Auchan et Système U veulent créer une structure de gouvernance commune

 |   |  462  mots
Système U, qui avait jusqu'ici donné mandat à Auchan pour négocier, deviendrait en outre associé au sein de la centrale d'achat Eurauchan, et cette dernière concernerait l'ensemble des produits.
Système U, qui avait jusqu'ici donné mandat à Auchan pour négocier, deviendrait en outre "associé" au sein de la centrale d'achat Eurauchan, et cette dernière concernerait l'ensemble des produits. (Crédits : DR)
Les deux groupes, qui ont entamé un rapprochement depuis septembre, envisagent également l'échange de certaines de leurs enseignes.

Auchan et Système U veulent muscler leur alliance sur les achats. Et pour ce faire, ils sont prêts à aller jusqu'à la création d'une structure de gouvernance commune et à des échanges d'enseignes pour certains magasins, a déclaré vendredi 15 mai un porte-parole de Système U à l'AFP, confirmant des informations du Figaro.

Ces évolutions restent soumises aux décisions de l'Autorité de la concurrence, aux "négociations" toujours en cours entre les deux groupes et au consentement de chacun des commerçants indépendants du réseau Système U, est-il néanmoins précisé.

Des prises des décisions communes entre "représentants des deux groupes"

Système U, enseigne coopérative regroupant des commerçants indépendants, et Auchan ont entamé depuis septembre un rapprochement au niveau de leurs achats. Ils ont annoncé en février être "entrés en négociations exclusives en vue d'approfondir" leur partenariat, notamment à travers une mise en commun des supports commerciaux, logistiques, informatiques ou même d'une partie des réseaux des deux enseignes.

Dans ce cadre, les Hyper U pourraient ainsi adopter l'enseigne d'Auchan, quand les Simply Market du groupe de la famille Mulliez passeraient sous franchise Super U. Afin de renforcer l'alliance sur les achats établie en septembre, Système U, qui avait jusqu'ici donné mandat à Auchan pour négocier, deviendrait "associé" au sein de la centrale d'achat Eurauchan, et cette dernière concernerait l'ensemble des produits, indique le porte-parole de l'enseigne coopérative.

Les deux enseignes réfléchissent aussi à la mise en place d'une "gouvernance commune", au sein de laquelle "des représentants des deux groupes" pourront "se rencontrer et prendre des décisions".

L'Autorité de la concurrence française chargée d'étudier le dossier

La Commission européenne a par ailleurs renvoyé le dossier de ce projet à l'Autorité de la concurrence française, qui va l'examiner, selon des informations du Figaro confirmées par Systeme U.

Interrogé sur l'hypothèse de cessions d'actifs qui pourraient être imposées par l'Autorité, le porte-parole a précisé que le groupe ne détenait pas de magasins à proprement parler, puisqu'il était un groupement de commerçants indépendants, mais que "dans certaines zones commerciales, localités, peut-être que cela posera en effet un problème de concurrence, et peut-être que les groupes devront trouver des solutions pour rétablir une concurrence conforme à l'esprit de la loi". Contacté par l'AFP, un porte-parole d'Auchan a pour sa part répondu qu'il s'exprimerait en début d'après-midi sur le sujet.

Début avril, l'Autorité avait rendu un avis identifiant plusieurs risques d'altération de la concurrence dans la grande distribution, et invité les distributeurs concernés (Auchan-Système U, mais aussi Intermarché-Casino, Carrefour-Cora) à ajuster leurs pratiques.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/05/2015 à 22:52 :
En tant que professionnel dans l'agroalimentaire français, je peux dire que cet embargo est d'autant plus grave pour le secteur français parce qu'il a un double effet. D'une part, la fermeture du marché russe va impacter directement le secteur. Le coût direct de cette décision devrait atteindre, selon les estimations de la FNSEA, au minimum 500 millions d'euros. C'énorme ! D'autre part, les fruits et légumes qui auraient dû être expédiés en Russie vont rester sur le marché français et européen. Cela va engendrer un effet de surproduction. Cet engorgement du marché intérieur va lui-même conduire à une importante baisse des prix dont il est difficile, pour l'heure au moment, de chiffrer l'impact. C'est d'autant plus inquiétant que la récolte de pommes, pêches et tomates a été très abondante cette année, ce qui joue déjà à la baisse. Au total, on peut craindre que des emplois dans certaines filières se trouvent menacés par l'embargo russe. Mes gros soucis ne font que commencer.
a écrit le 17/05/2015 à 11:01 :
Ou sont passés les groupes, Mamout, continent- Champion, rallye...? plus les enseignes fusionnent plus les prix vont augmenter car la concurrence baisse...
a écrit le 16/05/2015 à 16:10 :
Ces concentrations ne visent pas seulement à se battre contre la concurrence, mais également à constituer une force d'achat susceptible d'étrangler les fournisseurs. Ce faisant, les consommateurs qui se réjouissent d'une possible baisse des prix découvriront qu'il leur faudra payer plus cher pour les dégâts sociaux et économiques causés chez les producteurs.
Pendant ce temps, les vautours se délectent de voir qu'ils vont faire payer à ceux qui les félicitent l'augmentation de leurs dividendes et revenus.
Pourquoi s'en priver, en sacrifiant les créateurs de valeur ajoutée, ils vont faire payer indirectement plus des consommateurs qui vont les remercier de se faire arnaquer.
a écrit le 16/05/2015 à 8:27 :
ce qui est fabuleux dans cette opération c'est que l'Autorité de la concurrence ose se pencher sur "certaines zones commerciales, localités"... en revanche, le fait que les fournisseurs n'auront bientôt plus que 2 ou 3 centrales d'achat à l'échelle du pays, ça ne doit a priori pas poser de problème ...
quand je pense que certains s'offusquent quand quelques volaillers en quasi faillite essaient de maintenir un peu leur prix !
a écrit le 16/05/2015 à 6:51 :
Nous entrons dans la dernière bataille de la grande distribution, les grandes enseignes après avoir éliminer le petit commerce, après avoir racheter les groupes régionaux, pour rester en course pour maintenir leur leadership et leur croissance, ils ne peuvent plus que s'entredéchirer et se manger entre eux, et comme à un moment ils s'apercevront qu'ils ont plus à perdre dans ce combat, on aura droit à la paix des braves sur le dos des consommateurs car ils remonterons leurs marges
a écrit le 15/05/2015 à 21:17 :
Plus ils seront chers... Et plus les distributeurs américains auront de la place!
a écrit le 15/05/2015 à 20:17 :
Comme si cela n'allait pas encore éviter la concurrence... Les gars se regroupent juste pour le barbecue du samedi-soir, qu'on vous dit...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :