Face à la crise : l'industrie française ébranlée (1/3)

 |   |  735  mots
(Crédits : DR)
SÉRIE D'ÉTÉ - ÉPISODE 1. Mars 2020. La France prend conscience de la gravité de la pandémie de Covid-19 qui s'étend dans les départements et à toute l'Europe. Le 17 mars, le gouvernement impose un confinement et, avec lui, un arrêt brutal de l'économie. Un choc en plusieurs étapes pour le secteur industriel français que retrace La Tribune tout au long de l'été. #REPLAY

20 MARS

Coronavirus : Etat et MEDEF veulent remettre les Français au travail

L'Etat a-t-il été clair avec les industriels, les industriels ont-ils surinterprété les consignes de restriction ou le gouvernement s'aperçoit-il tout simplement que la facture risque d'être beaucoup trop astronomique pour l'Etat avec l'explosion du chômage partiel entre autre ? En tout cas, le préfet du Morbihan a été clair, très clair. Patrice Faure a exhorté jeudi dans un courrier adressé aux Morbihannais, que La Tribune s'est procurée, les entreprises à rouvrir "dans le respect du droit et des gestes barrières" afin de conjurer "l'autre fléau qui nous menace", à savoir "la pire récession du siècle". Selon lui, "la nécessaire prise de conscience de ces derniers jours a conduit à ce que ces consignes soient surinterprétées", a expliqué le préfet du Morbihan, une des zones de l'Ouest la plus touchée par l'épidémie de Coronavirus.

Lire l'intégralité

__

22 MARS

Covid-19 : l'Etat tient-il un double-langage aux Français ?

Dans la crise sanitaire majeure provoquée par le Covid-19, l'Etat navigue à vue. Et c'est peu de le dire en distillant des informations contradictoires : comment rester confiné, et en même temps, aller travailler ? Et comment les salariés peuvent-ils aller travailler tout en n'ayant pas de masques en raison des réquisitions de l'Etat ? Comment l'Etat peut-il sauver toutes les entreprises en danger tout en verrouillant les conditions d'accès au chômage partiel, via les Dirrecte (direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi), qui ont semble-t-il reçu des instructions de serrer la vis ? Bref, le "en même temps" ajoute de la confusion à la situation actuelle, qui n'est déjà pas simple en raison de l'impréparation de la France, dont les origines remontent déjà à plusieurs années.

Lire l'intégralité

__

23 MARS

Covid-19 : une onde de choc qui touche brutalement les groupes du CAC 40

Total, EDF, Airbus, Vinci, Saint-Gobain... et maintenant Bouygues. Plusieurs géants français, en particulier dans l'industrie, ont prévenu lundi qu'ils ne seraient pas en mesure de respecter leurs objectifs pour 2020 ou devraient réduire drastiquement leurs investissements face à la crise du coronavirus et ses conséquences. Voici les principaux plans d'économies annoncés en urgence par les poids-lourds de l'économie française. Une deuxième vague devrait suivre rapidement.

Lire l'intégralité

__

1er AVRIL

Covid-19 : après un choc très violent, l'industrie française a du mal à se relancer

L'industrie française se remet douloureusement du choc brutal encaissé lors de la première semaine de confinement des Français (16-22 mars) et se relance vraiment très progressivement. Si elle ne tournait plus qu'à 50% de son niveau normal la semaine du 16 mars, selon un document de France Industrie daté du 27 mars et consulté par La Tribune, l'activité industrielle française, qui représente 12% du PIB marchand, s'est très légèrement redressée la semaine dernière (52%). Cette tendance devrait se poursuivre. cette semaine de façon très progressive. Ainsi, France Industrie prévoit cette semaine la poursuite du redressement de l'industrie française (56%), qui emploie 7,615 millions personnes dans 260.000 entreprises (dont 90% de PME et TPE).

Lire l'intégralité

__

29 AVRIL

Comment les patrons veulent relancer l'industrie française

Dans un document interne que La Tribune a consulté, France Industrie, l'organisation professionnelle représentative de l'industrie en France, tente d'anticiper au mieux l'après-crise pour l'industrie française en partenariat avec l'État, notamment avec la direction générale des entreprises (DGE). Elle réfléchit évidemment sur au moins trois étages de la fusée : l'un sur les enjeux de très court terme liés à la survie même des entreprises, l'autre sur les enjeux de moyen et long terme pour relancer l'industrie.

Au-delà, le troisième étage, "la crise Covid-19 a induit de nouveaux circuits et révèle de nouvelles expériences qui vont modifier les organisations, les comportements de travail, de consommation... donc les business models", estime France Industrie. Le président de France Industrie Philippe Varin devrait détailler ce mercredi tout ou partie de ces mesures devant la commission des affaires économiques du Sénat.

Lire l'intégralité

__

Rendez-vous lundi 27 juillet, pour un nouvel épisode de la série d'été «Face à la crise».

EPISODE 2 - Le trou d'air du secteur aéronautique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :