Textile : les ventes privées triomphent du marasme

 |   |  368  mots
En pleine déprime du secteur textile en France, les nouveaux modes de distribution comme la vente privée affichent de fortes croissances.
En pleine déprime du secteur textile en France, les nouveaux modes de distribution comme la vente privée affichent de fortes croissances. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les ventes de textile ont chuté en France pour la 7e année consécutive. Pourtant, des entreprises tirent tout de même leur épingle du jeu. Comme le site Showroomprivé qui a enregistré en 2014 une croissance de 40% de ses ventes.

Les ventes privées vident les placards des enseignes. Leurs champions en profitent bien. Challenger du numéro 1 du marché, Showroomprivé affiche ainsi une croissance de 40% de ses ventes totales, pour atteindre un chiffre d'affaires de 480 millions d'euros en 2014, selon des chiffres publiés ce mardi. Il affirme en outre "être cette année encore rentable et bien rentable", même si les comptes ne sont pas encore totalement consolidés.

45% des ventes sur mobile

"Cela  conforte notre stratégie qui consiste à viser prioritairement les femmes, le mobile et à développer notre activité à l'étranger", explique à La Tribune Thierry Petit, fondateur de la plateforme. L'entreprise, qui a récemment signé un partenariat avec la chaîne DPAM, réalise ainsi près de 45% de ses ventes via son application mobile, pour laquelle il a récemment lancé un service de "cashback", système de promotions qui incite à l'achat en promettant des remboursements sur certains produits.

Le site vise même "un volume d'affaires de 1 milliard d'euros de chiffre d'affaires d'ici à quatre ans". Un niveau déjà largement dépassé par Vente-Privée, le site créé par Jacques Antoine-Granjon qui affichait un chiffre d'affaires total de 1,6 milliard d'euros en 2013 (ses résultats pour 2014 n'ont pas encore été diffusés).

Dans le seul territoire français, l'ensemble des sites pratiquant ces ventes événementielles à prix cassés, l'année 2014 s'est également révélée brillante. Ils ont engrangé 2 milliards d'euros de recettes l'an dernier, selon le cabinet Xerfi. Pendant ce temps, et pour la septième année consécutive, les ventes totales de vêtements dans l'Hexagone ont poursuivis leur baisse. Cette baisse (- 0,8%) est toutefois moins "grave" que les années précédentes puisque, en 2011 et 2012, les ventes de textile-habillement ont reculé de plus de 2% par an.

Les magasins s'y mettent

D'ailleurs, l'organisation de ventes privées par les magasins physiques eux-mêmes leur ont apparemment permis de limiter la casse à la fin de l'année. Démarrées au lendemain de Noël, elles ont permis aux détaillants de voir leur activité croître de 2,5% en décembre, d'après la fédération pour l'urbanisme et le développement du commerce spécialisé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :