LTDE

Biomimétisme : ces innovations énergétiques inspirées par la nature

 |   |  443  mots
(Crédits : © laszlolorik - Fotolia.com)
Pour créer des énergies propres, renouvelables et qui répondent aux besoins croissants de la population, les chercheurs développent le biomimétisme. En imitant certains processus biologiques, ils parviennent à créer de l'électricité. En France, la discipline progresse grâce à un centre de recherche européen.


A Senlis (60), le Centre européen d'excellence en biomimétisme (Ceebios) fédère une communauté de chercheurs, d'ingénieurs et d'industriels pour développer des solutions énergétiques viables. Le rôle du centre est "d'accompagner les projets innovants et les entreprises", explique Kalina Rashkin, responsable de développement du Ceebios. Créé en 2013, le site se développe et accueille aujourd'hui une dizaine de start-up expertes dans le biomimétisme.


"Reproduire le vivant"


L'idée est de "s'inspirer des ressources en énergie que le vivant va utiliser pour résoudre ses problèmes", ajoute-t-elle. Aujourd'hui, l'enjeu est de voir "comment nos technologies vont évoluer pour comprendre et reproduire le vivant". 
L'une de ces évolutions technologiques appliquée au biomimétisme est la photosynthèse industrielle. "En imitant les processus chimiques de la photosynthèse, on peut produire de l'hydrogène", détaille Kalina Rashkin. Si le biomimétisme dans le secteur de l'énergie en est encore à ses débuts, c'est parce que "nos technologies ont récemment évolué pour comprendre la photosynthèse, on commence à avoir des outils qui nous permettent de développer ça", ajoute-t-elle.


Imiter les plantes, les animaux et le corps humain


"Le potentiel est gigantesque", indique Kalina Rahskin, même si l'enjeu "n'est pas de remplacer tout le parc énergétique par du renouvelable bio inspiré mais plutôt de provoquer une baisse de la consommation en énergie".


Dans les faits, des entreprises comme Renault s'intéressent au biomimétisme pour "repenser le véhicule décarbonné en s'inspirant du métabolisme d'un marathonien". En fonction de l'effort et des réserves du coureur, son corps va s'adapter. "Ces facteurs sont les mêmes que ceux auxquels un véhicule doit s'adapter" explique la chercheuse. Le biomimétisme dans l'industrie s'inspire donc aussi de l'humain.


D'autres initiatives empruntent aux animaux. Comme IFP Energie nouvelle, qui travaille sur le stockage de l'énergie. "Cette PME a créé une membrane hydroliène ondulante, inspirée de l'anguille, pour récupérer l'énergie des courants marins et fluviaux", explique la chercheuse. Toujours côté mer, des ingénieurs ont réussi à produire de l'hydrogène à partir d'algues. "On peut contrôler la croissance des algues facilement, ce qui permet un rendement de plus en plus intéressant", détaille Kalina Rashkin.


Avec ces innovations, chercheurs et ingénieurs espèrent "résoudre des problèmes de développement à des coûts énergétiques et environnementaux plus bas que ce qu'on fait aujourd'hui", définit Gilles Boeuf, le président du muséum national d'histoire naturelle dans une vidéo du Ceebios.


(Biomim'expo, les 1er et 2 juillet prochain, au Ceebios)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :