Air France-KLM en difficulté s'attend à une reprise au deuxième semestre

 |   |  451  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Air France-KLM a annoncé lundi une perte d'exploitation moins lourde que prévu au deuxième trimestre grâce à une hausse de ses recettes par passager, et dit viser une hausse de son résultat d'exploitation au second semestre à la faveur des premiers fruits de son plan de restructuration. Le groupe a en outre fermement exclu l'idée de recourir à une aide de l'Etat.

Le groupe aérien Air France-KLM a, comme prévu, creusé sa perte nette au deuxième trimestre sous l'effet notamment d'une provision de restructuration de 368 millions d'euros mais il s'attend toujours à une amélioration de ses résultats au second semestre. La perte nette s'élève à 895 millions d'euros. Le chiffre d'affaires progresse lui de 4,5% à 6,5 milliards d'euros grâce à la hausse de 6,1% de sa recette unitaire au siège kilomètre offert, mesure phare de la performance des compagnies aériennes. Sa perte d'exploitation s'est réduite à 66 millions contre 145 millions. Le groupe escompte enfin dégager un résultat d'exploitation au second semestre supérieur aux 195 millions d'euros réalisés au second semestre 2011, a-t-il annoncé lundi dans un communiqué.

"Comme nous l'avions indiqué lors de la communication des résultats du premier trimestre, les résultats du premier semestre marquent une dégradation par rapport à ceux, déjà fortement négatifs, du premier semestre 2011. Même si les résultats de ce deuxième trimestre sont en amélioration par rapport à ceux de l'année précédente, ils sont encore négatifs", a commenté le président du groupe Jean-Cyril Spinetta. "Ces chiffres montrent combien la réussite du plan Transform 2015 est indispensable au redressement du groupe. Dans un environnement économique mondial de plus en plus incertain auquel s'ajoutent la volatilité du prix du pétrole et l'instabilité des monnaies, l'amélioration de notre productivité et de nos coûts est plus que jamais nécessaire", a-t-il ajouté.

"Les Etats européens ont d'autres préoccupations"

A la question de savoir si une aide de l'Etat était envisagée pour améliorer les fonds propres de l'entreprise, Jean-Cyril Spinetta a répondu : "Nous n'envisageons pas d'opération au capital d'une manière générale. Et sur l'Etat, je serai encore plus net, il me semble que les Etats européens ont d'autres préoccupations que celles de participer à une quelconque recomposition du capital dans une entreprise comme Air France-KLM". "C'est quelque chose que je ne peux même pas envisager intellectuellement", a déclaré Jean-Cyril Spinetta, le président. L'Etat français détient 15,8% du capital de la compagnie Air France. Air France-KLM a initié en janvier un plan de restructuration (Transform 2015) avec l'objectif de réduire de deux milliards la dette du groupe tout en économisant deux milliards à l'horizon 2015.

La valeur de l'action du groupe aérien bondissait de près de 8% lundi matin à la Bourse de Paris, après cette annonce de pertes moins lourdes que prévu au deuxième trimestre et la perspective d'une amélioration des résultats au second semestre. A 09H06, le titre prenait 7,88% à 4,20 euros, tandis que le CAC 40 gagnait 0,55%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/07/2012 à 10:49 :
Reprise sans doute au second semestre car il n'y a que 2 semestres par an...
A part cela cette compagnie devrait repartir à zéro comme cela fut le cas pour Sabena et Swiss !
Réponse de le 30/07/2012 à 18:03 :
@Gilles1: t'as sans doute raison, mais après la fin du second semestre, il y a la "book cooking period" au cours de laquelle on revoit les chiffres pour les rendre plus beaux :-) ça aussi compte dans l'exercice de ses messieurs, non :-)
Réponse de le 30/07/2012 à 22:48 :
et quelles sont les différences de performances d'AF-KL...merci les Hollandais

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :