Alstom étudie la légalité du choix d'Eurostar pour Siemens

Le groupe français des infrastructures d'énergie et de transport examine "les aspects légaux" de l'achat des 10 rames à grande vitesse à son concurrent allemand Siemens, selon les déclarations au Figaro de Patrick Kron, le PDG d'Alstom.
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)

Alstom ne désarme pas. Alstom examine "les aspects légaux" de l'achat par Eurostar de rames à grande vitesse au constructeur allemand Siemens , a déclaré au Figaro Patrick Kron, le PDG du spécialiste français des infrastructures d'énergie et de transport.

"Cette affaire est pour le moins surprenante. Le train qui semble avoir été retenu par Eurostar n'est pas conforme aux règles de sécurité qui régissent la circulation à l'intérieur du tunnel sous la Manche. Cette décision est parfaitement incompréhensible. Nous en examinons bien entendu les aspects légaux", a déclaré Patrick Kron dans une interview au Figaro publiée ce mardi.

Jeudi déjà, Paris et Alstom avaient fermement condamné la commande passée par la compagnie ferroviaire à Siemens. Ils avaient estimé qu'Eurostar n'avait pas suffisamment tenu compte des exigences de sécurité actuelles.

Eurostar, qui assure des liaisons entre Paris, Bruxelles et Londres, a annoncé que Siemens lui fournirait 10 trains de nouvelle génération dans le cadre d'un plan d'investissement de 700 millions de livres sterling (796 millions d'euros).

Le groupe industriel allemand a remporté ce contrat au détriment de son grand rival français Alstom, jusqu'à présent le principal fournisseur d'Eurostar.

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.