LTDE

Montpellier fait le pari des écoquartiers

 |   |  482  mots
La métropole veut optimiser les déplacements en faisant passer l’usage de la voiture personnelle à moins de 50% en 2020.
"La métropole veut optimiser les déplacements en faisant passer l’usage de la voiture personnelle à moins de 50% en 2020." (Crédits : LAFORET Aurélien - Fotolia.com)
Avec ses écoquartiers et transports intelligents, Montpellier s’est installée dans le palmarès des villes intelligentes, ou smart cities, en France comme en Europe.

Mobilité, environnement, accès aux administrations... Les critères régissant la ville intelligente encadrent tous les secteurs. Parmi eux, la maîtrise de la consommation d'énergie est centrale. La métropole de Montpellier a lancé plusieurs innovations énergétiques de ce type, concentrées dans ses écoquartiers.

Un réseau smart grid pour le "bien consommer" dans deux écoquartiers

Le quartier de La Mantilla, un îlot d'immeubles de 32 000 m² de logements, bureaux et commerces est alimenté en chauffage avec un réseau de chaleur au bois. Il fonctionne "avec de la plaquette forestière du Languedoc-Roussillon", détaille Fréderick Cauvin, le directeur adjoint du SERM (Société d'équipement de la région montpelliéraine). Cette installation est couplée à "un réseau d'information sur l'énergie, à la gestion des parkings, à l'accessibilité et aux transports en commun", ajoute-t-il. Les données sont visibles depuis un site et sur les interphones avec écran des habitants.

Eurêka Expansion, un quartier à énergie positive, est lui en cours d'aménagement. "Situé à Castelnau-le-Lez, en petite ceinture de Montpellier, il est alimenté en énergie par de petites centrales thermiques", explique Fréderick Cauvin. "On a beaucoup travaillé sur le bâti, pas tant pour la consommation de chauffage qui reste faible mais pour éviter trop de besoins en rafraîchissement l'été", ajoute-t-il. Dans ce quartier, toutes les toitures sont équipées de panneaux photovoltaïques et un réseau smart grid bénéficiera à tous les habitants.

Les occupants sont aussi invités à contrôler leur consommation pour engager des économies d'énergie. "Une des difficultés c'est que l'on sait qu'on a besoin que les habitants soient aussi des acteurs du bien consommer", explique le directeur adjoint du SERM, "alors on organise des réunions pour expliquer comment utiliser les informations mises à disposition".

La gestion de l'eau optimisée

Côté gestion de l'eau, pour mieux gérer la consommation, deux applications ont été mises en place. Le télérelevé EcoCité permet "d'optimiser le rendement des réseaux d'eaux potables" ainsi que "le traitement et la collecte des eaux usées". Cette optimisation passe par une application et un site web. Toujours dans le domaine de l'eau, l'application WaterBrain se concentre cette fois sur les ménages. Elle étudie leur consommation afin de détecter les anomalies et d'accompagner la transformation des habitudes de consommation.

Enfin, en favorisant des transports propres, la métropole de Montpellier entend aussi engager des économies d'énergie. Avec les vélos en libre service, Velomagg et Modulauto, un service de location de voitures, dont certaines sont 100% électriques. Le calculateur d'itinéraire SmartMoov, testé fin 2015, permet aux utilisateurs de calculer le trajet le plus adapté en fonction du trafic et de la météo. A terme, la métropole veut optimiser les déplacements en faisant passer l'usage de la voiture personnelle à moins de 50% en 2020.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :