Accor s'implante en Angola et affiche de grandes ambitions

 |   |  372  mots
Le leader français de l'hôtellerie prévoit la construction de 22 établissements Ibis, 22 Mercure ainsi qu'un Sofitel en front de mer, dans la capitale de l'Angola, Luanda.
Le leader français de l'hôtellerie prévoit la construction de 22 établissements Ibis, 22 Mercure ainsi qu'un Sofitel en front de mer, dans la capitale de l'Angola, Luanda. (Crédits : © Jacky Naegelen / Reuters)
Pas moins de 50 hôtels seront construits en Angola d’ici à 2020, a annoncé Sébastien Bazin, président directeur général du groupe AccorHotels dans un communiqué de presse le 3 juillet.

L'offre Airbnb est loin d'être alléchante en Angola, et il est possible qu'Accor soit au courant. Le leader mondial de l'hôtellerie prévoit la construction de plusieurs établissements, du moyen de gamme au luxe. D'ici 2020, le groupe lancera 22 établissements Ibis, 22 Mercure ainsi qu'un Sofitel en front de mer, dans la capitale du pays, Luanda.

Le contrat de gestion de ces futurs hôtels a été passé avec la société angolaise AAA (pour "Angola, Agora e Amanha" qui signifie "Angola, maintenant et demain"). Carlos Manuel de Sao Vicente, son directeur, s'est exprimé sur ce partenariat :

« L'Angola diversifie son économie en vue de réduire sa dépendance à l'égard du secteur minier, notamment le pétrole et les diamants. »

Accor déjà bien installé dans la région

Présent dans 14 pays d'Afrique Subsaharienne, le groupe hôtelier français possède déjà 34 hôtels dans la région et 94 sur l'ensemble du continent. L'ouverture des 6.200 chambres devrait consolider sa position de leader en Afrique, alors même qu'il s'y développe depuis 40 ans.

"L'engagement du groupe en Angola, qui compte 25 millions d'habitants, dont près e 40% de population active, implique également la formation de 3.000 salariés qui seront embauchés localement."

Tournée de François Hollande en Afrique Subsaharienne

Près d'une cinquantaine de chefs d'entreprises accompagnaient le président français dans sa tournée. Parmi eux, les représentants de La Poste, Eiffage, Meteo France, Alcatel, Air France ou encore Total. A cette occasion de nombreux contrats ont été signés, d'un montant de plusieurs centaines de millions d'euros.

Lors de son voyage, François Hollande a "salué le renouveau de ce partenariat franco-angolais". Le président a aussi rappelé sa volonté de créer une coopération qui s'étende à plusieurs secteurs : transports, tourisme, agroalimentaire, eau, énergie renouvelable et aménagement urbain.

Ainsi, Total s'est engagé à fournir des lampes solaires, Eiffage à construire des passerelles et Air France a annoncé l'ouverture d'une troisième liaison hebdomadaire Paris-Luanda.

La France est le 6ème pays étranger présent en Angola. Paris apparaît comme le troisième investisseur étranger dans le pays via Total puisque l'Angola est le deuxième producteur de pétrole en Afrique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :