Turkish Airlines, l'arme de Lufthansa contre les alliances d'Air France et de British Airways avec les compagnies du Golfe

 |   |  605  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Mardi, le ministre turc des Finances Mehmet Simsek a confirmé l'existence de discussions entre Lufthansa et Turkish Airlines pour un approfondissement de leur coopération commerciale. Une manière de répondre aux alliances récemment conclues par Air France-KLM et British Airways avec des transporteurs du Golfe.

Pour contrer les alliances de ses principaux concurrents européens avec des compagnies du Golfe (Air France avec le transporteur d'Abu Dhabi Etihad, British Airways avec Qatar Airways qui va entrer dans Oneworld), et d'une manière générale les compagnies du Golfe avec qui la direction ne voit pas de partenariat possible aujourd'hui, Lufthansa choisit une autre voie : une alliance resserrée avec Turkish Airlines, un acteur aujourd'hui plus important qu'Etihad ou Qatar Airways, disposant d'un plan de plan de croissance tout aussi ambitieux, pas (ou peu) aidé par l'Etat en raison de son caractère privé, sûrement plus transparent en raison de sa présence en bourse et positionné sur un marché domestique fortement peuplé à l'inverse des compagnies du Golfe. Un cocktail détonant pour cette compagnie aux dents longues, rentable, considérée depuis quelques années par Air France comme un concurrent redoutable.

Pas d'échanges capitalistiques

Ce mardi, le ministre turc des Finances Mehmet Simsek a confirmé l'existence de discussions entre Lufthansa et Turkish Airlines pour le développement de coopérations entre les deux compagnies aériennes. « Il y a des travaux pour augmenter la coopération, en particulier pour développer le dialogue commercial dans certains domaines », a-t-il indiqué, avant d'ajouter : « le président du conseil supérieur d'administration de Turkish Airlines travaille avec son homologue ». Rien sur le plan capitalistique pour le moment, Ankara souhaitant conserver pour l'heure sa participation de 49% dans Turkish Airlines. Selon l'agence Bloomberg, qui cite trois sources anonymes, Unicredit Bank AG and Turkiye Sinai Kalkinma Bankasi AS ont été questionnées pour préparer ensemble un dossier en cas d'une éventuelle vente. La semaine dernière, le Financial Times Deutschland rapportait que les deux compagnies menaient des pourparlers en vue de participations croisées.

Partage des coûts et des recettes, la solution

Dans la mesure où Lufthansa et Turkish Airlines sont toutes les deux membres de l'alliance aérienne Star Alliance et possèdent à ce titre plusieurs accords commerciaux, un approfondissement de ceux-ci conduirait probablement à la mise en place d'un système de partages de coûts et de recettes sur un programme de vols commun, harmonisé, et commercialisé de manière conjointe. Baptisé joint-venture dans le secteur malgré l'absence de liens capitalistiques, ce type de partenariat constitue le plus haut degré de coopération commerciale dans le transport aérien. Jean-Cyril Spinetta, le PDG d'Air France-KLM, pionnier dans la matière, l'a qualifié un jour de « fusion virtuelle ». Ce type d'accord est en effet fort avantageux pour les compagnies confrontées à la concurrence féroce d'un partenaire, disposant d'une structure de couts inférieure. En effet, le partage des coûts et des recettes annihile le différentiel de coûts. Lufthansa apporterait à cette alliance une recette unitaire supérieure à celle de Turkish Airlines qui elle, lui ferait profiter de ses coûts inférieurs à ceux de la compagnie allemande.

Turkish table sur une flotte de 350 avions en 2020

De quoi écarter les risques pour Lufthansa d'une perte de parts de marché aux dépens de Turkish Airlines, en croissance continue depuis près de 7 ans. La compagnie, qui a pris livraison de son 200ème appareil mardi, entend en exploiter 350 d'ici à 2020 (+75%), a déclaré mardi le président du conseil d'administration de Turkish Airlines, Hamdi Topcu. Enfin ce type d'accords permettrait d'atténuer la concurrence de deux compagnies sur des zones de chalandise communes entre l'Allemagne et la Turquie.

Lufthansa et Turkish Airlines opèrent déjà ensemble une coentreprise, Sun Express, qui propose principalement des vols de l'Allemagne vers la Turquie ainsi que des vols intérieurs en Turquie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/11/2012 à 15:10 :
Excellente compagnie que Turkish Airlines. Je l'ai déjà emprunté 5 fois depuis Toulouse, rien à redire. Air france devrait s'en inspirer!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :