Services pétroliers : la justice américaine empêchera la fusion Halliburton/Baker Hughes

 |   |  303  mots
En janvier, Halliburton a annoncé être disposé à vendre des actifs dont le chiffre d'affaires représentait au total 5,2 milliards de dollars en 2013, pour tenter de remporter le feu vert des autorités antitrust américaines.
En janvier, Halliburton a annoncé être disposé à vendre des actifs dont le chiffre d'affaires représentait au total 5,2 milliards de dollars en 2013, pour tenter de remporter le feu vert des autorités antitrust américaines. (Crédits : © Cooper Neill / Reuters)
L'opération, annoncée en novembre 2014, regrouperait les numéros deux et trois des services pétroliers et vaudrait plusieurs dizaines de milliards de dollars. Elle inquiète les autorités de la concurrence de plusieurs pays.

Le département américain de la Justice va intenter une action en justice dès cette semaine pour chercher à empêcher Halliburton de racheter Baker Hughes, une opération qui regrouperait les numéros deux et trois des services pétroliers, rapporte Reuters citant une source proche du dossier.

Halliburton et Baker Hughes ont tous deux refusé mardi de commenter ces informations. L'action Baker Hughes a terminé en baisse de 5,1% à 39,36 dollars et Halliburton a fini en hausse de 1,2% à 34,40 dollars. La transaction, qui a été annoncée en novembre 2014 à 35 milliards de dollars (31 milliards d'euros), ne vaut plus que 25 milliards sur la base du cours actuel.

Halliburton disposé à vendre des actifs

Le projet de fusion préoccupe les autorités de la concurrence de plusieurs pays, les deux entreprises ayant des activités qui se chevauchent aux États-Unis, en Asie et en Europe. La Commission européenne a suspendu le 21 mars, pour la deuxième fois, l'examen de cette opération.

En janvier, Halliburton a annoncé être disposé à vendre des actifs dont le chiffre d'affaires représentait au total 5,2 milliards de dollars en 2013, pour tenter de remporter le feu vert des autorités antitrust américaines.

3,5 milliards de dollars d'indemnités en cas de rupture du contrat

Confrontées à l'opposition des régulateurs du département de la Justice, les sociétés peuvent choisir, soit d'annuler la fusion ou de défendre leur projet en justice. Si l'opération ne se fait pas en raison d'obstacles liés à la législation antitrust, Halliburton devra verser 3,5 milliards de dollars à Baker Hughes d'indemnités de rupture de contrat, selon les documents réglementaires.

Depuis l'annonce de l'accord, qui créerait un géant des services pétroliers, devant le leader actuel Schlumberger NV , les cours du pétrole ont chuté de plus de 55%.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :