Auchan Retail : face aux 1.475 suppressions de postes, les syndicats fustigent l'ingratitude de la famille Mulliez

 |  | 750 mots
Selon la direction, aucun caissier ni caissière ne serait licencié : c'est un trompe-l'oeil, affirment les syndicats: Sur les caisses, ils minimisent, mais c'est la fin de tous les CDD, et, à terme, on sait que cela aura un impact, d'ici deux-trois ans, avec 70% des caisses classiques qui disparaissent. C'est pire que ce qu'on pensait, s'alarme Christophe Delay (FO).
Selon la direction, aucun caissier ni caissière ne serait licencié : c'est un trompe-l'oeil, affirment les syndicats: "Sur les caisses, ils minimisent, mais c'est la fin de tous les CDD, et, à terme, on sait que cela aura un impact, d'ici deux-trois ans, avec 70% des caisses classiques qui disparaissent. C'est pire que ce qu'on pensait", s'alarme Christophe Delay (FO). (Crédits : PASCAL ROSSIGNOL)
"Pour les salariés pleinement mobilisés durant la crise sanitaire, au risque de leur santé et de celle de leurs familles, cette annonce est un véritable choc !", s'exclame le syndicat FGTA-FO. De nombreux métiers (SAV, managers de caisses, ressources humaines, contrôleurs de gestion...) sont concernés par le "plan de transformation" lancé par le géant de la distribution pour se repositionner face aux "nouvelles habitudes des consommateurs".

Près de 1.500 nouvelles suppressions de postes: la direction du distributeur Auchan Retail France (galaxie Mulliez) a annoncé mercredi la "seconde étape" de son "plan de transformation" face aux "nouvelles attentes des consommateurs", un "véritable choc" pour les syndicats après les plus de 500 emplois déjà supprimés début 2020.

"Ce projet aboutirait à la suppression nette de 1.088 emplois actuellement occupés (1.475 postes seraient supprimés, dont 10 vacants, et 377 postes seraient créés)", écrit-elle dans un communiqué, alors qu'un comité social et économique extraordinaire se tient depuis mardi à Hem, près de Lille.

Une flopée de métiers concernés

Parmi les métiers concernés figurent le service après-vente, des managers des caisses, les ressources humaines, des contrôleurs de gestion, des métiers administratifs et financiers.

L'atelier de découpe de viande de Lieusaint (Seine-et-Marne) et 9 des 11 centres de réparation fermeraient et les accueils SAV en hypermarché seraient supprimés pour "digitaliser" le SAV.

Selon la direction, aucun caissier ni caissière ne serait licencié : un trompe-l'oeil selon les syndicats - lire plus bas l'analyse de Christophe Delay (FO).

Le groupe de distribution avait déjà annoncé un premier volet de son plan de "redressement" au printemps 2019, avec la cession de 21 sites concernant potentiellement entre 700 et 800 salariés. Puis lancé en janvier un plan de départs volontaires, qui épargnait les magasins, avec la suppression de plus de 500 postes.

Doubler le chiffre d'affaires alimentaire en commerce digital

En passant à la "deuxième phase", l'entreprise veut "doubler le chiffre d'affaires alimentaire en commerce digital" d'ici 2022 et entend "instaurer un pilotage unifié de la chaîne de marchandise, du fournisseur jusqu'au client", "accélérer la digitalisation de l'offre Auchan et des parcours de courses des clients" et "mutualiser les métiers supports en hypermarché".

"La dynamique impulsée depuis plusieurs mois délivre des premiers résultats encourageants mais fragiles et insuffisants. Néanmoins, nous sommes dans la bonne direction, direction confirmée par les enseignements de la crise sanitaire", souligne Jean-Denis Deweine, directeur général d'Auchan Retail France, cité dans le communiqué.

Les hypermarchés, un modèle en perte de vitesse

Le modèle économique d'Auchan repose majoritairement sur les hypermarchés, aujourd'hui en perte de vitesse face aux nouvelles habitudes de consommation qui voient les clients se tourner, pour leurs courses alimentaires, vers des supermarchés de proximité notamment et, pour leurs achats non-alimentaires, vers des enseignes spécialisées ou internet.

"Les surcoûts engendrés en matière de transport et de sécurité sanitaire ainsi que les nouvelles craintes des clients notamment vis-à-vis des grandes surfaces commerciales, ont défavorisé les hypers et ont pesé sur la situation économique d'Auchan Retail France", assure le groupe.

Au premier semestre 2020, la rentabilité a progressé de 79%, mais le résultat opérationnel reste négatif, le chiffre d'affaires numérique représente, quant à lui, désormais 12% du chiffre d'affaires total sur le semestre (soit une croissance de 33%).

Disparition programmée des caisses classiques ?

"Sur des services comme le SAV, on ne s'attendait pas à autant", a réagi auprès de l'AFP Christophe Delay (FO).

"Sur les caisses, ils minimisent, mais c'est la fin de tous les CDD et, à terme, on sait que cela aura un impact, d'ici deux-trois ans, avec 70% des caisses classiques qui disparaissent. C'est pire que ce qu'on pensait."

La fédération FGTA-FO ajoutait dans un communiqué:

"Pour les salariés pleinement mobilisés durant la crise sanitaire malgré les risques pour leur santé et celle de leurs familles, cette annonce est un véritable choc ! Voici comment Auchan leur offre sa reconnaissance."

Guy Laplatine (CFDT) s'interroge sur les conséquences de la fermeture du SAV qui pourrait signer à terme la disparition des rayons électroménagers, laissant la place aux "corners" non alimentaires d'autres enseignes, comme Boulanger, également propriété de l'Association familiale Mulliez (AFM).

Pour la CFDT, l'Association familiale Mulliez (AFM) doit "recaser le maximum de monde"

"L'AFM a a reçu un milliard de CICE, des aides pour le Covid, elle a le devoir de recaser le maximum de monde dans les autres enseignes" du groupe, souligne-t-il.

La holding du distributeur Auchan, longtemps en difficulté, a poursuivi son redressement au premier semestre 2020 malgré la crise du Covid-19. L'excédent brut d'exploitation (Ebitda) d'Auchan Retail, qui avait progressé de 227 millions d'euros en 2019, a gagné 162 millions d'euros par rapport au premier semestre 2019 pour s'établir à 1,25 milliard d'euros.

L'entreprise compte 618 points de vente et emploie 73.000 personnes en France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/09/2020 à 10:46 :
Dans le contexte ambiant,

les salariés ne doivent pas douter de leur puissance en organisant une grève de tous les magasins du groupe Auchan et ses magasins spécialisés généralement sur les mêmes sites ...

une bonne grève générale ... les grévistes qui bloquent toute la zone d'implantation d'auchan ...

les Mulliez vont vite connaître leur déclin financier !!!
a écrit le 10/09/2020 à 22:35 :
Les salariés sont pris en otage par la direction ! Ou c'est réservé à la CGT ? C'est une méthode de licenciement par habitude....non ça aussi c'est réservé à la CGT ....
a écrit le 10/09/2020 à 17:19 :
Si les Français sont convaincus que le plan de relance soutiendra les entreprises en difficulté, ils doutent de son effet sur la croissance, le chômage et sur leur situation personnelle, selon un sondage Elabe. Quatre Français sur dix envisagent de réduire leur consommation dans les prochains mois.
a écrit le 10/09/2020 à 16:37 :
Pourquoi, les syndicats s'attendaient à de la gratitude ,ah,ah
a écrit le 10/09/2020 à 14:24 :
La famille en question qui doit être domiciliée en Belgique fiscalement.
a écrit le 10/09/2020 à 13:03 :
le "plan de transformation"

La com permet tout ! Et quand au fait d'attendre de la vertue de ceux la même qui n'ont pas d'âme (une entreprise n'a pas d'âme) l'humain oui.

Et comme la plupart finalement obtiennent des subventions tout en étant dans l'exil fiscal, what else !

Alors qu'il y a un climat identitaire permanent (le concept de l’assiégé) et que dans le même temps on parle d'entreprises "française", dont les pratique sont iniques, finalement c'est bien l'inversion des concepts ou l'entreprise aurait une nation, mais le citoyen lui la contrainte fiscale.

Et quand a croire un instant que l'entreprise dépend du client, non actuellement elle dépend de l'impôt que verse par subvention le président, non?

Au moins cela permet tout "le "plan de transformation" pour dire cela, le sophisme est a son niveau le plus haut !
a écrit le 10/09/2020 à 9:45 :
Ce sont toujours les clients qui décident du sort d'une entreprise.L'entreprise n'a pas le choix. Ou elle s'adapte, ou elle disparaît. Si elle n'est pas suffisamment agile pour se transformer elle meurt. Il y a plein d'exemples de ces entreprises qui ont disparus, corps et biens faute de s'être adaptées à temps aux nouvelles technologies qui ont crées de nouvelles attentes et habitudes chez le client. Nous sommes tous en tant que client responsables de ces mutations. Un exemple parmi d'autres : Tout un chacun préfère passer par une caisse rapide automatique au lieu de faire la queue devant une caisse classique sans se rendre compte qu'il encourage par ce biais la suppression à terme des caissières
Réponse de le 10/09/2020 à 10:41 :
C'est tiré par les cheveux votre exemple.
Auchan décide de donner le choix aux clients entre gagner(en effectuant lui meme le travail, le temps c'est de l'argent) et perdre du temps.
Auchan crée un setup (une machination) en n'ayant pas assez de caissières donc des files d'attentes trop longues.

Faites en sorte que les files d'attente aux caisses soient moins longue qu'au "do it yourself" et on verra le resultat...
Réponse de le 10/09/2020 à 17:19 :
C'est donc particulièrement cruel de ne pas anticiper ces évolutions et/ou de ne pas former ses salariés!

Auchan semble découvrir internet en 2020!
a écrit le 10/09/2020 à 8:49 :
Non qu'ils ne payent pas d'impôts est un scandale oui, qu'ils licencient parce que le secteur est en difficulté on ne peut pas leur reprocher.
a écrit le 10/09/2020 à 7:10 :
Depuis 2010 les chiffres d’affaires des 100 premiers hypermarchés de France sont en baisse, l’année dernière ils sont perdus l’équivalent de 2 hypermarchés. Le drive et l’activité non alimentaire qui se fait de plus en plus sur le net portent un coup fatale.
Les hypermarchés vont se transformer en grand entrepôt de drive, et on doit alors se poser la question des galeries marchandises et toutes les surfaces commerciales périphériques.
a écrit le 09/09/2020 à 19:06 :
Les syndicats et les salariés de la grande distribution, et plus globalement de la vente, ont intérêt à s'accrocher, c'est que le début ! Disparition des caissières, manutentionnaires et d'une bonne partie des logisticiens en entrepôts d'ici 10 ans (il était prévu 5 ans initialement, mais le covid est passé par-là).
C'est comme ça que la finance mondialisée, et ses chantres, ont décidé de remercier les premiers de corvées.
Réponse de le 10/09/2020 à 1:30 :
JUSTE.
Réponse de le 10/09/2020 à 9:48 :
rien a voir avec la finance mondialisee. Internet et amazon font a Auchan ce qu ils ont fait aux epiciers dans les annees 60-70.
Qui va encore acheter sa machine a laver à Auchan ? Qui a envie de perdre des heures dans un hyper (prendre la voiture/trouver une place de parking/faire la queue a la caisse ...) ?
Le business model de l hyper marché est mort. Aux USA il y a plein de gros centre commerciaux qui ferment
Réponse de le 10/09/2020 à 11:50 :
pour résoudre le problème il faut augmenter les heures travaillées, baisser les allocations chômage et enfin aider ces pauvres entreprises par la disparition de toute cotisations, euh charges sociales, et enfin, faire disparaître tous ces impôts insupportables sur les entreprises et les grosses fortunes.... ah, c'est déjà en court, bon, alors je n'ai rien dit....et vous, pour votre yacht, c'est pour bientôt ?
Réponse de le 10/09/2020 à 16:22 :
Il y a une transormation en cours, et elle fait peur. Mais faire semblant de ne pas la voir ne la fait pas disparaitre pour autant. Les gens achetent leur TV, leur matelas, leur canapé, leur courses et mêmes leurs piles sur internet. Livraison gratuite sur le pas de la porte, en 24 ou 48h. Amazon est en train de transformer le secteur. Les gens veulent de l'authentique (un petit vendeur au coin de la rue) ou du pas cher en ligne (amazon, cdiscount...). Les hyper ne proposent ni l'un, ni l'autre.
Réponse de le 10/09/2020 à 18:21 :
Réponse à cd : dans la mesure où les fonds de pension géants style Blackrock vampirisent l'économie, que n'importe quelle décision est évaluée à l aune du cours de bourse, du pourcentage des dividendes qui, s'est bien connu, grimpe éternellement jusqu'au ciel, que les stratégies à long terme sont en voie de disparition, etc, etc... alors tout a à voir avec la finance mondialisée justement. Mais vous avez raison : libéralisme et financiarisation de l'économie sont des Termes plus appropriés que finance mondialisée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :