L’e-commerce, une activité de “pro" à partir de 5.000 euros de recettes par an ?

 |  | 1115 mots
Lecture 6 min.
Il existe un seuil fixé au niveau européen -de 10.000 euros annuel - en deçà duquel le vendeur peut bénéficier d'une franchise.
Il existe un seuil fixé au niveau européen -de 10.000 euros annuel - en deçà duquel le vendeur peut bénéficier d'une franchise. (Crédits : © Alkis Konstantinidis / Reuter)
En proposant un nouveau système de prélèvement de la TVA pour le commerce en ligne, les sénateurs français chargés de ce dossier soulèvent une question de fond : celui du montant annuel à partir duquel les revenus générés par la vente sur Internet devraient être taxés.

Se débarrasser de vieux meubles -ou de sa voiture- sur leboncoin.fr, revendre des vêtements sur Vestiaire Collective, écouler sa production de colliers faits maison sur Etsy, louer un studio à des touristes sur Airbnb... Autant d'activités commerciales nouvelles, désormais ouvertes aux particuliers, qui échappent au fisc, plus ou moins légalement.

Face à ce phénomène, un groupe de sénateurs a proposé le 17 septembre un nouveau système de prélèvement fiscal. Dans leur ligne de mire, notamment, des ventes déguisées en transactions entre particuliers et autres fraudes dont le montant total était évalué à plus de 130 milliards d'euros par an dans l'UE par la Commission européenne. Les sénateurs suggèrent ainsi de fixer un seuil unique de revenu annuel de 5.000 euros de chiffre d'affaires.

Un niveau supérieur au revenu moyen des propriétaires affiché par Airbnb (3.600 euros), mais inférieur à celui que les chauffeurs d'UberPop engrangeraient en moyenne (8.600 euros). Certains professionnels évaluent même le niveau de revenu médian inférieur. "Chez nos vendeurs, nous l'estimons à 3.500 euros par mois sur Amazon, 1500 sur eBay", indique Marc Schillaci, PDG d'Oxatis, un opérateur de sites d'e-commerce. Un autre professionnel du secteur avance de son côté une moyenne encore plus basse de 2.500 euros annuels.

Flou par "nature"

"L'e-commerce par nature rend cette frontière floue", commente Michel Le Clainche, ancien administrateur général des finances publiques et rédacteur en chef de la revue spécialisée Gestion et Finances Publiques. En effet, même pour des commerçants professionnels, vendre en ligne fait figure de complément de revenu en plus du chiffre d'affaires réalisé par l'activité "traditionnelle", en magasin par exemple.

Le commerce à titre professionnel se définit par "le fait de pratiquer une activité commerciale à titre régulier, ce qui laisse une marge d'interprétation", reconnaît Marc Lolivier, secrétaire général de la Fédération e-commerce et vente à distance (Fevad) lors du premier jour du salon professionnel dédié au secteur Porte de Versailles, rebaptisé "Paris Retail Week" cette année.

"Il y a des débats sur la pertinence de définir des seuils, puisqu'ils peuvent énormément varier selon les types de produits", rappelle le responsable de l'organisation professionnelle. Partant de ce principe, le seul critère du montant paraît en effet peu pertinent si l'on compare la vente d'une voiture ou d'un objet de luxe avec celle de produit au prix unitaire très faible. Dans le premier cas, même si le montant final de la transaction est plus élevé, cela ne veut pas dire que le vendeur est un "professionnel" du commerce.

Techniquement possible

Sauf que, techniquement, définir des seuils par catégorie de produit, voire même par magasin, est loin d'être impossible. C'est même le métier d'une nouvelle catégorie de spécialistes de la sécurité en ligne qui traquent les fausses identités en ligne pour le compte de grandes enseignes, craignant, entre autres, de devoir payer pour des produits qui ne parviennent jamais à leur destinataire final.

"Notre technologie permet d'identifier les personnes qui se connectent à un site. Nous pouvons les reconnaître même si elles essaient de changer les paramètres de leur connexion ou de cacher leur adresse IP", explique Vanessa de Paula, directrice des ventes en France de Risk Ident, l'une de ces entreprises spécialisées dans la sécurité en ligne.

Parmi les nombreux critères qu'il est possible de définir à l'avance figure bien sûr le montant des transactions au-delà duquel la nature "privée" de celles-ci peut-être mise en doute. Parfois, ce sont non pas les ventes mais les achats qui peuvent mettre la puce à l'oreille. "Nous avons eu un cas pour la coupe de l'UEFA par exemple, des billets pour des matchs étaient achetés pour plusieurs dizaines de personnes différentes avec des adresses mails ou des comptes différents mais toutes les demandent émanaient de la même adresse en Inde", raconte Vanessa de Paula.

Une fois l'information transmise au cybermarchand, à lui bien sûr de vérifier si le compte potentiellement litigieux est bien celui d'un "faux" particulier. Ces derniers ne représenteraient qu'une proportion très marginale des cas (0,2 à 0,3% des vendeurs en ligne). Mais, les sommes engagées seraient, elles, bien plus élevées, et très complexes à évaluer. En France, la seule fraude à la TVA atteindrait 25 milliards d'euros depuis la levée des barrières entre États membres.

Elle peut notamment prendre la forme des carrousels de TVA : un système mettant en relations plusieurs entreprises, éventuellement présentes dans plusieurs États. Il consiste à réclamer le remboursement en amont d'une taxe qui n'a pas été acquittée ou à réduire le montant à payer. Une telle fraude qui peut aboutir à ce qu'un produit soit vendu moins cher au consommateur final qu'au fournisseur.

Franchise de TVA

La question de ces seuils pose surtout un problème d'harmonisation européenne. Pour reprendre le seul cas de la TVA, en France, les ventes de biens et de services réalisées par toute personne physique ou morale qui exerce une activité économique de manière indépendante sont soumises à la TVA à partir d'un chiffre d'affaires annuel de 82.200 euros pour les ventes de biens ou de 32.900 euros pour les prestations de services hors ventes à consommer sur place et prestations d'hébergement.

Mais toute transaction effectuée dans un pays membre de l'UE (acquisition intra-communautaire ou AIC) est soumise à la TVA quel que soit le pays d'origine du vendeur. Là aussi, il existe un seuil fixé au niveau européen - de 10.000 euros annuel - en deçà duquel, le vendeur peut bénéficier d'une franchise de TVA.

Anne-Gaël Hamonic-Gaux, maître de conférences en droit à l'Université de Rouen, qui a été auditionnée pour les rapports sénatoriaux, précise :

"Ce seuil est librement fixé par chaque État Membre de l'UE. Par exemple, il est également de 10.000 euros en Espagne et en Italie mais de 12.500 euros en Allemagne et de 11.200 euros en Belgique. (...) En tout état de cause, prévoir un seuil de 5 000 euros en matière d'AIC de biens ne respectent donc pas les prescriptions du droit communautaire."

Et si, d'après les sénateurs, le commissaire européen en charge de la question, Pierre Moscovici s'est dit ouvert à des discussions sur ce seuil, sa mise en pratique resterait complexe. Car à qui confier le rôle de vérifier, voire de sanctionner le fraudeur : au contrôleur fiscal du pays où se trouve le destinataire de l'achat, ou bien à celui du pays où se trouve l'émetteur ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/09/2015 à 16:08 :
Si les gens avaient plus d'argent, il ne leur viendrait pas l'idée d'acheter un truc d'occasion sur le bon coin. Avant la hausse massive des impôts c'était pour les ringards écolo ou miséreux mais maintenant tout le monde se contente d'un vieux truc d'occasion qu'avant on aurait jeté à la poubelle.
a écrit le 22/09/2015 à 15:59 :
Même avec 5000,00 e le compte n'y est pas car 20 millions de ménages X 5000 c'est une grosse perte pour l'état qui racle les fonds de tiroirs pour boucler les fins de mois.Alors il faut trouver une solution pour que le marché de l'occasion soit bloquer par un pretexte valable genre :le bon coin serait le repaire de terroristes ou c'est pas sur du tout il faut aller chez le marchand du coin qui lui est honnête et surtout obliger les vendeurs de voiture ou de maison à passer par un pro qui touche une com avec TVA de 20%.
Réponse de le 11/02/2017 à 15:16 :
En français, ça donne quoi ?
a écrit le 22/09/2015 à 13:00 :
Slt
a écrit le 22/09/2015 à 12:52 :
Hello
a écrit le 22/09/2015 à 9:10 :
Supprimons le sénat 3/4 de l Assemblée nationale 80% des ministres et 1,5 millions de fonctionnaires et la france se remettra en ordre de marche 🎯😅
Réponse de le 22/09/2015 à 16:48 :
Quand je lis ce type de réaction, je me dis qu'il faut aussi supprimer le droit de vote.
Croyez vous que supprimer des élus et des fonctionnaires suffisent à redresser la France. Il faut aussi changer nos comportements.
Réduire le nombre d'élus n'aurait qu'en effet symbolique, celui de montrer l'exemple. Quand aux fonctionnaires dont je ne fais pas parti, il ne faut pas croire qu'ils sont tous inutiles. Comme dans toutes les populations, il y a des gens qui profitent du système et d'autres qui font honnêtement leur travail. On voit aussi cela dans les grandes entreprises. Par contre, je ne suis pas contre une modification de leur statut. Tous les salariés de France devrait avoir le meme statut. Cela faciliterait la mise en oeuvre des réformes. On ne serait plus à regarder si notre voisin est avantagé par rapport à nous.
a écrit le 22/09/2015 à 7:28 :
5000 euros par an c'est ce que percoivent environ tous les mois nos sénateurs en frais sans justificatifs , qu'ils commencent à montrer l'exemple !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :