefois passer sous les 50%. (Crédits : © Suzanne Plunkett / Reuters)
Pour mener à bien ce projet britannique gigantesque de 24,5 milliards d'euros, l'électricien français s'associe à l'entreprise chinoise CGN qui prendra à sa charge un tiers du financement soit 8,2 milliards d'euros.

EDF et CGN ont scellé leur alliance. Le groupe chinois financera un tiers du projet de nouvelle centrale nucléaire de Hinkley Point au Royaume-Uni, a annoncé le groupe français mercredi 21 octobre, au deuxième jour d'une visite d'État du président chinois Xi Jinping à Londres.

L'électricien français prévoit de construire deux réacteurs de type EPR sur le site de Hinkley Point C, dans le sud-ouest de l'Angleterre. L'entreprise chinoise China General Nuclear Power Corporation (CGN) prendra en charge un tiers du financement de ce projet gigantesque de 18 milliards de livres (24,5 milliards d'euros), soit 6 milliards de livres (8,2 milliards d'euros).

L'investissement d'EDF encore incertain

EDF financera les 12 milliards de livres restants, quitte à élargir le tour de table ultérieurement, sans toutefois passer sous les 50%. Le groupe public français doit encore prendre sa décision finale d'investissement, l'ultime étape pour que le projet se concrétise.

"Nous avons maintenant toutes les conditions réunies, sous réserve de l'accord final d'investissement dans les prochaines semaines, pour que ce projet aille de l'avant rapidement", a déclaré Vincent de Rivaz, le patron de la filiale britannique d'EDF, lors d'une conférence téléphonique.

Le Pdg d'EDF Jean-Bernard Lévy a précisé, lors d'une conférence téléphonique, que la décision finale d'investissement dans Hinkley Point interviendrait "dans quelques semaines".

     | Lire EDF cherche à céder 10 milliards d'euros d'actifs d'ici 2020

Deux ans de retard

La mise en route des réacteurs est désormais attendue en 2025, soir deux ans plus tard que ce qui était prévu jusqu'à maintenant. EDF a également indiqué que les travaux pour le projet de Hinkley Point, qui impliqueront également Alstom et Bouygues, se feraient à 60% en Grande-Bretagne et qu'une grande partie des 40% restants seraient réalisés en France.

Pour le Royaume-Uni, ce projet marquera le coup d'envoi du renouvellement de son parc nucléaire vieillissant. Les deux EPR constitueraient la première construction de centrale nucléaire dans le pays depuis vingt ans.

     | Lire aussi La solvabilité d'EDF menacée par les EPR britanniques

L'accord annoncé mercredi porte également sur le développement potentiel de deux réacteurs EPR de plus sur le site de Sizewell, dans le Suffolk, dans l'est de l'Angleterre. EDF prendrait 80% du développement et le partenaire chinois 20%. Enfin, le groupe français aiderait les Chinois à obtenir les autorisations pour qu'ils bâtissent un réacteur avec leur propre technologie de type Hualong à Bradwell, dans l'Essex, près de la côte est.

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :