Les pilotes en grève obligent Iberia à annuler un tiers de ses vols

 |   |  332  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
La compagnie aérienne espagnole Iberia a annoncé l'annulation de près de 40 % de ses vols ce lundi, marquant le premier jour d'une grève qui devrait affecter le traffic chaque lundi et vendredi jusqu'au 20 juillet. Objet du litige : la création de la filiale à bas coûts Iberia Express qui violerait la convention collective des pilotes et qui entraînerait la suppression de 8.000 postes selon le principal syndicat des pilotes.

La compagnie Iberia a annulé 124 vols ce lundi, soit 38% du trafic prévu, pour la première d'une nouvelle série de journées de grève prévues tous les lundis et vendredis jusqu'au 20 juillet par les pilotes, qui dénoncent les conditions de création de la filiale à bas coûts Iberia Express. "Au total, 124 vols ont été annulés, soit 38% des 330 prévus" en ce jour de retour de vacances de Pâques, a indiqué une porte-parole de la compagnie.

Une première série de 12 journées de grève lancée en décembre avait abouti à l'annulation d'environ un tiers des vols à chaque fois, coûtant environ 36 millions d'euros à la compagnie. Les négociations entre le principal syndicat des pilotes, Sepla, et la direction de la compagnie sont pour l'heure restées vaines. Sepla affirme que la création d'Iberia Express viole la convention collective des pilotes et que la direction a prévu de transférer 40 avions de la maison mère à la nouvelle filiale, ce qui signifierait "l'élimination de 8.000 postes de travail".

Grève "illégale et abusive"

De son côté, la direction a dénoncé "l'attitude irresponsable et intransigeante" du syndicat. Iberia a entamé une procédure en justice lundi dernier "pour que la grève soit déclarée illégale et abusive", a indiqué la porte-parole d'Iberia. La décision "peut prendre un mois, un mois et demi", a-t-elle ajouté.

Iberia Express, filiale à bas coûts destinée à assurer le segment déficitaire des vols court et moyen-courrier d'Iberia, a vu son premier vol décoller le 25 mars, la direction ayant noué un accord avec la plupart du personnel, sauf les pilotes. La compagnie commence avec quatre Airbus A320 et 17 liaisons, essentiellement en Espagne (Saint-Jacques de Compostelle, Ibiza, Palma de Majorque...), et quelques unes avec l'étranger (Dublin, Naples, Amsterdam...). Elle prévoit de transporter d'ici fin 2012 2,5 millions de passagers sur "plus de vingt" destinations, avec 14 avions et 500 employés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/04/2012 à 12:28 :
j'ignorais que les "pilotes" procédaient à des "controles" (de qui et de quoi.?) quant aux standards d'exigence, j'aimerai savoir ce dont il s'agit(si ce sont les foulards Hermes des hotesses,j'en ai rien à cirer!). Les forces vives sont les utilisateurs qui font vivre les autres! le demago, c'est toi!!
Réponse de le 11/04/2012 à 23:24 :
Gigi l'Amoroso ne comprend pas grand chose je vois....
Ce sont les pilotes qui passent des controles 4 fois par an et répondent à des standards qui sont les mêmes chez Iberia et Iberia Express. Donc ils ont entièrement raison de demander le même salaire...
Sacré "force vive" ce Gigi l'Amoroso...
a écrit le 09/04/2012 à 23:15 :
Soutien total aux pilotes Espagnols: la sécurité doit être la même chez Iberia que dans ses filiales à bas coût (voire à coûts subventionnés...) donc les standarts d'exigence, les contrôles ..et les salaires aussi!! Gageons que les "gestionnaires" (si tant est qu'ils gèrent..) n'ont eu que pour brillante idée de baisser les salaires des forces vives de leur future filiale.
a écrit le 09/04/2012 à 21:35 :
Et AF alors, on baisse en régime?
a écrit le 09/04/2012 à 14:28 :
Parce que c'est la fête des cloches !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :