Suppressions de postes à Air France, la partie émergée de l'iceberg ?

 |   |  595  mots
(Crédits : © Jacky Naegelen / Reuters)
Selon le Canard Enchaîné, la direction aurait l'intention de supprimer 5.000 postes en plus des 2.900 annoncés, au-delà de 2017. La direction dément. Pour autant, le chiffre annoncé ne tient pas compte des sureffectifs actuels.

Les 2.900 suppressions de postes annoncées par la direction d'Air France ne sont-elles que la partie émergée de l'iceberg ? Probablement. En tout cas c'est ce que dévoile le Canard Enchaîné ce mercredi en affirmant que le plan de restructuration annoncé lundi qui prévoit la suppression de 2.900 postes en 2016 et 2017 "sera suivi, après 2017, d'une autre saignée, qui, elle, portera sur 5.000 suppressions d'emplois". Le journal s'appuie sur "des documents que n'auraient pas dû recevoir certains syndicalistes". Un scénario démenti par la compagnie

"Air France dément ces chiffres et rappelle que le plan de restructuration de son réseau long-courrier annoncé ce lundi générera d'ici à 2017 un sureffectif estimé à 2.900 personne. "Il n'existe aucun plan concernant les évolutions d'effectifs en 2018, 2019 et au-delà", a-t-elle indiqué.

Un démenti à prendre néanmoins avec des pincettes dans la mesure où non seulement l'échéance post 2017 est très lointaine mais aussi parce qu'elle avait démenti en juin les 3.000 suppressions de postes annoncées par Le Monde qui se sont avérées exactes.

Les syndicats craignent 8.000 suppressions de postes

Le chiffre de 5.000 nouvelles suppressions de postes circule en effet au sein des syndicats depuis quelques temps. A tel point que les organisations professionnelles ont plusieurs fois exprimé leurs craintes ces dernières semaines de voir 8.000 postes supprimés. « Ce chiffre comprend l'impact de la réduction d'activité et les mesures de hausse de productivité », explique à La Tribune un syndicaliste. Pour les syndicats, la phase 2 du plan de restructuration, en 2017, comprendra de nouvelles coupes dans les effectifs. La direction dément à nouveau et insiste sur le fait que les 2.900 suppressions de postes porteront sur les deux phases du plan.

Pour rappel, le plan de restructuration se fera en deux phases : une première à partir du prochain programme été qui commence fin mars 2016 et qui se matérialisera par la réduction des capacités long-courrier de 3% avec le retrait de 5 avions; une seconde à partir l'été 2017 (qui sera le prolongement de l'hiver 2016-2017), avec une baisse de capacité de 7% (-9 avions).

Les suppressions de postes ne tiennent pas compte des sureffectifs actuels

Pour autant, ce chiffre de 2.900 suppressions de postes a étonné plusieurs observateurs dont certains analystes qui tablaient sur 5.000 suppressions de postes. Car la réduction d'effectifs annoncée le 1er octobre dernier par Air France-KLM résultera de la réduction de la flotte de la compagnie française de 14 avions en 2016 et 2017. Or, ce chiffre ne tient pas compte du sureffectif actuel qui existe dans toutes les catégories de personnels estimé à au moins 3.000 personnes par certains experts, ni des mesures de hausse de productivité qui seront mises en place au cours des deux prochaines années.

La présentation dans les prochaines semaines de la GPEC du groupe (gestion prévisionnelle pour l'emploi et les compétences) permettra probablement de lever le voile. «Les chiffres qui seront présentés en janvier seront différents de ceux annoncées la semaine dernière, surtout s'il n'y a pas d'accords trouvés avec les syndicats », assure un syndicaliste.

Interrogé ce lundi en conférence de presse pour savoir si une partie de ces suppressions de postes pouvait être annulée en cas d'accords avec les syndicats (qui permettraient de ne pas baisser la capacité en 2017), le PDG d'Air France, Frédéric Gagey, a répondu à côté en indiquant que les baisses d'effectifs du plan de restructuration seraient proportionnelles avec celles des réductions de capacité. Autrement dit 1/3 à l'été 2016 (sur les 2900 annoncées), et 2/3 à l'été 2017.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/10/2015 à 16:18 :
Eh bien... Face à une chemise déchirée, qu'est ce que 8000 emplois supprimés? Où est la vraie violence? Ou sont les vrais voyous?
a écrit le 07/10/2015 à 10:40 :
AIRFRANCE est à l'image de toutes les sociétés gérées par l'Etat depuis au moins trente ans. Elle était une vitrine pour les syndicats qui obtenaient quand ils grognaient au mépris de tout modèle économique viable sur le long terme(voire l'AEROFLOT de jadis), du pognon de l'Etat et des embauches en nombre. Ajoutez à cela une vision passéiste du voyage aérien et des mauvais choix stratégiques depuis dix ans alors que la concurrence ferraille dur et vous obtenez une entreprise en pleine déconfiture.
Réponse de le 07/10/2015 à 16:03 :
Air France n'est pas en pleine déconfiture ! D'où pouvez vous tenir des informations aussi erronées ?
Qu'il y ait des problèmes , pourl'essentiel , financiers , personne ne le nie.
Que l'état Francais en soit pour une grande partie responsable , personne de sérieux ne ne nie non plus ! Le rapport Leroux est là pour l'attester.
Ce rapport publié il y a peu faisait état d'une douzaine de mesures dont six étaient qualifiées d'urgente.
Qu'a fait l'état ? Rien , il préfère en boiter le pas à la direction d'air France et sa stratégie de communication stigmatisant les pilotes et tenant l'ensemble du personnel de la compagnie dans le plus profond mépris comme on le voit dans l'allocution d'Alexandre De Juniac à Royaumont.
Resultat plus aucune négociations avec le personnel, en particulier avec les pilotes qui ne veulent pas que leurs efforts soient immediatement siphonnés par l'état et ses affidés comme ADP.
Air France est une bonne entreprise sur de nombreux aspects , ce n'est plus dutout une entreprise d'état comme vous semblez le croire , elle manque juste d'argent principalement à cause du comportment de l'état Francais .
Juste pour mettre les choses au point : le rapport EBITDA/CA d'air France est meilleur que celui de KLM . En d'autres mots AF est plus profitable que KLM . La différence c'est l'état ....
a écrit le 07/10/2015 à 10:32 :
Nous attendons aussi anxieusement ...de connaitre la partie immergée de l'ardoise...de l'iceberg Areva...que Anne Lauvergeon (ex-conseillère de Mitterrand..)....a laissé en héritage ....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :