Le projet d'encadrement législatif des drives déchaîne les passions

Depuis trois ans, ces entrepôts qui permettent de récupérer des achats passés via Internet rencontrent un fulgurant succès. Souhaitant contrôler le développement de ces nouvelles plateformes, l'exécutif vient de présenter un projet de loi qui pourrait assimiler ces drives à des points de vente conventionnels. Entre aberration pour les uns et mesure bienvenue pour les autres... la Tribune fait le point.
La France compte actuellement environ 2.500 drives, soit davantage que d'hypermarchés.
La France compte actuellement environ 2.500 drives, soit davantage que d'hypermarchés. (Crédits : Reuters)

Comparer les prix et les produits tranquillement sur Internet, remplir son panier virtuel et payer ses courses en ligne pour ensuite récupérer sa commande prête en fin de journée… c'est le concept des drives. Depuis l'ouverture du premier de ces entrepôts en 2004 à Marcq-en-Barœul (Nord) par Chronodrive, en partenariat avec Auchan, le principe a fait des émules. Aujourd'hui, la demande est au rendez-vous puisque la France compte désormais 2.500 drives, soit davantage que d'hypermarchés !

Un panier moyen doublé

Depuis quelques années, tous les grands distributeurs ont investi dans ce mode de commercialisation, soucieux de profiter de cette nouvelle source de croissance créée par Internet, dans un marché où le niveau de demande stagne. D'autant que les clients déclarent un panier moyen d'une valeur de 96,30 euros en drive contre 40 euros en hypermarché, d'après l'étude "Drive alimentaire : quels modèles économiques et marketing gagnants ?" réalisée en partenariat par CSA et Les Echos Etudes.

Résultat, les drives ont représenté un chiffre d'affaires de 2,2 milliards d'euros en 2012 et leurs recettes pour 2013 devraient être de 3,7 milliards d'euros, d'après l'estimation des spécialistes. La croissance est telle, qu'en 2015, ce mode de distribution pourrait représenter 6% du marché alimentaire et un chiffre d'affaires annuel de 5 milliards d'euros. 

Le projet de loi Duflot pourrait changer la donne

Pour l'instant, l'ouverture d'un drive n'est pas règlementée, il est simplement soumis à l'obtention d'un permis de construire… mais cela devrait changer.

Dans le cadre du projet de loi Duflot sur le logement et l'urbanisme, l'exécutif envisage de soumettre les drives à des règles en vigueur aux magasins traditionnels. L'implantation d'un drive serait conditionnée à l'obtention au préalable d'une autorisation de la commission départementale de laquelle il dépend, et ces entreprises seraient assujetties à la Tascom, la taxe sur les surfaces commerciales pour l'instant applicable uniquement aux commerces exploitant une surface de vente au détail de plus de 400 m², et réalisant un chiffre d'affaires hors taxe de plus de 460.000 euros. On comprend vite la levée de boucliers dont a fait l'objet ce projet de loi dès son annonce par la ministre du Commerce, Sylvia Pinel, le 19 juin dernier.

Les uns dénoncent une "distorsion de concurrence"...

"Il va y avoir une distorsion de concurrence" dénonce le Directeur général de Chronodrive Jean-Philippe Grabowski, qui a lancé sa PME dès 2004 avec l'appui du groupe Auchan. Il considère qu'aujourd'hui, le e-commerce ne doit pas être soumis aux mêmes règles que le commerce traditionnel, et ne voit pas pour quelle raison une exception l'État ferait une exception pour les produits alimentaires. Il dénonce carrément une atteinte à la libre concurrence, et déplore que le gouvernement "oublie d'encourager l'innovation et préfère légiférer sur des structures qui marchent" au risque "d'annuler les efforts fournis par de jeunes PME pure-player pour qui il est déjà difficile d'émerger".

Autre argument : celui de l'emploi. Selon lui, la règlementation risque de ralentir la création de nouveaux drives, alors que ceux-ci représentent une manne potentielle de création de 1.000 emplois par an chez Chronodrive. Il part du principe que dans les conditions actuelles, une quarantaine de points de livraison avec en moyenne 40 salariés chacun pourrait voir le jour en 2014.

"L'argument de la création d'emploi est à relativiser" tempère Olivier Dauvers, éditeur et spécialiste de la grande distribution. "C'est un jeu à somme nulle en termes d'emplois puisque la consommation n'augmente pas sensiblement, elle est juste répartie différemment et les besoin en main d'œuvre ne progressent pas vraiment au global" explique-t-il.

... quand les autres accusent de concurrence faite aux commerces de proximité

A l'opposé des dirigeants de drives, certains encouragent ouvertement l'encadrement législatif des drives. Des élus dénoncent en effet la multiplication de ces points de vente pour deux raisons : il serait un obstacle au dynamisme des centre-ville en concurrençant les petits commerces, et provoqueraient un encombrement du trafic routier en fin de journée dans des zones où ce n'est pas prévu par la planification territoriale de l'urbanisme. La maire UMP de Beauvais Caroline Cayeux avait d'ailleurs interpelé Sylvia Pinel en juin sur la pratique de drives qui, selon elle, "concurrence le commerce de proximité sans être soumis aux mêmes règles". Du côté du directeur général d'Auchan France, au contraire, ce projet de loi n'est "pas utile" dans le mesure où il considère que le drive "n'apparait pas en concurrence frontale avec d'autres commerces, dont il est plutôt complémentaire".

Une aubaine fiscale bienvenue pour l'Etat

Entre ces deux camps, l'Etat. Si l'exécutif semble sensible aux arguments avancés par Caroline Cayeux, la vrai raison qui le pousse à encourager l'émergence d'une législation est de toute évidence d'ordre fiscal. En effet, et c'est bien ce qui inquiète les patrons de drives, le versement de la Tascom représente une aubaine pour faire entrer de l'argent dans les caisses de l'État. Ce qui provoque l'ire des dirigeants de drives, qui revendiquent le fait que juridiquement, la vente se fait chez le client et donc que les drives ne sont pas des lieux de vente.

Le projet de loi pour l'accès au logement et à un urbanisme rénové (ALUR) a été présenté ce mardi 10 septembre à l'Assemblée nationale. Son examen devrait se poursuivre jusqu'à mardi prochain, date du vote solennel.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 21
à écrit le 17/09/2013 à 9:23
Signaler
"Jean-Philippe Grabowski, qui a lancé sa PME dès 2004 avec l'appui du groupe Auchan" Ce Monsieur n'est pas du tout le créateur de Chronodrive mais un cadre nommé à sa tête depuis peu. Faut se renseigner avant de balancer des infos d'autant que Chron...

à écrit le 11/09/2013 à 17:51
Signaler
La démarche vise plus à protéger les enseignes en place qu'autre chose. En effet des groupes étrangers pourraient s'implanter massivement en fournissant les produits de base qui sont en général l'essentiel de ces commandes emportées. Le tout étant d'...

à écrit le 11/09/2013 à 15:40
Signaler
Les partis politiques doivent bien trouver de nouvelles ressources tout de même !

à écrit le 11/09/2013 à 14:00
Signaler
au lieu de favoriser l'émergence de nouveaux emplois (c'est ce que devrait faire la ministre Pinel en charge des entreprises mais elle a toujours été fonctionnaire dans sa carrière, cherchez l'erreur!!!) ce gouvernement ne fait que taxer. La meilleur...

à écrit le 11/09/2013 à 12:54
Signaler
Normal de limiter leurs implantations... Les enseignes avaient trouvé un moyen facile de s'affranchir des règles d'implantations commerciales et d'étendre leur maillage territorial. En plus ils sont moches ces drives; des boîtes au milieu de parkings

à écrit le 11/09/2013 à 12:54
Signaler
Je pense que nos Élus et qui dirigent le pays sont et vivent dans le seul but de faire payer. Ils devraient savoir que le C A de grandes surface est en diminution, qu'elles emploient plus de personnel que ALDI ou LIDL QUE CETTE "innovation a été de...

à écrit le 11/09/2013 à 12:42
Signaler
"Les clients déclarent un panier moyen d'une valeur de 96,30 euros en drive contre 40 euros en hypermarché"... Je me suis amusé à comparer les prix entre le drive leclerc et le magasin grâce au comparatif Leclerc pour mon panier hebdo et je trouve un...

le 11/09/2013 à 13:53
Signaler
Bon... Ta rien compris..! Le panier moyen c'est la valeur moyenne d'achat du client! Ça n'est pas un comparatif de coût du caddie pour un même achat!... En resumé en hyper le client achète pour 40 euros lors de son passage et 96? sur le site d'un ...

le 11/09/2013 à 13:58
Signaler
J'abonde dans votre sens d'autant que les clients des drives disent qu'ils n'achètent que l'essentiel alors qu'en parcourant les rayons d'un super marché ils succombent régulièrement au superflu !

le 11/09/2013 à 14:05
Signaler
Ce n'est pas la différence de prix entre un drive et un hyper c'est un panier moyen on commande plus au drive qu'à l'hyper.

à écrit le 11/09/2013 à 11:35
Signaler
L'État, surtout lorsque la gauche est au pouvoir, ne peut s'empêcher de mettre son grain de sel partout. À part d'augmenter les impôts et taxes, de créer de nouvelles contributions, de créer de nouvelles règles dans tous les domaines, que font les ex...

le 11/09/2013 à 12:30
Signaler
Ce qui est bien avec le peuple de droite c'est qu'on ne craint pas trop qu'ils descendent dans la rue. Et quand il le font, ils mettent en tête de cortège une beauf des beaux quartiers que personne ne craint et que tous le monde moque. Non vraiment j...

le 11/09/2013 à 12:44
Signaler
Quel vision lamentable et passéiste de l'entreprise. Si les chefs d'entreprises n'étaient pas là, votre Etat paternaliste n'existerait même pas. En tous cas ce qui est certain c'est qu'avec un peuple de gauche complètement bloqué dans les années 70 c...

le 11/09/2013 à 15:14
Signaler
Les manifestations font partie du paysage français, comme la tour Eiffel, le mont Saint-Michel, une curiosité bien huilée. Participe à ces manifestations ceux qui ont quelque chose à perdre ou à gagner, souvent organisées et manipulé par nos dirigean...

à écrit le 11/09/2013 à 11:24
Signaler
Ou comment casser quelque chose qui marche et cree de la richesse et des employés . Duflot est une spécialiste dans ce domaine quand on constate ce qu'elle fait pour scléroser l'immobilier. une nouvelle fiscalité dans un cadre législatif est Le systè...

le 11/09/2013 à 11:49
Signaler
Les drives je trouve cela plutot bien mais ecrire que cela crée des emplois et de la richesse est un peu excessif car les consommateurs ne vont pas dépenser deux fois ...ce qu'ils achéteront au drive ne se fera pas au supermarché du coin qui suppri...

à écrit le 11/09/2013 à 11:08
Signaler
Dubitatif, je suis... Dans ma région, il y en a plusieurs à quelques km l'un de l'autre. Je n'y ai jamais vu plus de 2 voitures affairées. Sont ce mes habitudes de déplacement qui faussent ma vision ? ou bien est on en face d'un phénomène de niche qu...

à écrit le 11/09/2013 à 10:33
Signaler
d après une étude le drive ne serait pas économiquement rentable sauf pour le client a prix egal si on fait ses courses en hyper . donc il a suffit qu une grande enseigne y aille pour que les autres foncent .mais au final qui paye? est ce que les hyp...

à écrit le 11/09/2013 à 10:30
Signaler
Si le gouvernement s'en occupe ils vont fermer et ils auront raison. Il faudrait que Flamby décide de l'heure à laquelle on a le droit d'aller au WC ou définir un tour de rôle, c'est de son niveau.

le 11/09/2013 à 10:55
Signaler
Ce genre de vannes pourries et éculées deviennent fatigante. Si au moins vous étiez marrant... Sinon vous avez remarquez la taille de Sarko ? Une petite blague originale à faire ?

le 11/09/2013 à 12:32
Signaler
@Des. Bonne idée pour les WC, les socialistes savent mieux que vous ce qui est bon pour vous. @Chich. Pour le taille de Sarko, c'est moins d'1 cm de différence avec Hollande. Autant dire qu'ils font la même taille... pas le même poids par contre.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.