Jouets : Toys "R" Us ferme tous ses magasins aux Etats-Unis

 |   |  625  mots
Pour rappel, Toys'R'Us, dont le siège se situe à Wayne dans le New Jersey (Est), recense 65.000 employés dont plus de la moitié aux Etats-Unis.
Pour rappel, Toys'R'Us, dont le siège se situe à Wayne dans le New Jersey (Est), recense 65.000 employés dont plus de la moitié aux Etats-Unis. (Crédits : Eduardo Munoz)
Les consommateurs sont de plus en plus à préférer les plateformes d'achat en ligne tandis que les enfants se tournent davantage vers les gadgets électroniques. Et dans la distribution de jouets, ça se ressent forcément. L'emblématique Toys ''R'' Us doit mettre la clé sous la porte de 735 magasins aux Etats-Unis. De fait, 33.000 employés sont en danger.

Le distributeur de jouets emblématique Toys'R'Us, en graves difficultés financières, va mettre en liquidation ses 735 magasins aux Etats-Unis, a-t-il annoncé jeudi dans un communiqué.

Le groupe américain en faillite met ainsi en péril 33.000 emplois après avoir échoué à la fois à trouver un repreneur et à conclure un accord portant sur la restructuration d'une dette de plusieurs milliards de dollars.

"Nous ne disposons plus du soutien financier pour poursuivre nos activités américaines (...)", a simplement déclaré Dave Brandon, directeur général de Toys "R" Us.

Quelque six mois après le dépôt de bilan de Toys "R" Us, la liquidation de l'entreprise est un coup dur à la fois pour les consommateurs et pour des centaines de fabricants de jouets, dont Mattel, le propriétaire de Barbie, le spécialiste des jeux de société Hasbro ou encore Lego.

Pour rappel, Toys'R'Us, dont le siège se situe à Wayne dans le New Jersey (Est), recense 65.000 employés dont plus de la moitié aux Etats-Unis.

Des pertes dans plusieurs pays

Le groupe prévoit une "réorganisation" et un "processus de vente" pour ses activités au Canada, en Asie, en Allemagne, en Autriche et en Suisse. Toys'R'Us a également précisé que les options restaient ouvertes pour ses autres activités à l'étranger, dont ses magasins en France, mais aussi en Australie, en Pologne, au Portugal et en Espagne.

L'entreprise a également dit être en discussions avec certains candidats intéressés par un éventuel accord visant à adosser ses magasins les plus performants aux Etats-Unis - total qui pourrait aller jusqu'à 200 - à ses opérations canadiennes.

3.000 postes supprimés en Grande-Bretagne

Selon le Wall Street Journal, le groupe devrait également liquider ses activités en Australie, en France, en Pologne, au Portugal et en Espagne.

Mercredi, les co-administrateurs judiciaires du distributeur ont dit que les 75 magasins restants du groupe en Grande-Bretagne fermeraient leurs portes d'ici à six semaines, ce qui entraîne la suppression de quelque 3.000 postes.

Les créanciers ont décidé que le liquidation des actifs de Toys "R" Us, premier distributeur de jouets aux Etats-Unis et l'un des plus connus au monde, leur rapporterait davantage qu'un maintien sous perfusion de l'activité, avaient dit plus tôt des sources proches du dossier.

Les distributeurs en souffrance

Avec des consommateurs qui font de plus en plus leurs emplettes sur des plateformes en ligne telles qu'Amazon.com et des enfants qui privilégient des gadgets électroniques par rapport aux jouets, Toys "R" Us n'a plus réussi à honorer les échéances de sa dette de 6,6 milliards de dollars (soit 5,3 milliards d'euros), héritée de son rachat par endettement en 2005 par les fonds d'investissement KKR et Bain Capital et l'investisseur immobilier Vornado Realty Trust.

"C'est un environnement implacable pour les distributeurs installés dans les centres commerciaux", a déclaré Brian Davidoff, un avocat spécialisé dans la restructuration financière.

Lire aussi : La Grande Récré en cessation de paiement, énième victime d'Amazon

Pour rappel, Toys'R'Us s'était déclaré en faillite en septembre 2017, se plaçant sous la protection du chapitre 11, une disposition américaine permettant à une entreprise de continuer à fonctionner normalement à l'abri de ses créanciers. Mais le groupe a continué à rencontrer des difficultés pour se relancer et trouver de l'argent frais, ce qui a entraîné un grand nombre d'analystes à prédire récemment sa liquidation judiciaire.

Lire aussi : Incapable de se réinventer, Toys'R'Us fait faillite

Plus largement, près de 8.000 magasins en détail ont fermé aux Etats-Unis en 2017, soit un total qui représente le double de la moyenne annuelle sur la décennie écoulée, selon des données du conseil international des centres commerciaux.

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/03/2018 à 22:03 :
LBO ( leverage but out ) toujours aussi intéressants pour KKR , Bain et quelques partenaires bancaires pour drainer les trésoreries opérationnelles à court terme en de servant sur la proie jusqu à sa perte ... Voir et revoir "la mise à mort du travail"
a écrit le 15/03/2018 à 13:28 :
Même si ce modèle économique n'est peut être plus viable avec l'évolution du marché des jouets, c'est incroyable que cette entreprise fasse faillite à cause d'une dette contractée en 2005 par les fonds d'investissement qui servait à la racheter elle même?!
Réponse de le 15/03/2018 à 22:07 :
C est en effet le cycle court termiste du capitalisme prédateur . Les mécanismes des LBO sont très bien expliqués dans le documentaire "la mise à mort du travail" . Bravo Mr kravis pour quelques millions de plus engrangés
a écrit le 15/03/2018 à 9:38 :
J'ai bien essayé de commander sur leur site en France, une catastrophe... Colis envoyé a l'adresse d'un relais, mais en mon nom propre donc non livré, retrouvé renvoyé a l’entrepôt et... annulation de la commande, 15j avant Noel avec rupture de stock coté Toys.

Je souhaite le meilleure aux salariés qui vont vivre des moments compliqués, ce n'est pas leur faute si leur entreprise n'a pas su suivre l'évolution du marché.
a écrit le 15/03/2018 à 9:01 :
La guerre des prix qu'ont lancé ces enseignes se retourne contre elles.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :