Pierre-Henri Gourgeon débarqué d'Air France

 |   |  365  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Fin prévue ce lundi pour le suspense autour de la nouvelle équipe dirigeante d'Air France-KLM. Lâché par Jean-Cyril Spinetta, Pierre-Henri Gourgeon devrait quitter le groupe. Alexandre de Juniac devient PDG d'Air France.

Coup de théâtre chez Air France-KLM. Reconduit en juillet dernier, grâce au soutien de Jean-Cyril Spinetta, Pierre-Henri Gourgeon, directeur général d'Air France-KLM et d'Air France devrait être débarqué, sous l'influence de... Jean-Cyril Spinetta, qui avait lâché les commandes exécutives du groupe le 1er janvier 2009 pour ne conserver que la fonction de président du conseil.

Un conseil d'administration devrait avaliser ce lundi la décision prise vendredi par le comité de nomination du groupe. Cette décision brutale intervient alors que Pierre-Henri Gourgeon avait réussi à imposer son choix face à Jean-Cyril Spinetta pour confier à Alexandre de Juniac, ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde à Bercy, la direction d'Air France en janvier prochain. Pierre-Henri Gourgeon n'aurait conservé que les rênes opérationnelles d'Air France-KLM, pour les laisser au bout de deux ans à Alexandre de Juniac.

L'éviction de Pierre-Henri Gourgeon ne fait qu'avancer ce calendrier. Alexandre de Juniac va devenir PDG d'Air France, alors que Jean-Cyril Spinetta va reprendre du service opérationnel en redevenant PDG d'Air France-KLM. Cet épisode intervient après une bataille rangée entre Jean-Cyril Spinetta et Pierre-Henri Gourgeon au sujet de la personne appelée à prendre les manettes d'Air France (cf. La Tribune du 3 octobre 2011). Si Pierre-Henri Gourgeon avait chosi Alexandre de Juniac, Jean-Cyril Spinetta préférait Lionel Guérin, PDG d'Airlinair et de Transavia, la filiale "low cost" d'Air France. Alors que le comité de nomination était partagé cet été, Pierre-Henri Gourgeon avait réussi à imposer son choix en convaincant le comité de nomination avec l'appui notamment des administrateurs de l'État.

En réponse, Jean-Cyril Spinetta a réussi de son côté à convaincre les membres du comité de nomination de faire sauter Pierre-Henri Gourgeon, au motif des mauvais résultats d'Air France-KLM. Un argument de pure façade. Car si effectivement la performance du groupe est médiocre, elle n'a que peu évolué depuis juillet et la reconduction de Pierre-Henri Gourgeon. Celle-ci n'avait été obtenue que par l'appui sans faille de Jean-Cyril Spinetta qui en 2008 avait décidé d'en faire son successeur. Pierre-Henri Gourgeon était le lieutenant de Jean-Cyril Spinetta depuis 1997. Les deux hommes se connaissaient depuis vingt-cinq ans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :