Ordures ménagères : la tarification incitative, moyen efficace pour réduire les déchets

 |   |  354  mots
La Loi sur la transition énergétique prévoit d'étendre le dispositif à 15 millions d'habitants en 2020 et 25 millions en 2025.
La Loi sur la transition énergétique prévoit d'étendre le dispositif à 15 millions d'habitants en 2020 et 25 millions en 2025. (Crédits : Reuters)
La mise en place d'un tel mécanisme a permis de diminuer la production d'ordures ménagères résiduelles de 20 à 50%.

Payer une partie de sa facture d'enlèvement des ordures ménagères en fonction du volume de déchets ou de leur poids : le système, appelé "tarification incitative", concerne déjà 4,5 millions d'habitants en France. Et selon une étude de l'Ademe publiée mardi, c'est un levier "très puissant" pour faire évoluer les mentalités et améliorer les pratiques de tri.

Concrètement, l'outil consiste à intégrer une part variable dans la taxe d'enlèvement des ordures ménagères (TEOM) ou la redevance d'enlèvement des ordures ménagères (REOM), payées par les usagers et qui avoisinent en moyenne 95 euros par habitant et par an (incluses dans la taxe foncière ou les charges locatives).

Effets visibles

Selon l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), les collectivités ayant mis en place une redevance incitative ont réduit "entre 30 et 50%" la production par habitant d'ordures ménagères résiduelles, c'est-à-dire tout ce qui n'est pas trié au domicile. Dans le cas d'une taxe incitative, l'Ademe a étudié quatre collectivités pilotes, et là encore, ces dernières ont réduit "entre 20 et 40%" leurs ordures résiduelles.

Selon un sondage réalisé auprès des usagers déjà concernés, 70% d'entre eux sont favorables à un tel mécanisme. L'Ademe juge donc la tarification incitative comme "sans équivalent pour faire évoluer les comportements", même si elle reconnait qu'elle nécessite un investissement "important". La collectivité doit en effet équiper les poubelles ou les bacs de puces, ou donner aux ménages une carte d'accès au conteneur d'apport volontaire des ordures.

Le système a également quelques inconvénients, comme des impayés ainsi que des dépôts sauvages ou irréguliers de déchets mais qui restent "marginaux" et diminuent après action de prévention ou de verbalisation de la collectivité. Pour éviter ces impacts, l'Ademe recommande notamment de renforcer la communication sur les gestes de tri. La Loi sur la transition énergétique prévoit d'étendre ce dispositif à 15 millions d'habitants en 2020 et 25 millions en 2025.

 (Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/11/2016 à 17:22 :
Est ce que la facture pour les usagers qui sont soumis à la tarification incitative ont vu leur facture diminuer de 20 à 50% ?

Bien sûr que non...

D'où la seconde question: Où va le bénéfice réalisé ?

Ceci dit, il faut tendre vers le zéro déchet, mais il faudrait vraiment que les industriels fassent un effort pour que les emballages soient logotisés de manière à ce que l'on sache sans ambiguïté ce qui est recyclable, ce qui est incinérable et ce qui n'est pas récupérable en aucune façon. Et ils doivent faire en sorte que la dernière catégorie disparaisse.
Réponse de le 26/09/2019 à 12:07 :
De nombreux produits alimentaires emballés dans du plastique portent encore la mention
' non recyclable ' . je trouve cela inadmissible !!!
Qui surveille l'apposition de cette mention ?
a écrit le 29/11/2016 à 14:25 :
C'est une bonne idée mais je pense que de tracer les déchets en serait une bien meilleure étant donné que je vois par chez moi un entrepreneur qui faisait régulièrement les tournées de poubelles pour diffuser ses déchets dans la commune d'à coté (pour lui), bon il la fini par se faire coincer par un conseiller mais je suppose que d'autres doivent le faire.

La grande majorité de la population doit en effet le faire mais comme d'habitude il y a toujours des comportements associaux de gens qui se croient plus malins que les autres, donc c'est une bonne idée si les gendarmes surveillent un peu ce phénomène mais pour ceci il faudrait qu'ils arrêtent de bosser pour la world company et laissent tranquille les pirates internet et autres voleurs de pommes.
a écrit le 29/11/2016 à 14:22 :
Combien rapporte le traitement des ordures aux sociétés qui sont en chargent du recyclage ? Cet élément n'est jamais publié.
Je considère que la taxe sur les ordures ménagères ne devrait pas exister.
Réponse de le 26/09/2019 à 12:09 :
je suis d'accord, étant donné l'argent gagné par les sociétés de traitement des déchets il n'est pas normal de taxer les consommateurs
a écrit le 29/11/2016 à 14:08 :
Il conviendrait peut être de réfléchir avant de se précipiter la problématique des villes n'est pas la même que celle de la "campagne" où il est facile de jeter ses ordures dans les talus. Tous les français ne sont pas des écolos citoyens. de même faudra-t-il surveiller sa poubelle pour éviter qu'un voisin mal intentionné n'y déverse ses déchets? il faudrait peut être aussi obliger les industriels et la grande distribution à réduire leurs emballages mais là courage fuyons on ne touche pas aux entreprises qui sont censées crer de l'emploi ou qui pire feront du chantage à l'emploi. pourtant regarder vos poubelles et vous verrez qu'un part importante en volume concerne les emballages
a écrit le 29/11/2016 à 12:04 :
" Payer une partie de sa facture d'enlèvement des ordures ménagères en fonction du volume de déchets ou de leur poids : le système, appelé "tarification incitative", concerne déjà 4,5 millions d'habitants en France. Et selon une étude de l'Ademe publiée mardi, c'est un levier "très puissant" pour faire évoluer les mentalités et améliorer les pratiques de tri...."

Encore de l'utopie !! j'habite à la campagne : depuis la mise en place de cette mesure pour bo bo écolos, les gens déposent des monceaux de sacs poubelles et de déchets divers dans les chemins accessibles en voiture, quad ect... beau progrès écologique effectivement et comme les gendarmes n' ont pas que ça à faire de traquer les contrevenants (en admettant même que leurs véhicules soient adaptés pour ces chemins à peine carrossables...) , nos chemins de randonnées et autres sont devenus des décharges sauvages.... Mais c'est pas grave, du moment que tout va bien à Paris !!
Réponse de le 26/09/2019 à 12:11 :
Excellente réflexion !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :