Couche-Tard laisse la porte ouverte à Carrefour, si l'État français change d'avis

 |  | 460 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : STEPHANE MAHE)
Le géant québécois de la grande distribution s'est dit à l'écoute de « signaux » montrant que « l'environnement pourrait changer ou changerait de la part du gouvernement français ». Le groupe, qui voulait créer un acteur mondial face à l'accélération de l'Américain Amazon, indique aussi respecter la position brandie par Bercy et sa menace de veto.

Le PDG du canadien Couche-Tard a affirmé lundi qu'il serait prêt à tenter un nouveau rapprochement avec Carrefour si la situation évoluait favorablement en France, deux jours après l'annonce de l'interruption des négociations suite à un veto de Paris.

"Nous aimerions faire cette transaction", a affirmé le président et chef de la direction du distributeur canadien, Brian Hannasch, lors d'une conférence téléphonique avec des analystes.

"Donc, si nous recevions des signaux que l'environnement pourrait changer ou changerait de la part du gouvernement français ou d'autres acteurs clés, nous aimerions avoir l'occasion de nous engager à nouveau dans de bonnes conditions", a-t-il déclaré.

Lire aussi : Bruno Le Maire et l'OPA sur Carrefour, un virus mutant pour l'économie

Et cela "en supposant que nous n'avons pas trouvé d'autre moyen de créer plus de valeur pour nos actionnaires", a-t-il dit.

"Nous resterons à l'écoute et nous verrons ce qui se passera, mais pour l'instant, c'est définitivement clos", a-t-il toutefois rappelé après le non "courtois, mais clair et définitif" à un rapprochement exprimé par le ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire. Une nouvelle loi permet en effet à la France d'empêcher les fusions ou acquisitions si ils mettent en danger la sécurité nationale et la souveraineté.

Après le veto français, les deux groupes sont convenus samedi de poursuivre leurs discussions sur d'éventuels "partenariats opérationnels", comme dans la distribution de carburants ou l'achat en commun.

Lire aussi : Plus rien à craindre bonnes gens, Carrefour reste français

"Je pense que nous nous sommes lancés dans cette aventure les yeux grands ouverts en sachant que c'était un risque", a reconnu M. Hannasch.

Le gouvernement français s'est opposé à l'opération au motif que "la sécurité alimentaire" de la France "n'a pas de prix", comme l'a dit M. Le Maire.

"La pandémie a mis en lumière la question de la sécurité alimentaire, particulièrement en France", a concédé le PDG de Couche-Tard.

"Il est donc difficile de dire si cela changera avec le temps. Nous continuerons à surveiller la situation, mais pour l'instant, tout en respectant la position du gouvernement français, nous agissons en conséquence", a-t-il précisé.

Et à court terme, Couche-Tard pourrait se lancer dans un programme de rachat de ses actions pour accroître le rendement de ses actionnaires, a-t-il ajouté.

A la Bourse de Toronto, l'action Couche-Tard reprenait un peu de tonus lundi, s'appréciant de 1,9% dans les premières transactions, à 38,71 dollars canadiens (25,11 euros). Mais elle restait à un prix inférieur à celui précédant l'annonce d'une opération sur Carrefour la semaine dernière.

Lire aussi : Carrefour et Couche-Tard, une fusion qui pose question... surtout à Bruno Le Maire

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/01/2021 à 8:02 :
Quelle compensation pour les actionnaires de Carrefour pour cette nationalisation de fait?
a écrit le 19/01/2021 à 9:50 :
dans moins de deux ans Macron et cie auront rejoint Trump dans les poubelles de l'histoire. Ceux qui suivront n'auront peut être pas des défaites économiques en rase campagne à se faire pardonner (Alstom....) et ne confondront peut être une chaîne de distribution et la survie stratégique du pays, dont ils ont déjà bradé tellement de secteurs essentiels.

Couche-Tard et Carrefour sont sur deux segments de marché complémentaires et non concurrents. L'un fait des supérettes de dépannage ouvertes 7/7 24/24, l'autre des hypermarchés.
Leur association ne peut être que bénéfique à moins que l'on ne considère que carrefour ne doive être qu'un distributeur local (ce qu'il n'est plus de puis longtemps).
Réponse de le 19/01/2021 à 10:42 :
Désolé de vous contredire, mais Carrefour n'a plus qu'un petit quart de son activité dans les hypermarchés.
Et redevient peu à peu un distributeur local avec 1 000 ouvertures de magasins de proximité ces deux dernières années.
Et Alstom a très bien vendu ses turbines à gaz à GE, puisque cette activité a beaucoup souffert depuis avec le transition énergétique, c'est un fait.
Pour Macron, si vous avez un remplaçant crédible, merci de nous le présenter. Ce serait chouette de votre part.
Réponse de le 20/01/2021 à 12:55 :
A ce jour carrefour est à la peine avec ces hyper et market, ce qu'il faut savoir c'est la proximité qui tire le groupe carrefour en France avec tous ces indépendants en franchise. Ce sont eux qui font les marges.
a écrit le 19/01/2021 à 9:25 :
"Le gouvernement français s'est opposé à l'opération au motif que "la sécurité alimentaire" de la France "n'a pas de prix""

lol !

Avec un argument aussi bidon que personne ne peut sérieusement croire, on comprend que couche tard insiste hein...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :