Uramin : Anne Lauvergeon conteste avoir caché les difficultés d'Areva

 |   |  510  mots
(Crédits : © Philippe Wojazer / Reuters)
L'ex-patronne d'Areva, Anne Lauvergeon, s'est défendue mercredi d'avoir dissimulé les difficultés financières du groupe nucléaire français pour conserver sa place, dans une interview donnée à France Télévision.

"Je n'ai jamais dissimulé aucune perte", a affirmé Mme Lauvergeon dans l'émission "Pièces à conviction" diffusée mercredi soir sur France 3.

Elle a qualifié d'"absurde" l'idée selon laquelle elle aurait agi pour conserver son siège.

"Si j'avais voulu garder ma place à la tête d'Areva, certainement aurais-je agi un tout petit peu différemment par rapport à certaines demandes qui m'étaient faites par le pouvoir politique", a-t-elle assuré, évoquant la volonté de vendre des centrales nucléaires à la Libye de l'ancien dirigeant Mouammar Kadhafi ou de céder l'activité mines du groupe à des intérêts qataris.

>> (RE)VOIR l'émission "Pièces à conviction" : Uramin-Areva, la suite...

LE PITCH DE L'EMISSION : Areva, le champion français du nucléaire, a perdu des milliards. Aujourd'hui, l'entreprise est découpée en morceaux, et l'Etat devra mettre la main à la poche. Anne Lauvergeon, l'ancienne dirigeante de l'entreprise publique, a été mise en examen en mai dernier, et deux enquêtes judiciaires sont en cours. Cette affaire d'Etat a tous les ingrédients d'un polar : manoeuvres de déstabilisation, manipulations et enquêtes menées par des détectives privés.

Depuis trois ans, «Pièces à conviction» enquête sur ce dossier, qui prend désormais une nouvelle ampleur. L'émission révèle les enjeux politiques, les jeux de pouvoir jusqu'au plus haut sommet de l'Etat, ainsi que les alliances secrètes entre les différents protagonistes. Le naufrage est-il le résultat de mauvais choix stratégiques ou le fruit d'une opération qui visait à tuer le géant Areva ?

 "Une expérience assez traumatisante"

Anne Lauvergeon a été mise en examen en mai pour "présentation et publication de comptes inexacts" et "diffusion de fausses informations" dans le cadre d'une information judiciaire portant sur les provisions inscrites par Areva en 2010 et 2011 pour couvrir les pertes découlant du rachat d'Uramin en 2007 pour 1,8 milliard d'euros.

"C'est une expérience assez traumatisante", a dit Mme Lauvergeon à propos de sa mise en examen.

L'exploitation des gisements d'uranium de cette société canadienne en Namibie, en Afrique du Sud et en Centrafrique, s'est avérée beaucoup plus difficile que prévu et l'opération s'est transformée en gouffre financier. Plusieurs courriels internes montrent qu'elle avait été alertée par la division des mines dès 2008 sur les difficultés d'exploitation des sites.

"La thèse selon laquelle les demandes faites par la Business Unit (division, NDLR) Mines étaient valides, ça j'ai un gros doute, parce qu'elles ne sont pas étayées, elles ne sont pas cohérentes les unes avec les autres dans le temps", a expliqué Mme Lauvergeon.

Les dépréciations supplémentaires demandées par ses collaborateurs "ont varié de 0 fin 2009 à 1,5 milliard six mois plus tard", a-t-elle précisé.

Entre les pertes liées à Uramin, la catastrophe de Fukushima et les retards dans la construction d'un EPR en Finlande, Areva a accusé cinq années de suite dans le rouge et est aujourd'hui en pleine restructuration.

(Avec AFP et France Télévision)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/10/2016 à 16:57 :
Serte il y a les pertes financières , la mauvaise gestion de cette entreprise, mais il y a surtous enrichissement personnel par l'intermédiaire de sont maris.... Donc cette dame dois payer, ils est trops simple de laisser les dettes aux contribuables ....
a écrit le 20/10/2016 à 16:46 :
En décembre 2010, en plein règne de Lauvergeon, ce sont 600 millions qui ont été investis par le Koweit (http://www.areva.com/FR/actualites-8670/realisation-de-l-augmentation-de-capital-reservee-a-kuwait-investment-authority-et-a-l-etat-francais-lancement-d-une-augmentation-de-capital-au-profit-des-porteurs-de-certificats-d-investissement.html) !
Comment peut elle dès lors soutenir en 2016 qu'elle a refusé au pouvoir politique français d'alors de céder l'activité mines du groupe à des intérêts...étrangers.
Le Koweit a-t-il meilleure presse pour Lauvergeon que le Qatar .
Il faut se rappeler que le Qatar, Mitsubishi Heavy Industrie et le Koweit étaient tous trois dans le viseur de Areva-2010 et invités pour apporter les 1.5 à 3.0 milliards nécessaire aux investissement de Madame. Les retraitsdu Qatar et de MHI de la négociation ont obligé l'Etat à compléter la mise à hauteur de 900 millions.
Non, la ficelle est trop grosse à 6 mois des présidentielles:
1) 9 ans après les faits et une très lente instruction, la justice (indépendante, qu'on se le dise), annonce avoir fait le job...
2) dans tout le fatras de sa défense, Lauvergeon fait le tri et pointe le Qatar comme une menace aux intérêts stratégiques de la France...
3) la télévision nationale (et gouvernementale) diffuse fort à propos une émission qui aurait pu être proposée il y a bien longtemps déjà...

"Mais c'est bien sûr", le pouvoir politique d'alors c'était... Sarkozy. Toujours en selle. Le Qatar c'est le détail.
a écrit le 20/10/2016 à 16:03 :
Atomic Anne....un bébé de la Mitterandie... qui a plombé Areva....responsable mais pas coupable....une brève histoire de la République...
a écrit le 20/10/2016 à 11:58 :
Pour cacher des choses pas bien avouables, cette dame a volontairement oublié d'en parler à son staff de géologues qui lui aurait expliqué la différence entre une concentration minérale et un gisement
Elle a acheté des ressources de mauvaise qualité qu'elle a confondu avec des réserves supportées par un plan minier et une étude de faisabilité (le gisement)
Tout ça est très bien expliqué dans les 2 standards internationaux que sont le NI 43-101 canadien et le JORC utilisé en Australie et en Afrique du Sud que personne à la direction d'Areva du haut de leur morgue n'a pris le temps de feuilleter.
a écrit le 20/10/2016 à 11:58 :
Pour cacher des choses pas bien avouables, cette dame a volontairement oublié d'en parler à son staff de géologues qui lui aurait expliqué la différence entre une concentration minérale et un gisement
Elle a acheté des ressources de mauvaise qualité qu'elle a confondu avec des réserves supportées par un plan minier et une étude de faisabilité (le gisement)
Tout ça est très bien expliqué dans les 2 standards internationaux que sont le NI 43-101 canadien et le JORC utilisé en Australie et en Afrique du Sud que personne à la direction d'Areva du haut de leur morgue n'a pris le temps de feuilleter.
a écrit le 20/10/2016 à 10:39 :
Pour être juste, il faut comprendre qu'il y a eu un avant et un après Fukushima..
a écrit le 20/10/2016 à 8:41 :
areva, c'est l'exemple type du resultats de ' l'etat stratege'
sur le fond des technos maitrisees, des gens competents.......
sur la forme, du copinage du nepotisme, du placement de copains incomptetents qui demolissent de belles boites avec des idees de m..., le tout ' finance par personne via l'argent public ( ou idealement ' des eurobonds allemands payees par personne')

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :