Hemingway, Voltaire, Orwell... ces auteurs que l'actualité relance en librairie

 |   |  423  mots
Ernest Hemingway (1899 - 1961), symbole de la génération perdue, retrouve une place sur les tables de chevet des Français.
Ernest Hemingway (1899 - 1961), symbole de la "génération perdue", retrouve une place sur les tables de chevet des Français. (Crédits : Wikimedia Commons)
"Paris est une fête", mémoires d'Ernest Hemingway sur sa folle vie parisienne dans les années 1920, connaît une forte hausse des ventes depuis une semaine. Depuis janvier, ce sont aussi les lumières de Voltaire qu'un grand nombre de lecteur avaient recherchées en relisant son "Traité sur la tolérance".

Paris est une fête, numéro deux des ventes de livres sur Amazon. L'ouvrage d'Ernest Hemingway ("A Moveable Fest" en anglais) publié pour la première fois en 1964, après la mort de l'auteur américain, connaît un regain d'intérêt depuis plusieurs jours. D'après l'éditeur Folio (Gallimard), cité par l'agence américaine Bloomberg, ses ventes auraient décuplé depuis lundi.

Génération perdue

Ces mémoires relatent une période de la vie d'Hemingway qui s'était installé à Paris comme correspondant pour le Toronto Daily Star en 1921. Il y raconte sa vie dans le Paris des Années folles en compagnie de la "génération perdue". Une expression attribuée à Gertrude Stein et utilisée en épigraphe du roman d'Hemingway Le soleil se lève aussi  (1926), désignant un groupe d'écrivains expatriés dont faisaient partie Francis Scott Fitzgerald, Henry Miller ou encore John Steinbeck.

Après les attentats du 13 novembre, l'auteur et l'oeuvre semblent célébrés non seulement comme symboles de la liberté d'expression, mais aussi d'un mode de vie libre, créatif et festif.

Il se trouve aussi que cette hausse des ventes intervient après la diffusion et le partage d'une vidéo de BFMTV dans laquelle Danielle Mérian, une dame venue se recueillir Boulevard Voltaire non loin du Bataclan, incite dans un message humaniste les téléspectateurs à relire ce livre.

Relire Voltaire après Charlie Hebdo...

Un phénomène de librairie du même ordre s'était produit début janvier avec Le Traité sur la tolérance, de Voltaire, dont la première édition remonte à 1763. Une centaine de milliers de versions Poche se seraient écoulées depuis le début de l'année.

Habituellement, les ventes d'ouvrages "classiques" qui forment les fonds de librairies sont absents des classements annuels ou mensuels des meilleures ventes. En 2012, l'institut GfK avait mesuré leur "succès" dans une enquête pour le Figaro littéraire. Résultat : Maupassant avec 3,8 millions d'exemplaires cumulés entre janvier 2004 et janvier 2012, puis Molière, Zola, Camus et Hugo caracolaient en tête France parmi les grandes plumes françaises dont les ouvrages se vendent encore le plus dans le pays.

...Et Orwell après Snowden

Chez les étrangers, la britannique Agatha Christie et l'autrichien Stefan Zweig dépassaient avec chacun plus de 2,5 millions d'exemplaires vendus Shakespeare et George Orwell. Depuis, les révélations d'Edward Snowden en 2013, ont eu un effet sur les ventes de son oeuvre la plus célèbre, 1984.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :