Préserver la biodiversité : les leçons du climat

 |   |  1146  mots
Toutes les sous-espèces de gorilles sont en danger, selon le rapport publié le 6 mai par l'IPBES.
Toutes les sous-espèces de gorilles sont en danger, selon le rapport publié le 6 mai par l'IPBES. (Crédits : Rollingnews IE / REX / SIPA)
Après le rapport alarmant du « GIEC de la biodiversité », acteurs politiques et économiques recherchent des pistes d’action.

« Ce qui est en jeu est la possibilité même d'avoir une Terre habitable », a déclaré Emmanuel Macron sur le perron de l'Élysée lundi 6 mai en fin de journée, avant d'évoquer des mesures de lutte contre le gaspillage alimentaire, le recours massif aux pesticides, l'artificialisation des sols... ainsi que le recyclage du plastique ou encore un agrandissement des aires naturelles protégées. Il est même allé jusqu'à qualifier le projet d'extraction minière très controversé de Montagne d'Or en Guyane d'incompatible en l'état « avec une ambition écologique et en matière de biodiversité ». Cette déclaration, dans la foulée de sa rencontre avec les scientifiques de l'IPBES (Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques), tranche avec son silence sur le sujet lors de son allocution du 25 avril.

C'est qu'il aurait été difficile de ne pas réagir au rapport rendu public plus tôt dans la journée par cette initiative du Programme des Nations unies pour l'environnement. Près de 1.800 pages de travaux de 145 experts issus de 50 pays sur les changements survenus depuis cinquante ans concluent que le taux d'extinction des espèces animales et végétales est sans...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/05/2019 à 10:02 :
Il a raison, la sensibilité écologique est quand même de plus en plus attisée au sein, du peuple maintenant on reste tous étonné devant un kérosène quasi gratuit et des camions qui continuent de prendre le périphérique parisien, exemples parmi des milliers d'autres.

Pourquoi cette gangrène accrue du transport routier ? Pourquoi leur avoir permis de pouvoir charger 4 tonnes supplémentaires ne faisant qu'anéantir un peu plus nos infrastructures routières svp ? Augmentation la consommation et le danger également.

Bref sois logique avec toi même et ensuite reviens nous proposer un programme politique cohérent stp, merci.
a écrit le 11/05/2019 à 9:33 :
"acteurs politiques et économiques recherchent des pistes d’action"

Afin de ne surtout pas penser à ces dizaines de milliers de milliards de dollars qui ne servent à rien dans les paradis fiscaux... :-)

LA solution la plus rapide et efficace, celle qui peut encore nous sauver donc, est pourtant là.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :