Airbnb limite drastiquement les annonces à Barcelone

Les propriétaires de plusieurs appartements à Barcelone ne pourront plus louer à tour de bras sur Airbnb. En effet, la plateforme vient d'annoncer que chaque utilisateur ne pourra poster qu'une annonce à partir de mai.
La mairie de Barcelone, en guerre avec Airbnb depuis plusieurs mois, a obtenu un geste de la part du géant américain de la location entre particuliers.
La mairie de Barcelone, en guerre avec Airbnb depuis plusieurs mois, a obtenu un geste de la part du géant américain de la location entre particuliers. (Crédits : Reuters)

Le combat continue. Les municipalités du monde entier entrent en guerre avec la plateforme de location touristique Airbnb. San Francisco, Paris et Amsterdam ont pris la décision de limiter le nombre de jours possibles de locations via la plateforme pour chaque appartement. Airbnb, en plein bras-de-fer avec les autorités de Barcelone, a annoncé mardi 7 février des mesures radicales visant à faire un geste envers la municipalité catalane, en limitant le nombre d'annonces par propriétaire et en facilitant le paiement des taxes.

Les propriétaires de logements dans le centre-ville, qui croule sous les touristes, pourront seulement louer un seul appartement. En théorie, il sera désormais impossible de multiplier les revenus par le nombre de logements qu'ils possèdent.

Côté fiscalité, les voyageurs pourront régler les taxes touristiques en même temps qu'ils réservent leur logement. Ce système, déjà en place dans 220 villes ou régions du monde, a permis aux villes de récupérer plus de 170 millions d'euros, selon un communiqué d'Airbnb.
Ces mesures devraient entrer en application à partir de mai, a précisé l'entreprise à l'AFP.

Airbnb se "moque du monde", selon la mairie de Barcelone

Airbnb est depuis quelques mois dans le collimateur de la mairie de Barcelone, dirigée par l'ex-activiste anti-expulsions Ada Colau, qui veut mettre fin à la prolifération d'appartements touristiques, responsable de la flambée du prix des logements et même du départ de certains habitants. Airbnb "se moque du monde", a réagi le responsable du tourisme à la mairie de Barcelone, Agusti Colom, demandant à l'entreprise de respecter la loi et de retirer de sa plateforme les appartements sans licence d'hébergement touristique.

Lire aussi : Airbnb se lance dans la construction de logements

En novembre, les autorités ont lancé une procédure pour imposer une amende de 600.000 euros au site. Airbnb avait annoncé à l'automne vouloir conclure des accords sur les taxes de séjour avec 700 villes au total, afin de limiter les risques d'éventuels changements de politique fiscale à son encontre.

Lundi, c'est une amende record de 300.000 euros, à l'encontre d'un propriétaire et d'une société, qui a été infligée par la ville d'Amsterdam dans le cadre d'une location abusive. Pour rappel, à Amsterdam, la location d'un même appartement est limitée à 60 jours par an. A San Francisco, ce plafond passe à 90 jours et à 120 à Paris.

Lire aussi : Locations de vacances entre particuliers : comment éviter les mauvaises surprises

 (avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.