Quand les nonagénaires gagnent leur indépendance grâce à internet

 |   |  790  mots
Les capteurs Lively peuvent être positionnés sur le pilulier pour contrôler la prise quotidienne des médicaments.
Les capteurs Lively peuvent être positionnés sur le pilulier pour contrôler la prise quotidienne des médicaments. (Crédits : Bloomberg)
Aux États-Unis, un système américain baptisé Lively offre la possibilité de sécuriser le comportement des personnes âgées tout en leur laissant leur indépendance. Plutôt que de solliciter la rédaction d'une étude de marché classique, ses créateurs ont fait appels aux seniors eux-même pour l'améliorer.

Qui a dit que technologie et personnes âgées ne font bon ménage ? Une expérience menée aux États-Unis, racontée par Bloomberg, tend à prouver le contraire. Une petite entreprise baptisée Lively vient de présenter un système éponyme bourré de technologie qui permet aux personnes âgées de rester habiter seul chez elles en toute sécurité, une réponse probable à l'immense marché de la dépendance.

De petits capteurs placés sur des objets du quotidien stratégiques permettent de rassurer les proches, sans trop d'intrusion dans la vie de leurs aînés. Ils peuvent être disposés sur la porte du frigidaire, sur le pilulier ou sur la télécommande de la télévision par exemple. Les données enregistrées sont transmises par e-mail aux proches des personnes âgées et à un site dont l'accès est sécurisé.

Un geek de 91 ans recruté comme testeur

A l'étape de test depuis février dernier, le service a été officiellement présenté le 17 septembre aux États-Unis. Pour l'éprouver, les créateurs ont fait appel à une trentaine de "vieux geeks" ! Bill Travolga et Bek-gran en font parti. Bill ne correspond pas aux idées reçues. Bien qu'âgé de 91 ans, il lit ses livres sur une tablette et passe ses journées à envoyer des e-mails depuis sa tablette numérique. Il s'est pris au jeu est a permis d'identifier une multitude de petits bugs.

Pour Bek-gran, une femme ayant été active tout au long de sa vie et désormais veuve, conserver son indépendance représente un enjeu crucial. Depuis février, elle teste Lively et a raconté à Bloomberg combien elle en est satisfaite "Je ne me sens pas épiée car le système ne dévoile pas vraiment ce que je fais ni où je vais" juge-t-elle. Mais lorsqu'un matin, elle avait oublié de prendre ses médicaments, elle s'est aperçu l'efficacité du système en recevant un appel de son fils, qui venait d'être alerté par Lively car elle n'avait pas ouvert son pilulier ce jour là.

Lively a été fondé par Iggy Fanlo, David Glickman et Keith Dutton respectivement anciens employés d'eBay, Apple et Microsoft. Leur objectif ? Tirer profit du marché de la vieillesse, dont l'ampleur devrait être multipliée par 10 d'ici 2020 aux États-Unis, à 20 milliards de dollars, d'après un rapport publié par une firme américaine de recherche sur le vieillissent.

Sarasota, le nouveau laboratoire de la dépendance

Plutôt que de se baser sur des études de marché classiques, ils ont préféré s'orienter vers un organisme basé en Floride, The Institute of Age, par le biais duquel ils ont pu faire éprouver le système par des personnes âgées dans leur vie quotidienne. "Il n'y a rien de plus précieux que de mettre les produits face aux personnes, chez elles, pour en parler" estime David Glickman. S'ils ont choisi la Floride, et plus précisément la ville de Sarasota, ce n'est en rien un hasard. En effet, cette ville d'environ 52.000 habitants compte une haute concentration de retraités. Dans le comté de Sarasota, une personne sur trois a plus de 65 ans, constituant ainsi un aperçu grandeur nature de ce que sera le monde en 2050 selon l'institut de recherche indépendant RTI International. Un marché test idéal ! Elle ambitionne même de supplanter Columbus (Ohio), jusque là considéré comme le reflet du vieillissement de la population américaine par les entreprises.

Au-delà de Lively, le marché de la dépendance a de quoi largement attirer l'attention, puisqu'il constitue une source non négligeable de création d'emplois dans les années à venir que ce soit lors de l'inauguration d'établissements spécialisées dans l'accueil des plus âgés ou lors du développement de nouveaux outils favorisant leur maintien à domicile. En France, un rapport publié en mars sur l'accompagnement de la dépendance démontre que l'augmentation du nombre de personnes âgées dans notre société peut devenir un levier pour notre économie. Ses auteurs ont d'ailleurs adressé une dizaine de propositions concrètes au gouvernement, tant dans le domaine de la consommation et de l'épargne que sur le plan de la formation et de l'emploi.

 >> Faire du vieillissement de la population une opportunité pour l'économie française

L'Insee prévoit de son côté que la population des plus de 75 ans devrait doubler en nombre et en proportion d'ici 2050. De quoi générer des emplois pour les centaines de milliers de jeunes qui s'apprêtent à entrer sur le marché du travail.

 POUR ALLER PLUS LOIN:

Le projet Lively expliqué en images (Bloomberg)

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/09/2013 à 14:17 :
Très intéressant cet article. Je n?imaginais pas la technologie internet capable de raccourcir les distances, de rapprocher des générations, de renforcer la solidarité familiale, de sécuriser l?autonomie : un mail informe un proche de la non prise d?un médicament par une personne âgée?Cela déclenche : « Allo, maman, as-tu pris ton comprimé de <> ce matin ? », « Ah non ? Heureusement que tu es là, ma chérie » ?
Le bonheur, l?amour, la vie c?est simple comme un coup de fil.
a écrit le 20/09/2013 à 22:50 :
Le nombre de fautes d'orthographe est totalement insupportable. Merci d'utiliser un logiciel de correction de toute urgence.
a écrit le 19/09/2013 à 14:01 :
Message à Adeline Raynal, quitte à corriger les bugs, autant signaler ceux sur la langue française: un peu plus loin dans l'article, "maintien" ne prend pas de t final.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :