Grèves : des perturbations limitées à la veille des vacances

 |   |  699  mots
(Crédits : Reuters)
Les perturbations du trafic SNCF dues à la contestation de la réforme des retraites devraient être "limitées" à l'heure des départs en vacances de la Toussaint. La situation sur le front du carburant reste en revanche tendue, avec un retour à la normale qui "prendra plusieurs jours", selon le Premier ministre.

Un calme relatif régnait ce vendredi parmi les rangs des opposants à la réforme, à quelques heures des vacances de la Toussaint. Entre 185 lycées (selon le ministère de l'Education nationale) et 600 (selon l'Union nationale lycéenne) étaient cependant perturbés.

Du côté des transports, Didier Le Reste, secrétaire général de la CGT-Cheminots, a déclaré à l'AFP que les départs en vacances se passeraient "pas trop mal" avec des "perturbations limitées", sauf en cas de "provocations" de la part de la direction.

La SNCF a annoncé une "nette amélioration" du trafic TGV vendredi, avec plus de huit trains sur dix, les perturbations sur les réseaux TER, Transilien et Corail restant au même niveau avec plus d'un train sur deux assuré.

Dans la journée, les gares de Bordeaux, La Rochelle et Montauban ont été bloquées momentanément. Et le ministère britannique des Affaires étrangères a mis en garde, dans ses "conseils aux voyageurs, ses ressortissants désireux de se rendre en France contre les "grèves sauvages" qui s'y déroulent.

Un retour à la normale qui se fait attendre pour les stations-service

Sur le front des carburants, le Premier ministre François Fillon a annoncé qu'un retour à la normale dans les stations prendrait "encore plusieurs jours". Il a souligné que "les représentants des pétroliers" mettaient "l'accent sur l'approvisionnement prioritaire des autoroutes, essentiel pour éviter une perturbation majeure des déplacements".

Entre "20 et 21%" des 12.300 stations-service de France étaient à sec vendredi, selon le ministre de l'Energie, Jean-Louis Borloo.

Les 12 raffineries françaises sont toujours en grève et le blocage des dépôts se poursuit. Ainsi la grève à la raffinerie Total de Feyzin (Rhône), près de Lyon, a été reconduite vendredi "sans date butoir" lors d'une assemblée générale. Selon des sources syndicales, les salariés ont été indigné par la réquisition de la raffinerie de Grandpuis et "ne comprennent pas la fin de non-recevoir du gouvernement".

Outre ce contexte de grève, les raffineries françaises vivent des heures difficiles, avec les fermetures annoncées, jeudi et vendredi, de deux établissements, celui de Total dans les Flandres et celui de Petroplus à Reichstett, en Alsace.

La circulation des camions-citernes a ainsi été de nouveau autorisée ce dimanche et le suivant (les 24 et 30 octobre, jusqu'au 1er novembre), pour permettre l'approvisionnement en carburants. En temps normal, les véhicules de plus de 7,5 tonnes transportant des marchandises sont interdits de circulation le dimanche.

Les feux de la contestation sont loin d'être éteints : les manifestants du Grand Ouest qui ciblaient déjà les dépôts de carburant, les dépôts de bus et les ports ont commencé à s'en prendre aux entrepôts des grandes surfaces comme en Basse-Normandie où deux étaient bloqués vendredi. A Vannes, Rennes ou encore Nantes et dans d'autres villes de l'Ouest, la circulation a été perturbée temporairement en raison de barrages, filtrants ou bloquants.

La CGT des ports et docks, très majoritaire dans le secteur, a de nouveau appelé vendredi les travailleurs portuaires à cesser le travail samedi et dimanche, pour réclamer la mise en place d'un dispositif de cessation anticipée d'activité.

A Marseille, la mobilisation reste visible aux tas d'ordures qui s'empilent après douze jours de grève des éboueurs. La sécurité civile a déblayé près de 50 tonnes de déchets ces deux derniers jours, une goutte d'eau sur les 7.000 à 8.000 tonnes accumulées depuis le 11 octobre. A Marseille-Fos, 71 navires et 4 péniches sont toujours bloqués.

 

Pour se renseigner

- www.sncf.com et www.infolignes.com pour tous les trafics
- www.abcdtrains.com pour les prévisions Transilien par gare
- www.ter-sncf.com pour le trafic TER.
- le numéro vert 0 805 90 36 35 pour les Grandes Lignes, TER, Téoz et Intercités
- 0 805 70 08 05 pour le Transilien
- la radio avec un point trafic toutes les 15 mn depuis l'application SNCF Direct sur smart-phone et tous les sites internet SNCF (www.sncflaradio.com) ou France Bleu Ile-de-France : 107.1.
- par téléphone portable avec sncf.mobi pour accéder en temps réel aux informations.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :