Internet, grandes surfaces, petits commerces... où les Français font-ils encore leurs courses ?

 |   |  463  mots
Pour les achats alimentaires, plus de 72% des dépenses des Français sont réalisées en grande surface, dont près d'un tiers en hypermarché et un tiers en supermarché.
Pour les achats alimentaires, plus de 72% des dépenses des Français sont réalisées en grande surface, dont près d'un tiers en hypermarché et un tiers en supermarché. (Crédits : Reuters)
Pour l'habillement, les Français délaissent les petits commerces. Tandis que dans l'alimentaire, ils restent en majorité fidèles aux grandes surfaces commerciales.

La majorité des Français font encore leurs courses comme au début des années 2000. C'est ce qui ressort de la dernière mouture de l'étude Budget de famille, publiée par l'Insee ce vendredi et portant sur des chiffres de 2011. Toutefois, dans le détail, le nouveau canal que représente la vente par Internet s'installe dans les habitudes, du moins dans certains secteurs comme les biens durables, en particulier culturels et, plus faiblement, dans l'habillement. Passage en revue des points saillants.

  • Moins de 5% des ventes d'habillement réalisées sur Internet

Depuis 2001, la proportion des dépenses réalisée pour l'habillement dans des petits commerces spécialisés a chuté de plus de 8 points de pourcentage, passant de 42,5% à 34%. Elle chute également dans la vente par correspondance, d'où la transition opérée depuis lors par des vépécistes comme La Redoute ou 3Suisses. Elle baisse de moins d'un point dans les grandes surfaces, qui restent des lieux d'achat vestimentaires importants pour les ménages aux plus faibles revenus. Les 10% les moins riches y réalisent plus d'un tiers de leurs courses de vêtements.

Les ventes par Internet restent marginales en 2011 pour l'ensemble de la population. Mais, alors qu'elles étaient restées quasiment inexistantes entre 2001 et 2006 (0,7% des achats d'habillement), elles bondissent au cours des cinq années suivantes. En 2011, les Français y réalisent 4,1% de leur shopping dans cette catégorie.

  • Le budget musique a chuté de 25% en dix ans

Cela avait été constaté empiriquement. Par cette étude, l'Insee le confirme: les achats de biens culturels se sont fortement dématérialisés. Sur la musique, les vidéos et les livres, la part de ce mode d'achat est passée de 2% des dépenses en 2006 à 11% en 2011. Les rédacteurs de cette enquête écrivent:

"Sur le marché du livre, les petits commerces spécialisés, notamment les librairies, sont les premiers à pâtir de l'essor d'Internet."

En outre, le montant global alloué à certaines catégories de bien culturels en est lourdement affecté. Le budget musique a chuté de 25% en dix ans.

  • L'alimentation, toujours en grandes surfaces

Pour les courses alimentaires, les grandes surfaces restent le lieu privilégié des Français. Près de trois quarts (72,2%) de leurs dépenses pour ces denrées y sont réalisées en 2011, soit à peu près autant qu'en 2001. Seule évolution notable: depuis 2006, la fréquentation des "hard discounts" a chuté, probablement en raison d'une baisse relative des prix dans les hypermarchés.

Dans le domaine alimentaire, Paris fait exception, avec près de 50% des dépenses réalisées dans des espaces plus restreints - les supermarchés - et une propension plus grande qu'ailleurs à effectuer ses achats dans les commerces de détail spécialisés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/12/2014 à 19:22 :
"hard discounts" a chuté, probablement en raison d'une baisse relative des prix dans les hypermarchés. => Peu être parce qu'ils ne sont pas discount, mais que leurs produits sont principalement avec moins de poids et qu'ils sont au même prix voir même plus cher au kilo...
a écrit le 12/12/2014 à 16:11 :
Les Français ne bouffent plus que du portable !!!!!
Réponse de le 14/12/2014 à 11:14 :
C'est d'ailleurs le principal atout des patrons pour éviter la grève. Quand on voit l'état de l'économie et du travail, c'est impressionnant que le pays ne soit pas bloqué par des grèves générales... Là les patrons et le gouvernement peuvent dire merci aux portable et aussi au candy crush et autres trucs addic du même style...
a écrit le 12/12/2014 à 9:19 :
La prédominance des achats en grande surface située hors des centre ville est catastrophique dans les villes moyennes et petites, des rues entières vides avec des panneaux de pas de porte à vendre
Réponse de le 12/12/2014 à 10:31 :
Effectivement mais il faut dire que les gerants de petits commerces notamment d alimentation ne réagissent pas et n ont toujours pas compris que leurs manières de vendre ou d aborder le client doit evoluer
Réponse de le 12/12/2014 à 12:54 :
Et cela ne va pas s'arranger avec la loi macron qui va faciliter l'installation de nouvelles grandes surfaces.... C'est un scandale...
Réponse de le 12/12/2014 à 19:26 :
Le problème est à tous les niveaux. Si on prend "la ruche qui dit oui", c'est une super initiative par contre qu'en on regarde le prix de la viande, là c'est les producteurs qui ne jouent pas le jeu. Ils se plaignent que les grands groupe les vols et qu'en ils ont l'occasion de partager avec l'acheteur les bénéfices, ils font le contraire, ils garde tout. Leur viande est encore plus chère.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :