Numérisation des industries : le français Altran remporte un contrat avec GE

 |   |  245  mots
Le contrat devrait être opérationnel au dernier trimestre 2015, sachant que le périmètre exact des services que chacun des partenaires offrira dans le cadre de cette alliance doit encore être défini.
Le contrat devrait être opérationnel au dernier trimestre 2015, sachant que le périmètre exact des services que chacun des partenaires offrira dans le cadre de cette alliance doit encore être défini. (Crédits : Altran)
Les deux groupes ont annoncé mercredi leur prochaine collaboration pour "mutualiser leurs compétences dans le Big Data" afin de développer des logiciels de gestion d'actifs pour le secteur industriel.

Cette annonce devrait particulièrement satisfaire Emmanuel Macron, qui vient de présenter la deuxième phase du programme de la Nouvelle France industrielle. "Altran et GE vont travailler sur le développement d'une offre commune sur l'internet industriel destinée à la digitalisation de l'industrie", indiquent les deux groupes dans un communiqué, mercredi 17 juin.

Ce partenariat entre le groupe français de conseil en technologies et le géant américain sera consacré au développement et à la mise sur le marché "de la prochaine génération de solutions d'internet industriel",précisent ces derniers. Il doit être signé dans la journée au Salon international de l'aéronautique du Bourget.

De "nouveaux marchés industriels"

Le contrat devrait être opérationnel au dernier trimestre 2015, sachant que le périmètre exact des services que chacun des partenaires offrira dans le cadre de cette alliance doit encore être défini.

"Cette collaboration entre Altran et GE provient de notre volonté commune de mutualiser nos savoir-faire en matière de Big Data et d'ouvrir la voie à de nouveaux marchés industriels", a déclaré William Rozé, PDG d'Altran France, cité dans le communiqué.

"La France est l'endroit propice au développement d'applications industrielles, basées sur notre plateforme d'internet industriel GE Predix", a expliqué de son côté Bill Ruh, vice-président de GE Software, branche de General Electric qui connecte les flux de données issus des machines à de puissants outils d'analyse.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :