"Dérussification" : la Pologne, premier pays de l'UE à vouloir interdire l'importation de charbon russe

Fustigeant à nouveau la passivité de l'Union européenne, la Pologne, qui a engagé un processus d'autonomie énergétique et économique vis-à-vis de la Russie depuis la mi-mars, ajoute un nouveau volet, en forme de gigantesque défi : le pays compte se sevrer complètement des énergies fossiles solides importées de Russie, dont il est le 4e importateur européen.

2 mn

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki.
Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki. (Crédits : Reuters)

Alors qu'il a engagé depuis la mi-mars un processus d'autonomie énergétique et économique face à la Russie en rétorsion à son invasion de l'Ukraine, le gouvernement polonais a annoncé ce mardi un projet de loi comprenant notamment l'interdiction des importations de charbon en provenance de Russie. C'est la première sanction de ce type sur les sources d'énergie émanant d'un pays de l'Union européenne, et elle s'inscrit dans le cadre du renforcement des sanctions contre Moscou suite à l'invasion de l'Ukraine.

Le porte-parole du gouvernement polonais Piotr Müller a fait cette déclaration à la presse :

« Nous avons inclus dans le projet de loi des dispositions qui bloquent les importations de charbon en provenance de Russie au niveau national. »

Il complétait par une pique à l'attention des autres États-membres :

« Nous ne pouvons pas continuer à attendre la réaction de l'Union européenne à cet égard. »

Lire aussi 4 mnUkraine: écœurée, la Pologne dénonce "l'égoïsme en béton" de certains pays occidentaux, dont l'Allemagne

« Dérussifier l'économie polonaise et européenne »

Début mars, le Premier ministre Mateusz Morawiecki a annoncé que la Pologne voulait sortir de sa dépendance économique à la Russie et qu'elle était prête pour cela à interdire les importations de charbon en provenance de Russie, mais qu'elle attendait un feu vert de Bruxelles à ce sujet.

Mateusz Morawiecki avait ainsi listé une série de mesures dite « bouclier anti-Poutine » destinées selon lui à « dérussifier l'économie polonaise et européenne », mais aussi freiner l'inflation, protéger l'emploi et résister au « chantage gazier » de Moscou.

Le projet de loi qui doit être envoyé au Parlement concerne le gel des avoirs des sociétés et personnes soutenant la Russie, a précisé le porte-parole.

Le défi de s'affranchir du gaz puis du pétrole russe

À partir de l'année prochaine, la Pologne compte s'affranchir complètement des livraisons du gaz russe, et à terme du pétrole.

Selon les estimations, la Pologne importe actuellement entre 9 et 10 millions de tonnes de charbon russe par an, soit un cinquième de l'ensemble des importations européennes.

Seules des entreprises privées polonaises importent actuellement du charbon russe, a ajouté M. Müller.

(avec AFP)

2 mn